mercredi 14 novembre 2007

Blocage des universités : le diktat d'une minorité.

Afin d'introduire ce message, je vous citerai ceci entendu à la radio :"Dans une des universités bloquées, une affichette indique "le vote à bulletin secret ne peut être accepté. Dans la mesure où il nuirait à la poursuite de la grève" ". Personnellement je trouve que cela veux tout dire. En effet, je suis étudiant et je remarque que le soit disant mouvement étudiant n'en est pas un. Il est été allumé par des militants d'extrême gauche qui refuse le résultat des urnes intervenu cet année. Vous remarquerez que les blocages sont surtout le fait d'une minorité d'étudiants, dont beaucoup de SUD syndicat assez connu pour des positions d'extrême gauche. Le refus du vote à bulletins secrets est une technique traditionnelle de l'extrême gauche qui lui permet ainsi de noyauter les assemblées générales (AG) qui n'ont de générales que le nom. Pour être clair, le vote à main levée permet de faire venir des personnes extérieures à l'université pour augmenter artificiellement les majorités, faire pression sur les rares anti-bloqueurs présents dans les "soit-disantes" AG, la majorité préférant rester chez elle que de perdre son temps.

Pour illustrer mes propos, je prendrai le cas de la Fac de Nanterre qui compte plus de 32 000 étudiants et dont
la "soit-disante" AG a réuni entre 900 et 1 100 personnes soit entre 2,8% et 3,4%. Un blocage décidé par environ 3%, c'est quand même une drôle d'idée de la démocratie. Ajoutez à cela que le vote a été fait à mains levées et que la majorité va au blocage selon le bon vouloir de la personne qui dégage la majorité (souvent un syndicaliste ou un pro-blocus), que la plupart des votants ne sont soit pas de la faculté, soit des étudiants ayant abandonné leur cursus au bout de 2 mois et qui n'ont donc plus rien à faire des études, et vous comprenez que ces blocages sont le diktat d'une minorité d'extrémistes de gauche ou d'ailleurs qui pourrissent la vie des 97% d'étudiants restants.
Autre exemple, la Fac de Rennes II qui a été le lieu de rassemblement de la "coordination étudiante" qui est noyauté par des militants d'extrême gauche qui essaie de faire que le mouvement prenne. Eh bien, cette Fac a été le théâtre d'un vote à bulletins secrets avec vérification de l'identité des votants donc un vote démocratique. Le vote a décidé lundi 13 de la fin du blocage contrairement à ce qu'avait affirmé les
"soit-disantes" AG précédentes par une majorité de presque des 2/3 donc une majorité écrasante. Lorsqu'après le vote un journaliste de télévision l'interroge et lui demande si les bloqueurs (la minorité qui a échoué donc) allait levé le blocage conformément au vote, il a tout de suite mis en doute la légitimité de celui-ci en estimant que seulement 3500 étudiants sur les 12 000 de Rennes II avaient voté. On a pu ensuite voir que malgré le vote pour la levée du blocage celui voulait être maintenu par la minorité. Il est vrai que si on avait compté la majorité des abstentionnistes qui souhaitent quasiment tous la levée des blocus la majorité aurait encore plus écrasante de l'ordre de 90% ce qui les auraient plus mis en minorité.

Autre élément qui rend illégitime et encore plus minoritaire ce mouvement. La loi Pécresse qu'à titre personnel j'approuve même si je la trouve insuffisante a le mérite de mettre des moyens dans les Facs alors certes, il aurait été préférable que les 15 milliards donnés par Sarkozy dans le paquet fiscal aillent dans les universités, mais il faut se réjouir de ce qui va être fait et dénote un changement d'état d'esprit dans la tête de ceux qui nous gouvernent. Cette approbation de la loi, ou au moins l'absence d'hostilité à son égard est partagé par la majorité des étudiants, elle est aussi conforté par le contexte dans lequel la loi a été négocié et votée. Les dispositions les plus polémiques ayant été retirées du projet de loi.
La non-justification du mouvement peut aussi se voir dans les revendications des "AG". En effet, non content de réclamer le retrait de la loi Pécresse qui est ici en cause. La "coordination étudiante" réclame aussi la fin de la politique dite de "casse sociale" de la part du gouvernement, l'abrogation de la loi "Hortefeux", la régularisation de tous les sans-papiers, la réquisition des logements vacants (qui sont rares du fait de la tension sur le marché de l'immobilier), j'en passe et des meilleures. Bref, des revendications politiques qui n'ont rien à voir avec les universités et qui sont pour la plupart celles d'organisations d'extrême gauche telles que la LCR, des communistes (s'il en reste), et autres mouvements trotskystes qui apparemment n'ont pas accepté les dérouillés électorale récemment reçues.

Alors oui, je l'affirme au cas où cela ne sauterait pas aux yeux, le "mouvement étudiant" est le fait d'une minorité qui souhaite imposer son diktat à ce qu'appelait Dominique de Villepin "la majorité silencieuse". Nous étudiants majoritairement opposés au blocus nous souhaitons étudier afin pour pouvoir gagner notre vie d'ici quelques années, ce n'est pas apparemment le cas des bloqueurs qui nous pourrissent la vie. Grâce au ciel, je suis dans une Fac qui n'a pas été bloqué ni pendant le CPE ni actuellement mais en revanche, je compatis au sort de ceux qu'ont empêche d'étudier sereinement !!!

Afin d'éviter que l'on me range dans la catégorie des pro-gouvernements comme le font les bloqueurs (application du principe : qui n'est pas pour moi est contre moi), je précise que je n'ai nullement voté Sarkozy ou UMP aux précédentes élections. Je n'approuve pas plus la politique gouvernementale au niveau économique et fiscal, mais je suis un démocrate et en tant que tel, je respecte le verdict des urnes qui a dégagé une majorité pour le gouvernement en place ce qui n'est pas le cas des bloqueurs qui disent représenter les étudiants mais ne représente que leur minorité qui est très faible.

4 commentaires:

dabigben a dit…

Merci d'essayer de mettre à plat ce qui se passe aujourd'hui dans les universités. La démocratie a perdu sa place et personne ne se rend compte que des négociations vont être engagées sans qu'elles ne soient voulu par les "étudiants qui étudient". Quand à ceux qui veulent tout remettre en cause ils feraient mieux de créer un réel mouvement politique avec une vrai étiquette, plutôt que de se présenter comme les portes parole du milieu étudiant. Mesdemoiselles, messieurs qui bloquez les fac, vous n'êtes pas nos représentant, vous n'avez pas de légitimité! Mentir pour faire peur, tricher pour imposer ses idées, utiliser les médias pour se faire entendre, ne pas respecte les avis des autres : vous me faites peur et je crains vos méthodes. Je crois en la France et en ses jeunes, c'est la seule chose qui me fasse rester dans ce pays. Mais j'espère sincérement que les minorités extrémistes n'empêcheront pas le pays d'avancer, ni les jeunes de trouver du travail et ainsi collaborer au redressement social et économique de notre pays.

emmanuel a dit…

Ah oui... c'est la majorité qui a raison... comme en 39!

Avec votre éducation politique, votre culture générale et votre petite tete bien remplie de star'ac, vous pensez que vous etes capable de faire les bons choix, ou bien de n'avoir ne serait-ce qu'une once de bon sens?

Vous me faites bien rire.

Les français sont des moutons. Je vais vous poser une petite question: sous Pétain, y avait-il plus de résistants ou plus de collabos?

Et dans votre famille, hein?

Allez les élèves modèles,et n'oubliez pas de refuser de preter vos cours aux "cancres", ils pourraient devenir meilleurs que vous...

Sans rancune.

P.S.: ne vous meprenez pas, je ne suis pas un gauchiste, seulement quelqu'un qui s'intéresse un peu à l'Histoire.

Orange pressé a dit…

Mon cher emmanuel, c'est un fait, les blocages sont le fait d'une minorité menbée par des militants d'extrême gauche (SUD, LCR, LO). Regardez la télé, écoutez la radio,n allez dans les facs vous verrez que j'ai raison. Pétite précision : je déteste la Star ac' et oui j'ai la chance d'avoir une cuilture qui mle permet de faire les bons choix. J'ai voté cette année mon candiudat n'a pas été élu mais je respecrte le scrutin contraiuremlent aux bloqueurs de Rennes II qui n'ont pas levé le blocage malgré le vote ultra-majoritaire pour la levée. Ensuite je ne vois pas ce que Pétain fait la dessus, vous êtes complètement à l'ouest. Expliquez moi où elle lka légitimité d'un mlouvement qui refuse la démocratie comme à Rennes II ou à Nanterre. Un gouvernement a été élu et même si je suis opposé à sa poltique, je respecte le scrutin, c'est aussi ça la démocratie. Ensuite, pour finir, je passe mes cours quand mes camarades en ont besoin, le problème n'est pas là.

emmanuel a dit…

Ah,

Je ne suis pas mécontent de recevoir une réponse comme celle-ci!

J'ai un petit coté provoc', et un petit coté fasciste (ce doit etre l'ascendance italienne, ça...).

Ce n'est pas etre à l'ouest que de faire un comparaison avec la seconde guerre mondiale:

La majorité des Français - et des autres, je ne fais pas de segrégation sur le coup - soutenait les régimes xénophobes et antisémites, avaient-ils raison? Je ne crois pas.

Vous pouvez certainement me répondre que c'est la peur qui les a fait agir ainsi, et dans ce cas je partagerai votre point de vue. Mais ne pensez-vous pas que c'est la peur égalemet qui a permis l'accession au pouvoir d'un personnage comme Sarkozy?

La peur du chomage notamment, grand vecteur de xénophobie et d'intolérance.

Là est mon point: ce n'est pas parcequ'un gouvernement a été élu démocratiquement qu'il faut accepter ses choix.

Je ne dis pas que les blocages sont la solution, mais il mettent en valeur la volonté de refus d'une politique qui étouffe les plus pauvres, et c'est en cela qu'ils sont respectables.

Pour terminer, ne vous inquietez pas, quelques semaines de "chienlit" n'ont jamais foutu en l'air les études de qui que ce soit. C'est de l'intox pour "caser" le mouvement.

Je vous souhaitetrè sincèrement bonne chance pour la fin de vos étude.

Cordialement,

Emmanuel.

P.S.: pas mécontent non plus que vous ne regardiez pas la star'ac!