dimanche 28 juin 2009

Florence Cassez. Le Mexique rajoute de l’huile sur le feu.

Je vous ai parlé hier du cas de Florence Cassez, car les autorités mexicaines avaient décidé de la transférer dans l’une des prisons les plus sévères du pays. On apprend aujourd’hui que Florence Cassez a pour compagne de cellule, une des pires criminelles latino-américaines. Transférée après la publication d’une entrevue remarquée qui dénonçait les arrangements pour condamner Florence Cassez en appel.

Le transfert de Florence Cassez a été effectué en violation de toutes les règles applicables au Mexique. La française a, en effet, été transférée de nuit vers 22h sans pouvoir emporter ses affaires. Mais ce qui est surprenant, c’est la raison invoquée par les autorités mexicaines pour justifier le transfert de Florence Cassez de manière aussi impromptue. Comme si le maintien en détention et la violation par le Mexique de ses engagements internationaux ne suffisait pas, les autorités diplomatiques du pays ont cru bon d’en rajouter une nouvelle couche en déclarant que « La mairie de Mexico qui gère la prison de Tepepan (celle où elle était), a pris cette décision en raison de travaux ». Bizarrement ces travaux apparemment destinés à renforcer la sécurité de Florence Cassez ont démarré assez opportunément, tout du moins assez promptement pour justifier un transfert de nuit sans que celle-ci puisse emporter ses affaires.

A Mexico, les autorités précisent : « Pour des raisons de sécurité, un tel déplacement n’exige pas d’informer au préalable le détenu, sa famille ou ses avocats ». Ceci est bien évidemment contraire à la constitution mexicaine, mais de surcroit contraire à la convention américaine relative aux droits de l’homme dont le Mexique est signataire. Le Mexique reconnait d’ailleurs la compétence obligatoire et de plein droit, la compétence de la Cour inter-américaine des droits de l’homme.

Ces propos sonnent comme une provocation après les déclarations d’un conseiller du ministère des Affaires étrangères du Mexique qui a déclaré que la commission entre le Mexique et la France chargée d’étudier le cas de la française, n’a été créée que pour s’assurer du maintien de la visite du président de la République française au Mexique. Nicolas Sarkozy avait en effet menacé d’annuler ou d’écourter sa visite si le cas de Florence Cassez n’était pas abordé.
« La création de cette commission bilatérale a permis une issue élégante à la visite du président Sarkozy. Politiquement, ça aurait été un échec si elle s’était terminée sur un refus. »

Interrogé par la presse, la présidence de la République, n’a pas souhaitée réagir mais le député UMP du Nord, Thierry Lazaro fulminait : « Le Mexique est un pays qui n’a pas de parole ».

Je vous l’avais précisé hier, les manœuvres diplomatiques traditionnelles ont échoué. La France en tant que membre fondateur de l’Union Européenne et en tant que pays a un poids diplomatique considérable. En pesant au Conseil de l’Union Européenne, pour que l’on suspende l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Mexique dont le Mexique a grand besoin surtout en ces temps de crise et en interdisant les importations mexicaines comme mesure de rétorsion à la violation des engagements internationaux de ce pays, Florence Cassez pourrait rapidement être sortie d’affaire.

L’Union Européenne est la première puissance économique mondiale, ainsi que la première puissance commerciale. En usant de son poids économique et commercial considérable, elle montrerait non seulement que Florence Cassez est utilisé à des fins politiques mais aussi que l’Union Européenne a une réelle influence sur la scène internationale.


Mise à jour.
L'AFP a publié une dépêche dans laquelle les autorités mexicaines assure que les travaux sont provisoires et que Florence Cassez réintègrera rapidement sa cellule à Tepepan. Toutefois, je suis très prudent à ce sujet, les autorités mexicaines nous ayant habitué à être régulièrement surpris par leurs rapides changements d'avis sur la question Cassez. Mais, même dans ce cas, le transfert ne serait-ce que provisoire de Florence Cassez dans une des prisons les plus dures du Mexique est une épreuve considérable pour celle-ci.

3 commentaires:

luc a dit…

je reposterais bien sur la page du comité de soutien de facebook, mais sur twitter, j'ai eu des liens vers des articles disant qu'elle réintégrerait sa cellule dans quelques jours après que les travaux de sécurité (pose de caméra etc. aient été mis en place). Les infos sont elles à jour ?

luc a dit…

http://www.facebook.com/group.php?gid=95405164276&ref=mf

Orange pressé a dit…

Certes, une dépêche AFP a été publié. Mais étant donné la volatilité été les rapides changements des autorités mexicaines, je serai très prudent. Par précaution, j'ai préféré ne pas publier cette information.

Comme cela pose néanmoins problème, je vais mettre l'article à jour.