mercredi 17 juin 2009

Relevons le drapeau ! Les priorités pour reconstruire.

Avant-hier, je vous avais fait part de la nécessité d'agir et de ne pas rester dans l'auto-flagellation. Nos députés européens récemment élus en particulier ont soulevés quelques idées pour remettre notre mouvement en ordre de bataille. Toutefois, ces idées sont assez générales et nous devons fournir des réponses concrètes et précises. A ce titre, plusieurs chantiers sont dès lors prioritaires et doivent retenir notre attention. Voici donc quelques propositions (non exhaustives) de chantiers prioritaires à mener à bien pour faire des régionales, un (relatif) succès électoral pour le Mouvement démocrate.


Internet et la communication.
Ce doit être LA priorité, si les Verts ont su conquérir les électeurs malgré des moyens militants plus que limités, c’est aussi car ils ont tiré parti efficacement d’Internet. Nous devons refondre complètement notre stratégie via ce biais. Mettre en place des équipes stables au niveau national et surtout local est essentiel, ceci démultipliera notre capacité d’action et nous permettra de mobiliser les sympathisants ou les personnes de la société civile qui ne le ferait pas autrement. Nous devons rationaliser nos outils existants et n’en garder que un ou deux.


Mettre en valeur nos propositions dans le domaine de l’écologie.
Nous sommes nombreux à l’avoir vécu, et j’ai pu en apprécier la teneur pas plus tard qu’aujourd’hui, beaucoup de sympathisants du MoDem ne savaient pas ou insuffisamment que le MoDem avait des propositions et des votes qui allaient plus loin que les Verts dans le domaine de l’environnement. Ainsi, la libéralisation du cabotage qui permet de réduire considérablement le nombre de camions circulant à vide sur les routes européennes a été votée par le MoDem et repoussée par les Verts pour des raisons idéologiques.
Nous avons en nous tout ce qui est nécessaire dans le domaine. Le travail effectué par les commissions qui ont préparé le programme des élections européennes doit être une base de travail et nous intégrons déjà les problématiques environnementales dans toutes nos propositions, il est grand temps de communiquer sur ce que nous sommes. Au MoDem, nous proposons de mesures fortes dans le domaine des énergies renouvelables, des transports en commun ou encore de la chimie verte alors que les Verts en restent à des généralités ou pires à des propositions purement utopiques qui ne peuvent être réalisées.
Sur 6 députés européens élus, au moins la moitié sont des professionnels reconnus pour leur expertise reconnue dans le domaine, mettons les en valeurs. Devant Corinne Lepage, je suis d’avis que Daniel Cohn-Bendit aurait été pris en défaut.


Régionaliser !
Je n’apprends rien à personne en précisant que le prochain scrutin est celui des élections régionales au printemps 2010. Autre élément qui a été confirmé par le dernier conseil national des Verts, ces derniers veulent partir seuls aux prochaines régionales. Mais un élément est à prendre en compte, les élections régionales sont un scrutin … régional et donc local. Certes moins que les cantonales ou les municipales mais tout de même. Et comme dans tout scrutin local, ce qui compte c’est l’enracinement local. Sur ce point, les grands partis ou tout du moins ceux qui sont suffisamment important dispose d’un tissu local militant et d’élus qui se révèle d’un fort soutien lors de ce scrutin.
De ces européennes, nous avons tiré 2 leçons à ce niveau. D’une part, il faut une communication nationale qui ne concentre pas trop l’attention sur François Bayrou voir même qui évite de le mettre en valeur ca r ce qui pourrait se révéler un point fort, serait aussi une faiblesse. Et surtout, nous devons régionaliser. Régionaliser en mettant dès maintenant en œuvre le processus de sélection des personnes qui figureront sur nos listes. Mettons en avant des jeunes, des femmes pas seulement par ce qu’ils sont mais par leurs qualités et leur envie de se battre. Régionaliser encore, en mettant sur la table et dès maintenant des idées et des propositions locales pour ces mêmes régionales. En faisant ce travail rapidement, nous laisserons ensuite le temps nécessaire à nos candidats nous approprier le fruit d’une réflexion que nous devons ouvrir largement. Nous pourrons aussi avoir le temps d’expliquer aux françaises et aux français ce que nous leur proposons dans les différentes régions de France et de Navarre.


Reprendre ce qui marche.
Si nous n’avons pas séduit nos concitoyens lors de ce scrutin, c’est parce que nous ne sommes pas parvenus à les convaincre de voter pour nous tandis d’autres y arrivaient. N’hésitons à reprendre les méthodes de campagne qui marchent ailleurs !
Nous avions lors de cette campane des européennes, une forte présence sur le terrain dont l’efficacité a été ruinée par une communication nationale désastreuse. Inspirons nous des Verts dans ce domaine.
L’UMP et la majorité présidentielle ont via leurs élus locaux ou leurs militants fait un important travail de bouche à oreille et su mobiliser leurs électeurs, insistons sur ce côté.
Nicolas Sarkozy a montré que l’on pouvait faire d’une faiblesse, une force comme en témoigne son attitude sur les énergies renouvelables et la conciliation avec le nucléaire dans sa visite suivant les élections européennes.


Revenons aux fondamentaux.
La création du MoDem a été l’occasion d’un véritable bouillonnement idéologique, l’occasion de faire émerger de nouvelles pratiques, un nouveau moyen de faire de la politique. Regardez bien ce que disent les Verts ces derniers jours, c’est très similaire à la démarche qui a été la nôtre : recentrage, mis en avant d’une démarche novatrice et centrée dépassant les clivages traditionnels, ouverture à la société civile et à des personnes n’ayant pris d’engagement politique. Tout ceci, nous l’avons fait émerger depuis longtemps. Maintenant structurés, nous avons encore une fois tout ce qu’il faut pour battre les écologistes sur leur propre terrain. Mieux, nous avons un réseau militant opérationnel et très implanté localement.

Voilà quelques points sur lesquels nous avons à travailler. Alors cessons l’excès de pessimisme et relevons le drapeau. Les victoires s’oublient vite, les défaites aussi. Rappelons que Nicolas Sarkozy avait en son temps réalisé à peine plus de 12% lors des européennes de 1999, et l’UMP à peine 16% en 2004. Regardez leurs scores en 2007 et 2009 !
Nous avons tout ce qu’il faut en nous pour faire un score honorable lors des prochaines régionales et repartir du bon pied. Arrêtons donc de tirer sur l’ambulance et relevons le drapeau.

1 commentaire:

CHANTOO a dit…

tout à fait d'accord avec toi! j'espère que tu seras entendu!