vendredi 19 juin 2009

"Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent.". Retour sur la journée mondiale de l'énergie éolienne.

Le 15 Juin dernier se tenait la journée mondiale de l’énergie éolienne. Si pour des raisons pratiques, celle-ci s’est étalée du 12 au 15 Juin, les évènements organisés dans le cadre de cette journée se sont surtout concentrés les 13 et 14 en fin de journée. Alors que la question environnementale est au cœur des esprits, cette journée d’action qui existe depuis 4 ans mise en place par l’EWEA (European Wind Energy Association), syndicat regroupant les différents acteurs de l’éolien, a en coopération avec le GWEC (Global Wind Energy Council) généralisée l’initiative au niveau mondial. Le résultat même si on pouvait tout de même espérer mieux a tout de même mobilisé des dizaines de milliers de personnes dans le monde entier.
L’objectif est sensibiliser le public et les élus locaux à l’éolien et de lever les préjugés diffusés par les opposants aux éoliennes. En effet, alors que l’énergie éolienne connait un développement exponentiel dans le monde, notamment aux États-Unis et Chine qui commencent à peine à se réveiller dans le domaine, beaucoup de contre-vérités sont diffusés par les opposants à l’énergie éolienne. Pourtant, dans des régions comme le Nord de la France et de l’Europe qui étaient auparavant très largement dotées de moulins à vent, les éoliennes se multiplient, fournissant une énergie propre, en masse et rapidement, puisque rapides à monter. C’est donc dans le cadre de cette journée, que je me suis rendu à cette journée de l’énergie éolienne en Belgique puisque malheureusement, les initiatives françaises pour populariser l’éolien et organiser des manifestations autour de cet évènement sont encore rares (à peine 40 sur toute la France).
Direction donc 2 parcs éoliens relativement proches de la frontière française : Estinnes, parc situé en Mons et Binche, et Quiévrain, ville frontalière avec Quiévrechain entre Valenciennes et Mons.


Estinnes, le parc avec les éoliennes les plus puissantes du monde.

Ce qui frappe quand on arrive à proximité du parc, c’est la taille des éoliennes, visibles à plusieurs kilomètres à la ronde. Il faut dire que les éoliennes qui composent le parc en voie d’achèvement mesurent 135m au niveau du rotor et 198m en bout de pale ce qui est assez impressionnant. Ici, tout est hors normes : la taille des éoliennes, bien sûr ; mais aussi leur puissance, 6 MW chacune et les moyens mis en œuvre pour créer le parc. Chaque machine fait 14 m de diamètre à sa base, dispose de 200 à 300 puits remplis de graviers comme fondations et stabiliser le terrain crayeux instables mais aussi les grues utilisées pour installer les éoliennes, puisqu’il a fallu en créer une spécialement pour le parc d’Estinnes, les autres n’étant pas assez puissantes pour soulever l’ensemble des pales d’un coup.
Arrivé au pied de l’éolienne, on est surpris par le silence de la machine. On entend à peine le vent dans les pales lorsque l’on est au pied de la machine c’est impressionnant. Aucune vibration, à peine entend-t-on les moteurs de la machine qui réorientent l’éolienne, ce qui n’est pas fréquent. A 100m, on n’entend aucun bruit.
L’évènement organisé à Estinnes était bien organisé, des navettes amenaient les visiteurs depuis un parking éloigné organisé sur le futur site d’implantation d’une éolienne. De nombreux artisans locaux : cafetiers, brasseurs, chocolatiers étaient présents. Les représentants de la société Windvision, qui a commandé le parc, étaient d’ailleurs un peu surpris par l’affluence de personnes venues pour cette journée et ont dû improviser des « visites » pour expliquer aux participants le projet et répondre à diverses questions sur les éoliennes et leurs conséquences. Il est d’ailleurs intéressant de constater que les questions posées étaient souvent très précises et montrait l’intérêt des citoyens sur ces projets.
Enfin, parallèlement aux animations organisées, un concours était organisé dont l’enjeu était une montée sécurisée au sommet de l’éolienne déjà en service. A 135m de haut et en fonctionnement, nul doute que l’expérience doit être intéressante.
Pour être resté plusieurs heures sur site, je peux témoigner du fait que les éoliennes actuelles sont extrêmement silencieuses et que bien des stéréotypes sont galvaudés. Si je le savais déjà, il était utile de vérifier une fois encore cela sur le terrain. La journée n’étant pas finie, direction le parc de Dour-Quiévrain.








Dour-Quiévrain, le parc type.

Deuxième parc de la journée, celui de Dour-Quiévrain était forcément moins impressionnant puisque doté d’éoliennes standard de 2 MW, mais hasard intéressant toujours du même fabricant, l’allemand Enercon. Ce parc donne cependant une meilleure idée de ce qu’est un parc classique avec des éoliennes d’une centaine de mètres de haut, plus regroupées et qui donnent un meilleur effet d’ensemble.


Arrivés sous le soleil, les animations à Quiévrain, bien que plus modestes n’en étaient pas moins chaleureuses puisque l’on pouvait visiter l’intérieur des éoliennes, chose qui n’était pas possible à Estinnes pour des raisons de sécurité. Entré dans la machine, peu de bruit si ce n’est celui discret de la ventilation des appareils électroniques contenus dans l’éolienne, et de temps en temps, le bruit des moteurs réorientant l’éolienne pour optimiser la production d’électricité. Ce dernier bruit disparaissant presque totalement une fois sorti de l’éolienne.
La visite de l’intérieur d’une éolienne étant bouclée, les organisateurs de l’évènement offraient un rafraichissement ou une glace artisanale (au choix) aux visiteurs de passage. Cadeau apprécié à sa juste valeur puisque le soleil se montrait bien présent. Un artisan chocolatier local vendait lui des éoliennes en chocolat pour un prix raisonnable ce qui ne gâchait rien à la fête. Le beau temps de l’après-midi a aussi permis de prendre quelques photos dont vous pouvez voir quelques exemples ici.


Bilan.


Cette journée, organisée par le syndicat des professionnels de l’éolien, a certes vocation à faire admettre et accroitre les aspects positifs de l’énergie éolienne. Il ne faut pas s’en cacher. Toutefois, il était très appréciable de pouvoir rencontrer des professionnels du secteur pour leur poser directement des questions. Et, si on peut penser a priori que les populations ne connaissent pas beaucoup le sujet, il est étonnant de constater que c’est plutôt le contraire. Les populations sont demandeuses d’information et sont tout à fait prêtes à accepter les éoliennes, pour peu que les projets respectent les règles en vigueur.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Si ces machines sont si séduisantes on comprend mal les oppositions locales de plus en plus vigoureuses.
A moins ,bien sûr ,que tous les adversaires de l'éolien industriel soient des imbéciles
. Or la liste des signataires de la demande de moratoire en Ardèche ne me semble pas réunir beaucoup de personnes incultes.