mercredi 8 juillet 2009

Conseil national. Analyse des décisions adoptées.

Après les premières impressions, puis un compte-rendu détaillé, voici les décisions adoptées le Conseil national du Samedi 04 Juillet 2009. Elles sont au nombre de 9.

1- Élargissement du Bureau Exécutif avec des responsables de terrain élus et non élus, qui sera effectué dans la semaine du 11 juillet ;

2- Création d’une équipe de secrétaires nationaux thématiques, chacun ayant la responsabilité d’une commission nationale ;

3- Création d’un groupe d’adhérents auprès du Bureau Exécutif pour contribuer au règlement des questions d’organisation interne ;

4- Renforcement du « droit à la médiation » défini au sein des statuts du Mouvement Démocrate par la création d’un groupe de médiateurs nationaux à disposition des 95 mouvements départementaux démocrates ;

5- Tenue d’un Congrès programmatique à l’automne ;

6- Mise en place d’un groupe de travail permanent sur la stratégie et la communication ;

7- Mise en place d’un groupe de coordination des stratégies numériques ;

8- Publication de l’ordre du jour du Bureau Exécutif hebdomadaire et du relevé de décisions afférent ;

9- Ouverture de la réflexion sur les modalités d’implication des adhérents au
Mouvement Démocrate à la désignation des candidats aux élections régionales, et sur les modalités d’association de la société civile.

Dans un souci de clarté et pour éviter les confusions, je ferai un commentaire détaillé de chaque décision votée par le Conseil national de Samedi dernier. En bon juriste, j’ai donc décidé de reprendre chaque décision avant de faire un bilan complet et d’en tirer une conclusion. Pour les lecteurs qui souhaitent uniquement avoir un éclairage général, je vous invite donc à vous rendre en fin d’article. Néanmoins, celle-ci ne prend tout son sens que si l’on prend de lire le cheminement qui y abouti. Bonne lecture et n’hésitez pas à donner votre avis.


Décision n°1 : Élargir le bureau exécutif.
Cette décision va dans le sens d’une collégialité accrue réclamée entre autre par Corinne Lepage et Jean-Luc Bennahmias mais aussi par les Promoteurs et de nombreux militants. Demandée pour éviter que le MoDem ne se repose éternellement sur le duo traditionnel Marielle de Sarnez-François Bayrou, un 1er pas a été franchi avec l’intégration des députés européens élus et de Jean-François Kahn, le 9 Juin dernier. Réaffirmé et voté lors de ce dernier Conseil national, cet élargissement doit se faire dans la transparence et François Bayrou doit réellement ouvrir le comité en lâchant un peu de pouvoir au comité. J’ai peur qu’on obtienne qu’un élargissement de façade.


Décision n°2 : Mise en place de porte-paroles et de secrétaires nationaux thématiques.
C’est une des mesures phares réclamées par les Promoteurs et par d’autres. Élément indispensable de tout parti politique comme l’a d’ailleurs rappelé à sa façon Franz Vasseur (si mes souvenirs sont bons), ils doivent être choisi parmi les personnalités connus et compétentes de notre parti, je pencherai pour Yann Wehrling et Olivier Henno qui représentent chacun une part des militants qui composent le MoDem. Bien sur, on peut en nommer d’autre mais je trouve qu’en avoir 2 serait déjà bien. Il faut d’ailleurs que ceux-ci puissent s’exprimer librement sans en avoir à référer à chaque fois à François Bayrou qui ne doit pas les démentir après leur prise de position.

Les secrétaires nationaux thématiques doivent comme rappelés en Conseil national présider les commissions. Le problème est que ces secrétaires nationaux doivent à la fois, être de bons communicants et savoir passer devant les écrans, s’investir dans les commissions en question et être compétent dans le domaine indiqué. Là encore, c’est un subtil exercice d’équilibrisme qui s’annonce. Notamment du fait que les commissions sont déjà dirigées par des personnes qui verraient mal un parachutage alors qu’elles ont tenu la barque quand de nombreux militants quittait le MoDem et/ou les commissions. La question qui se pose est donc de savoir si on nomme en tant que secrétaires nationaux, les personnes qui dirigent actuellement les commissions et qu’on les forme avec des professionnels de la communication ou alors est-ce que l’on nomme des personnes formés à la communication mais qui sont restés à l’extérieur des commissions ? Pour ma part, je penche pour la première solution. Reste que cela demande que l’on priorise les dépenses au niveau national.


Décision n°3 : Mise en place d’une cellule logistique et organisation.
Comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises, la logistique et l’organisation sont des éléments essentiels pour gagner une élection. Ces problématiques sont d’autant plus essentielles pour le Mouvement démocrate que celui-ci est beaucoup plus petit que le PS et l’UMP ou même que le PCF qui dispose de forces militantes conséquentes. L’efficacité élevée de nos militants ne suffit pas, il nous faut être très performant dans ce domaine car c’est là que ce gagne les voix dans les élections. En utilisant de façon optimale nos moyens matériels et nos ressources militantes nous pouvons faire la différence. Cette décision ne pourra encore une fois montrer son efficacité que si François Bayrou et Marielle de Sarnez dotent cette cellule d’un réel pouvoir de décision et des moyens financiers qui vont avec.

Les questions logistiques énervent François Bayrou car elles sont très fréquentes et quotidiennes alors que c’est pourtant le cœur de la victoire de toute élection.


Décision n°4 : Le renforcement des équipes de médiation.
Je reste plus que sceptique sur une telle décision. La médiation entre les militants est déjà du ressort de Gilles Artigues et connaît les ratés que l’on sait. Ce n’est pas de la faute de Gilles Artigues qui fait ce qu’il peut mais parfois, les problèmes internes dans certains mouvement départementaux sont si importants que je doute qu’une équipe de médiateurs suffisent. Encore une fois, il nous faut des personnes formés à cela et des personnalités qui s’imposent et puissent trancher dans le vif. Il faut éviter de devoir à référer en permanence au bureau exécutif qui in fine, sera le seul à prendre les décisions graves. A mon avis, une décision inutile si François Bayrou et Marielle de Sarnez ne lâchent pas un peu les rênes du pouvoir.


Décision n°5 : Un Congrès programmatique pour l’automne.
C’est pour moi, la plus mauvaise des décisions actées par ce Conseil national. Marielle de Sarnez a réussi à faire avaler à tout le Conseil national sauf une personne, l’idée de ce Congrès programmatique. Encore une réunion où l’on va discuter à n’en plus finir, qui noiera le poisson et qui de fait laissera les mains libres à Marielle de Sarnez et François Bayrou pour prendre les décisions pour les régionales. Car en organisant un Congrès programmatique à l’automne, vraisemblablement en novembre, Marielle de Sarnez et François Bayrou savent très bien ce qu’ils font en suivant le fameux adage politique « Quand on veut enterrer un problème, on créé une commission. Quand on veut enterrer une commission, on créé un comité d’experts. Quand on veut enterrer un comité d’experts, on commande une étude indépendante. ». Certains conseillers nationaux ont vu le risque que ce Congrès tourne encore une fois en palabres interminables mais se sont contentés de la garantie verbale que ce Congrès programmatique ne serait que la synthèse des réflexions entamées en mouvements départementaux. J’ai connu la création du MoDem et ses réunions du début qui étaient en fait des discussions à n’en plus finir. Si nous organisons un Congrès programmatique, loin d’être une remise en question de la mainmise actuelle et d’une collégialité plus grande à la direction du mouvement, nous renforcerons au contraire le duo actuel qui a montré ses limites.

Autre problème que pose un tel Congrès programmatique, son coût. Question qui semble complètement évacué par les conseillers nationaux mais qui m’a marqué durant le dernier conseil départemental du MoDem-Nord à Dunkerque. Un Congrès ça coûte cher, bien plus qu’un meeting ! Or, dans un parti qui manque d’argent, il vaut mieux éviter de gaspiller les ressources actuelles et les utiliser au mieux. Ce n’est pas ce qui est fait en organisant un Congrès. Le MoDem devrait plutôt dépenser son argent à rémunérer les militants qui fournissent un travail colossal pour les outils Internet ce qui reviendrait moins cher que d’engager des professionnels pour un travail de meilleure qualité. Il serait aussi préférable d’investir dans la communication et la formation qui sont des secteurs où nous avons d’importants progrès à faire. Bref, un tel Congrès serait coûteux et ne remplirait aucunement les espoirs placés en lui.


Décision n°6 : La mise en place d’une cellule permanente chargé de la stratégie et de la communication.
Autre proposition phare des Promoteurs, la mise en place d’une cellule permanente chargée de la stratégie et de la communication. C’est une décision importante et qui était très attendu. Après les nombreux ratés de communication et de stratégie de la campagne des élections européennes, cette décision était essentielle. Essentielle parce que tout simplement plusieurs personnes valent mieux qu’une ou deux. Il faut que cette cellule soit composée de personnes compétentes et formées à l’exercice de la communication. Or, ceci réclame des investissements. Il faut aussi dans le cadre d’une communication efficace investir dans des outils performants et modernes fruit du travail interne de cette cellule et ne pas court-circuiter le travail réalisé par cette cellule interne dédié en engageant des professionnels à l’extérieur comme cela a pu être le cas à plusieurs reprises précédemment. Encore une fois, il faut mettre des moyens et qu’un pouvoir de prise de décision soit confié à cette cellule pour qu’elle fonctionne correctement.


Décision n°7 : Un coordinateur des stratégies numériques.
Comme François Bayrou l’a rappelé à juste titre à Christophe Ginisty en espérant ainsi lui clouer le bec, il l’a nommé au poste de « monsieur Internet du MoDem ». Or, force est de constater et Christophe Ginisty l’a démontré, il a plusieurs fois été court-circuité à ce niveau. Un coordinateur c’est bien, mais si on ne lui donne pas la délégation de pouvoir qui va avec, c’est complètement inutile. Encore une fois, un coordinateur ne peut agir correctement que si on lui laisse un réel pouvoir et un budget pour me mener à bien les actions en question.
Il faut mettre à ce poste, un personne qui dispose des compétences nécessaires


Décision n°8 : Publication de l’ordre du jour du Bureau exécutif et du relevé de décisions qui en découle.
Proposé par Corinne Lepage, c’est pour moi, la seule véritable proposition originale qui n’était pas attendu et qui sera de nature à renforcer la démocratie interne. De même que toute décision ne peut être prise sereinement sans une information des citoyens, les sujets à l’ordre du jour doivent être portés à la connaissance des militants excepté pour des raisons évidentes de confidentialité certains sujets. Je suggère de renforcer cette initiative via un envoi à ceux qui le souhaitent d’une lettre d’information électronique pour permettre une remontée des propositions éventuelles aux membres du Bureau exécutif. Accompagné d’un procédure similaire pour le relevé de décisions, je pense que ce petit effort que François Bayrou ne considérait pas comme énorme va plus changer les choses que bien d’autres propositions. Comme le dit l’adage, « La démocratie tient par la procédure ». C’est exactement le but visé par cette initiative. Insignifiante au 1er abord, il me semble qu’elle changera beaucoup. Savoir c’est déjà agir !


Décision n°9 : Réflexion sur les primaires et sur l’ouverture à la société civile.
Réelle proposition sur le papier, mais dangereuse si on y prend pas garde, l’idée des primaires est séduisante. Quitterie Delmas qui nous a quitté en Février dernier en avait fait son cheval de bataille, on lui donne raison à rebours. Précision : Quitterie faisait partie du collectif Génération démocrate, qui était à l'origine de l'exigence de primaires. Il faut comprendre la mise en place de primaires comme l'aboutissement des revendications du collectif Génération démocrate dans son ensemble. C’est la première proposition concrète que faisait François Bayrou dont on sentait qu’il avait réfléchi à cette question depuis longtemps et qui avait changé d’avis devant l’ampleur du mécontentement des militants.

Problème, ainsi que l’a fait remarqué Christophe Ginisty, des primaires peuvent être sources de divisions internes et donc aller à l’encontre de l’objectif de réduire les divisions internes. Autre point souligné par Christophe Ginisty, la danger d’une ouverture aux sympathisants non contrôlé qui pourrait nous porter préjudice. Enfin, dernier point sur lequel Christophe a insisté et qui sur le sujet est le plus important : la nécessité de fixer la procédure avant l’été. Puisqu’en reportant l’élaboration de la procédure des primaires aux universités de rentrée à la Grande Motte, nous prenons le risque que certaines personnes fassent campagne en interne avant que la procédure ne soit fixée dans le marbre et donc permettre une campagne des primaires sans limites arrêtées ce qui peut causer des dégâts considérables et durables au sein des mouvements départementaux. Voilà pourquoi il est nécessaire d’agir vite et fort.


Conclusion.
Marielle de Sarnez a dit au sortir de ce Conseil national à Christophe Ginisty : « Avec ton mini-courant, tu as obtenu ce que tu voulais ». Là, je m’inscris en faux, il ne s’agit pour Chrisophe d’une victoire pas plus que les Promoteurs ne sont un courant. Les décisions qui ont été prises devaient pour la plupart être prises en ce qui concerne la communication notamment. En prenant ces décisions, le MoDem montre qu’il dispose encore d’une formidable capacité de rebond que n’a pas forcément le Parti socialiste. Mais attention, à l’image du sportif blessé qui tente de reprendre trop tôt, nous ne hâtons pas trop de croire que nous sommes sortis d’affaire. Loin de là ! Les décisions votées par le Conseil national ont pour une bonne part été plus ou moins imposées par les militants et conseillers nationaux à la direction du MoDem au travers des diverses contributions et pour les Promoteurs par le poids et le retentissement médiatique que cela a eu. Bien sur, ces décisions ont été communiqués à la presse mais à comme un fait en chasse un autre, cela sera rapidement oublié. Alors qui pour vérifier que les décisions du Conseil national sont bels et bien appliquées ?

Car beaucoup reste à faire, le Conseil national en est resté au stade des déclarations d’intention. Certes, celles-ci ont été votées et ont donc une force contraignante supplémentaire mais un long chemin reste à parcourir. Ce mardi soir, je discutais avec plusieurs personnes dont le responsable de ma section. Comme celui-ci n’avait pas eu vent de comment c’était passé le Conseil national, je lui raconté. Tandis que nous parlions des décisions adoptées, je lui faisais part de mon profond scepticisme et de l’urgence nécessité de prendre des décisions radicales et de maintenir une forte pression pour que ces décisions se concrétisent rapidement sous peine de nous conduire dans le mur. A ce moment, tandis que mon correspondant se félicitait du progrès accompli, j’avais l’impression d’être un illuminé par le simple fait de vouloir que notre mouvement se prenne enfin en mains et décide de lutter pour sa survie.

Vous l’aurez compris, je reste très prudent sur l’avenir des décisions adoptées par le Conseil national. D’ailleurs, le bureau exécutif que se tenait ce mardi n’a pas mis en place la résolution de publicité adoptée le samedi précédent. Oubli ou alors simple report ? Voilà déjà un mauvais signe. Signe aussi qu’il faut maintenir la pression pour obtenir de réelles avancées et pour sortir le Mouvement démocrate de l’ornière où il se trouve.

8 commentaires:

Olibé a dit…

Billet intéressant.
Je suis notamment d'accord sur les points 3 et 5.

Pour le point 7 : la dénomination a mystérieusement changé entre le listing de début et la description détaillée. Il ne s'agit pas "d'UN" coordinateur mais bien d'un groupe de coordination, ce qui change tout à mes yeux.

Déjà, un groupe a plus de pouvoir et de force qu'un monsieur tout seul.

En plus, il a vocation à réunir ceux qui font les outils du MoDem, donc moins de risques d'avoir un "autre projet en parallèle".

Enfin, il permettrait d'avoir un recul nécessaire et une réflexion collective, pour éviter de faire les mêmes bêtises que celles qui ont déjà été faites en matière de développement web.


Ce qu'il est important de voir, c'est comment les groupes des points 6 et du point 7 vont communiquer entre eux. En effet, la communication web devra être gérée par qui ? Et quelle sera la logique entre la communication normale et la cybercommunication ?

Anonyme a dit…

Cher Remi, ce n'est pas Quitterie Delmas mais un ensemble de personne dont/et,ou,avec qui a voulu des primaires des septembre 2007 (collectif génération démocrate). Et je rap le mauvais accueil que nous avions eu à la fois de nombreux adhérents et des cadres du parti à l'époque/à notre proposition.
Dans ce collectif, je peux citer sur paris par exemple MIP, Guillaume D, Michel H, moi-même...
Très amicalement, Virginie V www.generationsengagees.fr

florian_germany a dit…

bonne analyse.
Je crois en revanche que, bien mené, un congrès programmatique permet de mettre au point 3-4 grandes idées phares qui sauront donner une identité au MoDem.
Cela dit, la mise en application peut laisser à désirer.

arnaudh a dit…

Très bonne analyse, merci.

Comme Florian, je pense qu'un congrès, adossé à une campagne publicitaire / d'adhésion, avec supports pour tous les médias, à une ouverture programmatique vers la société civile, et d'un message de campagne pour les deux prochaines années (cf. "campagne permanente" sur mon blog), peut permettre de clarifier notre positionnement politique. Je reste dubitatif sur le timing, car je ne suis pas sur que nous ayons le temps de le préparer correctement, avec toute la réflexion programmatique, mais surtout stratégique que cela suppose.

J'en viens donc au point 6, qui sera, du point de vue électoral, le plus important. Développer une stratégie cohérente, intégrant tous les facteurs fluides de l'environnement politique, valable dans la durée, en préparation des régionales et des présidentielles, utilisant au mieux nos représentations à l'AN, au Sénat, au Parlement Européen, au Comité des Régions et les nouveaux élus, porte-paroles et SN thématiques, qui englobe tous les "quick hits" possibles, ne s'improvise pas. La stratégie de communication subséquente, non plus. D'où le besoin de mettre en place cette équipe, de la laisser travailler sereinement, avant de se lancer dans un congrès programmatique.

luciolebrune a dit…

Excellent article.

Je partageais déjà ton avis sur pas mal de sujets (logistique, médiation, etc.)

En effet, comme toi, je pense que la newsletter est très importante. Je pensais aussi à une newsletter sinon locale, au moins départementale et régionale...
Ne serait-ce que pour tenir nos agendas.

Dans le sondage des promoteurs, j'ai demandé à ce que ce mouvement continue pour qu'il puisse lui aussi veiller à l'application des recommandations, les adapter ou en créer de nouvelles si besoin était, selon l'évolution.

Amitiés,
Isabelle

Orange pressé a dit…

@ Olibé : En fait, il est prévu qu'il y ait les 2. Le problème d'un groupe est qu'il faut bien trancher un jour dans toute la réflexion élaborée.
La communication web doit normalement et d'après ce que j'ai compris être gérée par le coordinateur du groupe. Pour moi, le coordinateur mentionné au point 7 a vocation à chapeauter, le groupe au point 6.

@ Virginie : Certes, mais Quitterie en était tout de même un symbole. Comme tout raccourci, il n'est pas complet. Je vais donc publier un correctif.

@ Florian : Je ne partage pas ton optimisme. J'ai participé à presque toutes les réunions publiques du MoDem depuis sa création et à presque chaque fois, ça devenait des discussions à n'en plus finir et on peinait à faire une synthèse crédible. D'autre part, la réflexion des groupes très utile a mis un certain temps avant d'être synthétisée. En prenant en compte divers paramètres et en mettant à l'échelle, je pense que c'est une mauvaise chose.

@ Arnaud : J'ai bien conscience d'être minoritaire mais programmer un tel congrès programmatique en pleine préparation des régionales, c'est une perte de temps et d'argent. Travailler le projet des présidentielles de 2012 doit à mon sens se faire après les régionales au risque de nous cannibaliser les régionales. On nous a reproché de faire des européennes, une pré-campagne présidentielle, ne rééditons pas cette erreur avant les régionales.

Orange pressé a dit…

@ Luciole :
L'idée de la lettre d'information est envisagée au niveau national pour informer les militants de l'ordre du jour et du relevé de décisions du bureau exécutif. Il faut bien se rendre compte que peu de militants vont toutes les semaines sur le site national. Par contre, beaucoup plus nombreux sont ceux qui relèvent leurs courriels régulièrement. Je pense que ce moyen nous sera très utile.
Pour les échelons locaux, je préfère par contre laisser la liberté aux mouvements départementaux et comités de liaison régionaux agir en application du principe de subsidiarité. Libre à eux de demander le soutien de la cellule logistique nationale.

Concernant les Promoteurs, je suis d'avis que nous devons insister plus encore qu'avant. Si on se relâche alors que nous sommes si prêts du but, ce sera comme si nous n'avions rien fait.

Hubert a dit…

Je suis d'accord avec 99 % de cet excellent billet.
C'est grave docteur ?