mercredi 13 janvier 2010

Vœux de François Bayrou à la presse. Premières impressions.

Ainsi qu'il le qualifie lui-même, François Bayrou s'est livré au "rituel des vœux à la presse" en ce début d'année 2010. Vœux que l'on a pu suivre en ce mercredi 13 janvier vers 12h20 sur Public Sénat et LCI. Si beaucoup n'ont pas eu l'occasion de suivre en direct, l'exercice, la vidéo de cette cérémonie de vœux devrait être rapidement diffusée via Dailymotion.

Avant que l'exercice ne commence, François Bayrou a dit quelques mots à propos de la situation à Haïti, pays qui a vécu un séisme de forte puissance (7,3 sur l'échelle de Riechter) avant de faire observer un moment de recueillement. Puis, place à ce qui était l'objet de la conférence de presse : les vœux pour l'année 2010.


Sur la forme.
Pour ce qui est de la forme, François Bayrou est resté dans le classique. Arrière en bois de l'amphithéâtre Lecanuet que les démocrates notamment les membres du Conseil national connaissent bien. Une présentation debout derrière un pupitre comme l'année précédente. Pour l'essentiel, rien de trop original mais rien de trop strict non plus. On pourrait regretter peut-être un manque d'innovation dans la présentation, un peu de nouveauté aurait fait du bien.
L'exercice a duré une bonne quarantaine de minutes sans compter la séance de questions/réponses.


Les thèmes abordés.
François Bayrou a eu un discours assez structuré. Précédent le développement de ses idées, par ce qui ressemblait à une vague annonce de structure permettant de s'y retrouver. Le président du Mouvement démocrate a articulé son propos autour de deux thèmes principaux : l'emploi et l'éducation.


L'emploi.
Ce thème devait être abordé car c'est une des préoccupations premières des français en ces temps de crise. François Bayrou a ainsi sur plusieurs aspects que l'on considère comme des classiques du discours démocrate. Il a donc rappelé l'importance de maintenir un tissu industriel ou l'importance d'avoir une certaine souplesse pour lutter contre la concurrence mondiale. Rien de vraiment étonnant pour les habitués mais il était utile de le rappeler.


L'éducation.
Sujet auquel François Bayrou est très attaché en tant qu'ancien professeur de français et en tant qu'ancien ministre de l'Éducation nationale, il s'est y attardé un bon moment. Revenue sur le devant de la scène avec l'idée d'atteindre un objectif de 30% de boursiers dans les grandes écoles, l'éducation est LE sujet que le député béarnais maitrise. S'il a eu l'occasion d'y revenir lors de ces récents passages dans les médias, il a martelé l'idée que les français souhaitent l'équité et qu'une politique de quotas serait contre-productive.


Des aspects secondaires : la justice et l'identité nationale
A côté des sujets précités sur lesquels il s'est concentré, François Bayrou a dans la foulée aborder la thémathique de la justice en général, soulignant l'importance non seulement de la justice sociale et éducative mais aussi de la justice tout court, soulignant que les atteintes à cette dernière constituaient des remises en cause de notre modèle républicain.
François Bayrou a aussi abordé l'identité nationale parlant des résultats des référendums en outre-mer et de la place réservée aux candidats de la diversité comme têtes de listes démocrates pour les régionales. Il a définit l'identité nationale comme l'unité de toutes les différences qui sont la richesse de la population française, se tenant ainsi dans la lignée de la France en tant que terre historique d'immigration et de mélanges des peuples.


Les oubliés.
Le président du MoDem a toutefois oublié de parler de sujets essentiels. Enfin oublié, disons qu'il les a très brièvement mentionnés sans y attacher une réelle importance. Ces sujets, ce sont l'environnement et la dette.

L'environnement sera LE sujet pris en compte par les français lors du vote pour ces élections régionales devant l'emploi, l'éducation ou les transports. Malgré cela, aucune trace ou presque lors des vœux de François Bayrou à la presse. L'écologie est pourtant une des deux grands valeurs qui ont présidé à la fondation du Mouvement démocrate !

De la thématique de la dette publique, qui n'a jamais été autant d'actualité, il n'y a rien eu ou presque. Hormis une brève mention, rien. Ce fut pourtant un des idées fortes du candidat à l'élection présidentielle.

Enfin, les élections régionales n'ont pas été aussi abordées qu'on aurait pu l'espérer. Étape importante dans le calendrier politique, ces régionales seront une étape décisive dans le chemin menant au scrutin présidentiel de 2012.


Au final, que retenir ?
Le discours de François Bayrou à l'occasion de cette cérémonie de vœux n'a pas été l'occasion de révéler de grandes surprises. Les personnes intéressées par la question politique n'auront rien décelé de franchement palpitant ou qui puisse prêter l'objet à une quelconque polémique. François Bayrou a donné dans le classique, dans des sujets qui devaient certes être mentionnés mais pas autant qu'il l'a fait. Les questions importantes ont été trop rapidement traitées. C'est surement un choix délibéré. Peut-être François Bayrou veut-il éviter de refaire l'erreur des élections européennes où il s'était trop impliqué ?

Cependant, on peut regretter qu'il n'ait pas abordé les sujets sur lesquels le Mouvement démocrate est attendu au tournant pour ces régionales. La quasi-silence sur l'environnement est d'ailleurs très parlant. Le béarnais laisserait-il les verts et Europe-Écologie faire une OPA sur le sujet ? Si François Bayrou n'a jamais considéré l'écologie comme un sujet primordial, force est de constater que ne pas en parler est une erreur.

Au final de cette cérémonie des vœux à la presse 2010, on retiendra plus les silences de François Bayrou sur certains sujets plutôt que ses prises de position. Dommage !

2 commentaires:

Démocratie nanterrienne a dit…

Vous écrivez "L'environnement sera LE sujet pris en compte par les Français pour ces élections régionales, devant l'emploi ou les transports".

D'où tirez-vous cette certitude ? De quelles études ou de quels chiffres ?

Merci d'avance de vos précisions.

Cordialement,

Ch. Romain

Orange pressé a dit…

De plusieurs enquêtes qualitatives, dont une de l'institut LH2. C'est aussi spontanément le sujet sur lequel les gens attendent le plus des régions.