mardi 12 janvier 2010

Rachida Dati se met un barreau dans les roues.


Récemment, on a appris que Rachida Dati souhaitait devenir avocate et que pour se faire elle avait déposé une demande auprès du barreau de Paris.


Un problème de déontologie.
Le hic, c'est que comme tout avocat, elle va devoir respecter ce que l'on appelle la déontologie. Pour rappel, ce terme regroupe un ensemble de règles morales que les avocats doivent respecter. Ils doivent d'ailleurs s'y engager en prêtant serment de façon solennelle. Pas encore avocate, l'ex-garde des Sceaux et maintenant députée européenne ne semble pas en faire grand cas. Pas plus que des règles régissant les conflits d'intérêts auxquelles sont soumis les parlementaires européens et avec lesquelles elle a déjà tenté de s'arranger. Mme Dati a beau déjà cumuler les mandats de députée européenne et de maire du VIIe arrondissement de Paris, fonctions qui requièrent un temps conséquent de travail, cette dernière a donc décidé de devenir avocate. Mais un autre petit problème s'est glissé dans son plan.


Rachida se met des barreaux dans les roues.
Suite au dépôt de son dossier pour devenir avocate, Rachida Dati avait obtenu un avis positif du Conseil de l'ordre des avocats et du parquet général. Mais elle semblait avoir oublié un détail qui rendait l'entrée dans sa nouvelle fonction impossible. L'obstacle est tellement évident qu'il est assez évident à oublier : Rachida Dati est encore magistrate.
Et comme il est impossible d'être à la fois magistrat et avocat, Mme Dati ne pouvait pas prêter serment. Et un magistrat de préciser selon "Le Parisien" que tout "magistrat qui souhaite exercer une autre profession, comme celle d'avocat, doit faire au CSM (Conseil supérieur de la magistrature) une demande de mise en disponibilité".
Mais que l'on se rassure, la très engagée députée européenne a régularisé sa situation et envoyé sa demande de mise en disponibilité au CSM. Organe qui examinera cette demande avec la plus grande célérité bien sur ! Ce qui permettra à Mme Dati de prêter serment le 27 Janvier, ouf !


Qu'en penser ?
Cet évènement montre une fois encore le mépris affiché par les membres de la majorité envers les institutions et la bien piètre idée qu'ils se font de la chose politique. Avec la mort de Philippe Séguin, c'est bien une certaine idée de la droite républicaine qui a été enterrée hier. Une raison supplémentaire de regretter l'homme.

2 commentaires:

Yves Delahaie a dit…

Ton post est parfait et d'une grande lucidité.
Tu me connais, je suis sincère, et là je te rejoins pleinement (eu égard à plein de choses sur lesquelles nous ne sommes pas du tout d'accord !!).
Dans quel état d'éthique va-t-on récupérer la France en 2012 ou en 2017 ? Je suis effrayé...

Nemo a dit…

De toutes façons, ce n'est pas la première à jouer des relations pour forcer la décision et devenir avocat.
Le dernier dont je me souvienne est Dominique de Villepin qui avait eu la mauvaise idée d'arborer un noeud papillon par-dessus la robe le jour de la prestation de serment, ce qui ne se fait normalement pas. :D
Pendant ce temps-là, on exige encore de juristes confirmés qu'ils passent un examen, une formation et un stage...ce que l'on n'exige pas de ces anciens hauts fonctionnaires...
Je n'aimerais personnellement pas être défendu ou confier un de mes dossiers à ces avocats dont je doute sérieusement de la compétence juridique...