mercredi 15 avril 2009

Européennes 2009 : Comparatif des programmes 1/4 - L'UMP.

Les élections européennes sont un moment important de la vie politique par l'importance qu'a pris le Parlement européen. J'ai donc décidé de faire un comparatif des efforts et programmes des principaux partis qui se présentent à nos suffrages. J'ai écarté les petits partis qui n'obtiendront pas de députés et les partis extrêmistes europhobes. Je me suis donc attardé sur les 4 grands partis que sont l'UMP, le PS, les Verts et le MoDem. Première partie donc aujourd'hui et honneur au partie majoritaire sortant au Parlement européen : le PPE (Parti populaire européen) et son pendant national au niveau français : l'UMP.



L’UMP siège au Parlement européen au sein du groupe PPE (Parti populaire européen) qui dispose de 288 députés sur 785. Comparée aux autres partis, l’UMP se situe eu centre-droit du Parlement européen qui est globalement plus à droite que la vie politique française.


Alors que suite à la présidence française de l’Union européenne, l’enjeu européen serait au centre des préoccupations du parti du président de la République, il semble que cela ne soit pas le cas. En effet, seules les têtes de liste ont été désignées, les listes ne sont pas bouclées et il n’y a toujours pas de programme. Ainsi, la boutade de Xavier Bertrand lancée à des journalistes « Ne vous inquiétez pas, vous aurez tout avant le 7 Juin (date des élections) » est tout de même révélatrice d’une certaine réalité.

Dans le Nord-Ouest, la tête de liste est Dominique Riquet, maire de Valenciennes dont on peut raisonnablement penser qu’il mène la liste surtout par la présence de Jean-Louis Borloo et de Valérie Létard au gouvernement. Il est suivi de Tokia Saïfi députée sortante qui apporte la touche de la diversité, mais pour la suite de la liste rien. Seul message de la tête de liste Dominique Riquet, une nouvelle se félicitant de l’existence et l’importance de son groupe Facebook qui est important un des plus mal ficelé et utilisé des candidats existants.

Pour résumer, l’UMP n’est pas prête tant au niveau du programme que des candidats. Le parti évite de parler d’Europe et de la crise puisque s’aventurer sur ce terrain l’amènerait à parler de sa politique nationale fortement sujette à polémique. Le fait aussi que le parti ne mette que des seconds couteaux ou se serve du Parlement européen comme d’un placard doré est aussi symptomatique de l’importance que donne le mouvement au scrutin qui s’annonce.

2 commentaires:

olivier a dit…

Une dimension importante est que l'UMP a déjà son slogan de campagne : "Quand l'Europe veut, l'Europe peut". c'est simple, ça claque et ça vaut largement un 3travailler plus pour gagner plus"

Certes l'UMP n'a pas de programme et pas fini ses listes mais avec ce genre de slogan ils rameuteront sans doutes plus d'électeurs qu'une liste dont tout le monde se fout en dehors des têtes de listes et d'un programme que peu, bien peu, liront.

Orange pressé a dit…

Je suis partiellement d'accord avec toi. Certes, un slogan ça aide mais ça ne fait pas tout. Quand je rencontre les gens sur le terrain, il regarde au moins les points essentiels ne serait-ce qu'en vitesse. Or, l'UMP n'a rien ce qui démontre bien à quelle estime elle tient les citoyens.