mardi 26 mai 2009

Brèves de campagne : Jean-François Kahn sur RTL et les débats du jour.

La campagne officielle a démarré hier, et déjà les choses bougent. Enfin, elle commence la campagne, la pure, la dure, la vraie, celle qui accompagné de son cortège de débats, de mobilisations des différents partis.

La journée d'hier a donc été l'occasion de quelques déclarations.

Jean-François Kahn, invité de Jean-Michel Apathie sur RTL.
Défendant son engagement dans cette campagne des européennes par le type de mode de scrutin, JFK interrogé sur le fait que François Bayrou ait sorti un livre concernant principalement Nicolas Sarkozy, faisait remarquer que l’UMP faisait campagne sur Nicolas Sarkozy et de renvoyer vers les affiches et tracts de campagne de l’UMP. Et effectivement, c’est surtout le président de la République qui est mis en avant par l’UMP. JFK tape là où ça fait mal et la réaction n’a pas tardé à l’UMP puisqu’il suffit de se rendre sur le site de campagne pour trouver un message d’un militant UMP en une du site de campagne UMP dénonçant « les messages creux de Jean-François Kahn».
De toute évidence, le fait que JFK pointe le manque de propositions de l’UMP ne plait pas.
Il y est vrai qu’à y regarder de plus près, le programme de l’UMP est rédigé de telle manière que l’on peut qu’approuver que ce qui est dit.
Lors de la conférence nationale du Samedi 23 Mai, le même JFK disait que lorsque l’ambiance en réunion publique est morose, il lit des extraits de manifesto socialiste. On pourrait faire la même chose avec le programme de l’UMP !

Les débats du jour.
Ce lundi 25 mai, j’ai pu assister à 2 débats. Le premier avait lieu sur BFM TV entre Marielle de Sarnez et Daniel Cohn-Bendit, le 2e entre les têtes de liste des 4 principaux partis en Ile de France dans l’émission « Mots croisés » sur France 2.
Si le 1er a permis de faire émerger les différences entre le MoDem et les Verts notamment sur la question du fait de parler de la France dans la campagne électorale, sur la Turquie ou encore sur la réponse européenne face à la crise. Quelques points se sont fait jour sur la future commission, ou sur l’avenir de l’Europe dans l’économie verte.

Le débat du soir fut plus animé avec les participations de l’UMP et du PS en sus, plus quelques interventions de personnes des petits partis comme Nathalie Arthaud ou Nicolas Dupont-Aignan. Michel Barnier tentait de faire oublier qu’en tant que ministre de l’agriculture et de la pêche, il avait approuvé au niveau européen toute une série de mesures qui suscitent actuellement la colère des agriculteurs et pêcheurs (quotas laitiers et de pêche, Barrosé, etc.) tandis qu’Harlem Désir essayait lui de faire oublier que la précédente législature avait dirigée en vertu d’un accord entre le PSE et le PPE.

Alors Michel Barnier rappelait le seul argument de campagne de l’UMP qui peut se résumer par l’expression suivante : la présidence française de l’Union européenne ; Harlem Désir se présentait en héraut des services publics et dénonçait l’attitude du MoDem sur le sujet. Il est intéressant de noter que le MoDem a voté toutes les protections et dérogations pour les mêmes services publics alors le PS français a souvent voté contre son groupe en faisant alors le jeu de la droite.
Bref, rien de neuf du côté des 2 gros partis.

Daniel Cohn-Bendit, lui reprenait son discours contre le MoDem en atténuant parfois ses critiques, par la mise en lumière des contre-vérités défendus par l’UMP ou le PS.

Marielle de Sarnez a, je trouve, été la meilleure débatteuse sur France 2. N’interrompant pas les autres intervenants, défendant des propositions concrètes et gardant le masque devant des choses qui sur le coup pouvaient prêter à rire (ce dont ne s’est pas privé Daniel Cohn-Bendit) mais qui sur le fond ne l’était pas. Cette attitude était à mon avis, beaucoup plus constructive celle des autres débatteurs.

Aucun commentaire: