jeudi 21 mai 2009

Européennes 2009 : L’UMP a enfin son programme.


On peut dire qu’ils nous ont fait attendre à l’UMP. Enfin, c’est fait, ils ont publié leur programme, enfin, quelque chose qui y ressemble vaguement. C’était dans la nuit du Jeudi 14 Mai 2009 au Vendredi 15 Mai 2009. Il s’est fait attendre et 24 jours avant le jour de scrutin, c’est très tard. On aurait pu penser que le parti présidentiel aurait mis ce temps à profit pour nous concocter quelque chose de correct mais il faut avouer que le résultat final est assez décevant. On aurait pu le deviner aux vues de l’intérêt que montre l’UMP et du peu de publicité que font le gouvernement et l’UMP sur le sujet. Ainsi, regardons ce qu’est l’Europe selon l’UMP. Pour des raisons pratiques, je vais reprendre chacun de leurs 10 engagements.


Engagement n°1 : Augmenter l’influence de le France en Europe.
L’UMP rappelant l’importance de l’élection du Parlement européen juge que l’influence française au Parlement européen sera renforcée avec des députés présents qui pèseront sur les grands sujets.
Si on ne peut qu’approuver un tel engagement, on constate que malheureusement l’UMP n’a pas tiré les enseignements de la dernière législature. Alors que des députés européens UMP disposaient d’une présence excellente et d’une activité qui leur a permis de peser au Parlement européen, ceux-ci n’ont pourtant pas été reconduits. Pire, ceux qui restent sont en position peu favorable ou tout simplement éliminés. Cela n’aurait pas été si grave si ceux mis en avant pour les remplacer avaient les qualités requises mais au contraire ! A la place de députés de qualité comme Jacques Toubon, l’UMP a mis en avant de personnes qui ne souhaitaient pas aller à Strasbourg mais qui ont cédé pour éviter l’ire présidentielle telle Rachida Dati dont l’engouement pour l’Europe est plus que timoré. D’autres sont de seconds couteaux qui ne doivent leur éligibilité qu’aux manœuvres de parti.
Les personnes reconduites sont loin d’avoir un comportement et une activité exemplaire. Autre caractéristique des députés français, ils sont essentiellement présents dans les commissions parlementaires qui concernent des secteurs peu concernés par les politiques communautaires et ont donc en conséquence une faible influence. Cela s’est amélioré sur la dernière mandature mais cela concerne surtout les députés MoDem via l’ADLE et quelques trop rares députés PS ou UMP. A noter que les députés sortants évincés sont souvent ceux qui étaient les plus influents au Parlement européen. Bref, tenir cet engagement semble déjà bien compromis pour l’UMP.


Engagement n°2 : Une Europe plus forte au niveau international.
L’UMP met ici l’accent sur la présidence française de l’Union Européenne, la considérant comme un large succès. Mais la présidence française est finie. Certes, médiatiquement l’Europe a pu paraître plus palpable, mais dans les faits, rien d’extraordinaire n’a été fait. La défense européenne dont la réalisation était l’objectif n°1 de la présidence française n’a pratiquement pas avancé. La présidence française n’a pas plus résolu le conflit en Géorgie, se contentant d’apposer sa signature sur la proposition de sortie de conflit russe. Depuis, l’armée russe occupe toujours une part importante de la Géorgie. La lutte contre la crise n’a pas non plus brillé par son succès. La commission Barroso se contentant de faire l’addition des divers plans de relance nationaux pour donner l’illusion de l’existence d’un plan de relance européen. Les fonds européens débloqués ne représentent que 5 milliards €, autant dire une somme ridicule.
La présidence française de l’Union n’a donc pas été la réussite que l’on tente de nous vendre. Elle a été correcte sans être exceptionnelle. Et une fois l’écran de fumée de l’apparente suractivité du président français évaporée, le retour à la réalité a été dur.
Autre élément qui doit peser pour une Europe forte sur la scène internationale, le renforcement du Parlement européen avec l’adoption du traité de Lisbonne et la désignation du président de la Commission non plus par cooptation du Conseil de l’UE mais une élection par le Parlement européen. Une Commission européenne forte aura pour conséquence une Europe forte, ce qu’elle n’a pas été puisque M. Barroso dès qu’un projet de texte communautaire suscitait un désaccord l’écartait et laissait les États-membre via le Conseil décidé. L’UMP et le PPE souhaite reconduire M. Barroso.
Encore un autre engagement dont la tenue est très mal engagée.


Engagement n°3 : L’opposition à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.
Argument traditionnel qui peut faire pencher des votes alors même que les électeurs sont en désaccord avec le reste du programme. Ce point est régulièrement rappelé par l’UMP et permet aussi de se rallier quelques votes de la droite souverainiste. Pourtant force est de constater que le président Sarkozy a eu une attitude qui allait dans le sens d’une adhésion de la Turquie dans l’UE. Il a donné son accord pour l’ouverture des chapitres de négociations en vue d’une éventuelle adhésion sur lesquels le président Chirac avait mis son veto, et a supprimé le recours obligatoire au référendum que son prédécesseur avait introduit dans la constitution française lors de la réforme constitutionnelle de Juillet 2008. Autant d’éléments qui montrent le peu de détermination à s’opposer à l’entrée de la Turquie dans l’UE.
Si effectivement la Turquie ne rentrera pas dans l’Union, c’est surtout parce qu’économiquement elle n’est pas à la hauteur, que sa législation n’est pas euro-compatible mais aussi parce que le respect des droits de l’homme, élément essentiel dans l’Union n’est pas assuré.
Évidemment il est nécessaire de fixer des frontières à l’UE mais la majorité actuelle qui est au pouvoir depuis 2002 n’a rien fait et rien proposé en ce sens au niveau européen. Pourquoi en serait-il autrement pour la prochaine législature ?


Engagement n°4 : L’Europe, rempart contre la mondialisation.
L’UMP se dit opposée au protectionnisme mais favorable à des protections supplémentaires. Autant dire que l’UMP ne sait pas ce qu’elle veut. Tout en protégeant la dérégulation qui a conduit à la crise que nous vivons, le parti présidentiel estime qu’il ne faut pas changer les choses. L’Union dispose déjà de leviers pour contrer le dumping ou les subventions étrangères. Évidemment, ce n’est pas assez et il est nécessaire que l’Union pèse pour l’instauration de critères environnementaux et sociaux pour les produits qui sont commercialisés sur son sol.
L’UMP suggère aussi l’adoption de mesures pour améliorer la régulation mais qui a pourtant été réticent à la création de régulations ces derniers temps. Ensuite, regardons ce que fait l’UMP en France ! Le gouvernement UMP supprime tous les verrous légaux destiné à limiter les conflits d’intérêts et la concentration des sociétés dans des secteurs particuliers que sont les médias ou les services d’intérêt général.
Comme dit l’autre : « Fais ce que je dis mais pas ce que je fais ».


Engagement n°5 : L’Europe doit protéger son industrie.
Qui pourrait être contre ? Là encore l’UMP enfonce des portes ouvertes et tombe dans les banalités.
Qui serait contre la lutte contre le chômage ? Encore une fois, cela pose le problème de la clause sociale. L’Union dispose d’un poids économique qui permet de peser pour l’adoption de telles exigences et doit le montrer lors des négociations OMC. Là encore l’UMP tombe dans les banalités et encore une fois, le comportement des parlementaires au Parlement européen est en contradiction avec que le parti de droite propose. Il suffit de regarder les votes pour constater que loin des engagements que l’UMP prône dans le domaine, elle n’agit pas en fonction ou alors se contente du minimum lors de compromis obtenus difficilement. Un peu de cohérence serait la bienvenue pour une fois.




Engagement n°6 : La protection du consommateur.
C’est par ce moyen que la Commission sortante tente d’intéresser les citoyens à l’Europe. Mais si les initiatives dans le domaine. Si l’Europe a déjà fait beaucoup, beaucoup reste à faire. Et dans ce domaine, l’UMP n’a pas franchement fourni les moyens qui permettent d’améliorer cela. La protection des consommateurs est le fait de l’Europe mais aussi des États-membres qui doivent assurer les contrôles. Or, l’UMP et le gouvernement n’ont pas pris les décisions qui s’imposaient pour augmenter le nombre de contrôleurs. Enfin, la France est connue pour transposer les textes européens avec un retard très important dans le domaine de la protection des consommateurs. A titre d’exemple, la garantie pour vice caché n’a été transposée que 15 ans après que la directive n’ait été transposée.
Et au contraire de ce que l’UMP propose, elle a dans plusieurs domaines lutté contre les consommateurs en favorisant les entreprises. Le dernier exemple est le paquet Télécom où l’UMP a défendu la position des majors du disque sur l’amendement 138 ou encore les opérateurs de télécoms sur d’autres. Dans tout cela, la protection des consommateurs n’a pas vraiment été le dada de l’UMP.


Engagement n°7 : L’attachement à l’agriculture et à la pêche de qualité.
Les réformes de la PAC et de la politique de la pêche seront un des dossiers chauds que la prochaine législature du Parlement européen aura à aborder. La réforme Mc Sharry de 1992 avait déjà introduit l’idée de critères qualitatifs aux côtés de critères quantitatifs. Avec l’érosion des sols, la pollution des eaux et de l’air, il est évident qu’une nouvelle PAC doit être mise en œuvre. Mais on peut voir que ces derniers temps, M. Barnier actuel ministre de l’agriculture et candidat aux élections européennes a approuvé des décisions qui vont à l’encontre de cet engagement. En effet, la France a approuvé le « Barrosé » qui consiste à faire du rosé en mélangeant du rouge et du blanc, ou encore les fameux quotas de pêche.
Alors que M. Barnier prétend qu’il n’a pas validé les quotas de pêche, or toute décision dans le domaine de la pêche même si elle dépend de la majorité qualifiée ne peut pour des raisons de diplomatie être adopté sans l’approbation des « poids lourds » que sont l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie ou tout pays qui a un secteur important dans le domaine ce qui est le cas de la pêche.
Enfin, comment assurer une agriculture de qualité sans une correcte rémunération des agriculteurs ? Alors que le scandale de la baisse du prix du lait payé aux agriculteurs est à la une des journaux, cette baisse des prix est la conséquence de la suppression progressive des quotas laitiers approuvée par l’UMP. Contradiction quand tu nous tiens.


Engagement n°8 : La protection de l’environnement.
Alors que la protection de l’environnement et le passage à l’économie verte est essentiel, l’UMP se contente de s’attribuer le succès de l’adoption du plan climat. Or, le plan climat s’il constitue une avancée n’est que le strict minimum. Il a été adopté dans la difficulté et non pas grâce à Nicolas Sarkozy mais grâce aux négociations allemandes, britanniques et espagnoles en coulisses. La France a concédé sur de nombreux points dont les centrales à charbon polonaises très polluantes. Loin d’être en pointe, la France est au contraire en retard. Si le Grenelle de l’environnement a été une grande avancée, la France n’a pas mis les moyens pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée. Alors que les plans verts représentent $440 milliards dans le monde, la Chine pèse pour 200, les États-Unis pour 165, la Corée du Sud pour 45, l’Allemagne pour 12. La France dans son plan de relance qui n’en est pas un n’accorde même pas 500 millions d’euros à la rénovation du rail.
Il faudrait un véritable plan de relance européen qui passerait les bâtiments publics en passif. Cela permettrait de relancer l’activité tout en permettant l’émergence d’une véritable économie verte.


Engagement n°9 : La sécurité et l’immigration.
Encore une fois, l’UMP se glorifie des résultats obtenus par le gouvernement dans le domaine et s’attribue le mérite de l’adoption d’un plan européen de lutte contre l’immigration. Est-il utile de rappeler que ce qui est présenté comme une initiative présentée par M. Hortefeux, est depuis longtemps dans les cartons et que le texte adopté n’est pas du tout contraignant !
Depuis la naissance de l’espace Schengen, la disparition des frontières intérieures dans l’Union s’est accompagnée d’un renforcement des contrôles extérieurs et de ce que l’on appelle la douane volante grâce au système SIS qui permet une information en temps réel de toutes les polices européennes. L’adoption du mandat d’arrêt européen a aussi grandement amélioré les choses. Mais quel est la situation ? Le domaine en question a été communautarisé par le traité d’Amsterdam puis étendu avec celui de Nice mais reste grandement du ressort des États-membres. Lorsque l’on voit que des hommes sont dans le Calaisis mais aussi ailleurs en Europe traités comme des bêtes, on ne peut qu’avoir honte. Pourtant, c’est cela le résultat de la politique de l’UMP.
Le MoDem propose de réformer le système actuel du droit d’asile. Actuellement quand un immigrant veut demander asile, il doit le faire dans le 1er pays européen dans lequel il pose le pied. Ceci pousse les immigrants à traverser l’Europe pour se rendre dans le pays dans lequel il souhaite demander asile (souvent le Royaume-Uni). Il convient de refonder complètement les politiques dans le domaine et il faut que l’Europe se dote d’une réelle politique communautaire, ce que ne souhaite pas l’UMP malgré les déclarations d’intention ni beaucoup de pays en Europe.


Engagement n°10 : L’Europe de demain, plus de cohésion.
L’UMP finit ses engagements par un plaidoyer pour une Europe plus démocratique. Mais encore et toujours, le parti présidentiel fait le contraire. La présidence française et l’attitude de la France au niveau de la loi HADOPI ont montré un dédain marqué envers le Parlement européen avec un lobbying forcené pour faire échec à l’amendement 138 adopté par 3 fois à plus de 85% par le Parlement européen.
Autre élément : le président Sarkozy ne serait pas opposé à la reconduction de Barroso à la tête de la Commission européenne alors même que le traité de Lisbonne est en passe d’être adopté. Comme l’a dit Sylvie Goulard, les États-membres se comportent comme des copines qui se gavent de chocolat avant de faire un régime. Si l’UMP veut une Europe plus démocratique avec un rôle du Parlement européen accru, il faudrait que le parti de droite accepte le nouveau procédé de désignation du président de la Commission européenne.


Conclusion.
Après avoir étudié en détail le programme de l’UMP et après les programmes des Verts, on ne peut que constater que l’UMP n’a pas réellement fait l’effort de réfléchir à un programme. L’UMP a réalisé le service minimum en servant un ersatz de programme pour la forme. On est dans le même acabit de ce que propose le PS qui a pour lui la tentative d’un socle commun au niveau du PSE. Rien de cela à l’UMP. Pire que le PS, on tombe dans des banalités, des évidences. Le programme de l’UMP est rédigé de façon telle qu’en le lisant on ne peut qu’approuver ce qui est écrit à tel point que l’on dirait un sondage pour Le Figaro ou TF1. Loin du niveau de ce qui est proposé par les Verts et encore plus loin de qui est proposé par le MoDem, partis qui ont réellement travaillé pour fournir un travail de qualité, l’UMP déçoit. Le parti présidentiel met en avant la présidence française et le président Sarkozy, or la première n'a pas été fantastique juste correcte et le chef de l'État n'est pas candidat aux élections européennes. Cette volonté de mettre du Sarkozy partout exaspère d'ailleurs plus l'électorat qu'il ne le mobilise.
Oui, c’est triste mais en même temps, cela traduit l’intérêt que porte le parti présidentiel au scrutin européen de Juin prochain. Pouvait-il en être autrement alors que la campagne officielle ne démarre que le 25 Mai 2009 soit à peine 2 semaines avant le scrutin et que le clip gouvernemental pour inciter à voter aux élections européennes est une incitation à peine voilée à voter UMP. Non, décidément, la France avec un engagement aussi peu enthousiaste de la part des 2 plus grands partis est loin de l’engagement que portaient les pères de l’Europe. Le scrutin de Juin va-t-il prendre en compte cette réalité ? Il y a fort à penser que ce sera substantiellement le cas.

Aucun commentaire: