lundi 18 mai 2009

Lecture : Ça va mal finir !

Depuis quelques jours que le dernier livre de François Bayrou est sorti en librairie, on en parle comme d’un brûlot qui concentre les attaques personnelles selon les uns, d’un livre qui décrit la vérité selon les autres. Dans le même temps, Dominique Paillé, ancien élu UDF et maintenant porte-parole adjoint de l’UMP se livre à l’exercice bien connu qui consiste à brûler tout ce que l’on partageait avec les personnalités politiques que l’on vient de trahir. De tout cela, difficile de tirer des conclusions. Je n’ai pas encore lu le livre de François Bayrou mais Rue89 nous informait récemment que François Bayrou vend plus de 120x ce que vend que celui de Dominique Paillé. C’est dans ce contexte assez particulier qu’une récente lecture s’est rappelé à mon bon souvenir. Cet ouvrage, c’est le dernier livre de François Léotard intitulé « Ça va mal finir ! » dans lequel, l’ancien ministre livre son témoignage sur l’élection de Nicolas Sarkozy, l’enthousiasme qui l’a mené et la déception qui est monté depuis.


Un livre neutre ?
Dans ce livre, François Léotard y raconte brièvement son parcours commun avec Nicolas Sarkozy mais surtout l’ivresse qui l’a mené à voter Sarkozy et parallèlement les raisons qui ont expliqué son choix de ne pas voter pour le candidat de sa famille politique : François Bayrou. Il convient en effet de rappeler que François Léotard a été ministre avec François Bayrou et Nicolas Sarkozy de 1993 à 1995 et que tous 3 ont soutenu la candidature d’Édouard Balladur au 1er tour de 1995. C’est un point de vue intéressant qu’il livre là. D’autant plus intéressant que François Léotard s’est retiré de la vie politique et a créé sa petite entreprise. Il n’est donc plus intéressé pour tel ou tel poste ou un quelque avantage politique qu’il pourrait retirer d’une alliance avec l’un ou l’autre.


Une grande déception.
Ce livre traduit surtout une grande déception. La déception d’un homme de centre-droit qui a sincèrement cru au discours de Nicolas Sarkozy durant la présidentielle de 1995, fait dans l’idée d’un modèle social renforcé mais qui a vu l’arrivé de la société libérale (au sens français du terme) et qui traduit le malaise de l’homme face aux excès de sarkozysme : casting pour la composition du gouvernement, abandon de principes républicains essentiels, remise en cause de la laïcité à la française ou encore « retour » dans l’OTAN.
Cette déception est celle de millions de français qui sincèrement cru dans le candidat UMP, sur sa volonté de réforme et qui ont découvert un président nerveux remettant en cause les fondements républicains avec la reprise en main de l’audiovisuel, ou encore le paquet fiscal qui choque ce centre-droit. Ce qui ressort de cette lecture c’est la trahison que représente le sarkozysme pour une grande partie de la droite, trahison envers le modèle républicain français. Ce système qui a subi les coups de butoir du président Sarkozy avant de connaître un retour en grâce avec la crise, à tel point que le magazine économique ultra-libéral, the Economist face sa une sur les modèles français et allemand qui résistent bien mieux à la crise que le modèle anglo-saxon jadis porté aux nues.
De cet ouvrage, on pouvait attendre au 1er abord, une attaque violente contre Nicolas Sarkozy mais non. Si évidemment, François Léotard n’épargne pas l’homme et dénonce son attitude plus fluctuante, il critique aussi François Bayrou en expliquant que le recentrage du chef centriste fut pour lui une erreur.


Une lecture utile.
Dans un contexte plutôt agité et alors que se profile les élections européennes, le président de la République est pourtant fortement mentionné par les différents chefs de partis. Formidable président du Conseil de l’Union européenne durant la 2e moitié de 2008 pour l’UMP, président suicidaire qui conduit la France dans le mur pour le Parti socialiste qui ne parvenant pas à convaincre par les idées, en appelle à un énième vote utile ou encore très critiqué par François Bayrou dans son livre « Abus de pouvoir » qui se vend par cartons entiers dans les librairies. Dans ce contexte, il est intéressant de lire ce « Ça va mal finir ! » écrit par François Léotard qui livre le témoignage qui traduit la déception vécue par nombre de français. Livré d’un point de vue intérieur et extérieur à la fois, il apporte une sérénité dans un contexte qui en a bien besoin.
A lire donc !

Ça va mal finir, de François Léotard aux éditions Grasset, 10 €, publié en Mars 2008.


Aucun commentaire: