jeudi 11 juin 2009

Lettre ouverte de Anne Laperrouze.


Aujourd'hui, un autre point de vue. Je vous propose de lire la prise de parole de Anne Laperrouze, députée européenne sortante MoDem qui part sa compétence et son dévouement a redoré le blason français au Parlement européen. Faisant le bilan d'un mandat de 5 ans qu'elle qualifie de formidable et néanmoins emprunt d'une certaine amertume qui peut se comprendre avec son éviction du Parlement européen. Ayant fait sa connaissance par l'intermédiaire d'une amie qui se reconnaitra peut-être, j'espère vivement qu'elle reviendra à Strasbourg lors du prochain scrutin européen.

"BONJOUR A TOUS ET AU REVOIR !!!!
Un grand merci à tous pour votre soutien et pour les très nombreux messages de sympathie que je reçois !

Lundi 8 juin 20h00

Le poste de TV restera fermé ce soir, trop dur de supporter les commentaires des journalistes et des politiques suite à notre déroute d’hier. J’ai passé toute la journée à recevoir des messages d’amitié et de sympathie pour ma non réélection au Parlement européen, cela ressemblait à des condoléances. Ils sont tous adorables, je leur ai répondu gentiment, mais d’ici quelques jours la vie reprendra son cours, les élus d’aujourd’hui deviendront les vedettes de demain pendant que je réfléchirai à ce que je vais faire, « à tout ce temps que sera ma vie » et celle de ma famille. J’ai tenu bon toute la journée, sensible à ces marques d’attention. Mais ce soir, je viens de craquer : un fonctionnaire de l’ADLE a pris le temps de me joindre sur mon portable pour me dire, au nom aussi de ses collègues, comme ils étaient attristés de ce résultat, parce que selon eux, j’étais la meilleure au Parlement. C’était le message de trop… Pourtant, je croyais m’être préparée à une telle issue, depuis que François Bayrou m’a informée qu’il avait choisi Robert Rochefort comme tête de liste : « Tu comprends, tu as une toute petite notoriété, et Robert Rochefort a pour lui l’expérience des médias nationaux, c’est le directeur du Credoc, un type bien, vous allez faire une belle équipe !.. ». Mais à quoi cela sert d’être la meilleure si votre chef de parti ne le sait pas ou tout simplement s’en moque ?

Je ne suis pas entrée en politique pour être une politicienne. Je me suis engagée car j’ai été élevée avec le devoir d’aimer et d’aider mon prochain. Et j’ai atteint le zénith avec ce mandat, je crois que c’est le plus beau des mandats, j’ai eu le sentiment de participer à une si belle construction ! Oui, j’étais une privilégiée, je l’ai compris dès l’instant où je suis rentrée dans l’hémicycle à Strasbourg, tous ces peuples réunis pour la paix, pour édifier ensemble l’avenir des jeunes générations, pour répondre à ces enjeux mondiaux que sont la construction d’une nouvelle économie, la préservation de notre environnement, et surtout la cohésion sociale de l’Humanité, le Vivre Ensemble !
Mais fille du peuple, j’ai vite compris que n’appartenant ni à l’establishment parisien, n’étant ni la protégée à alimenter ou à (re)caser, ni l’apparatchik d’un parti, encore moins un ancien ministre, star nationale ou présentatrice du journal télévisé, mes jours seraient comptés…

Alors, représentant le peuple, je me suis donnée à fond dans mon nouveau job ! Grâce à ma formation d’ingénieur et mon expérience industrielle, je suis vite rentrée dans les dossiers (on dit rapports au Parlement). En cours de mandat, j’ai pris du grade en devenant vice présidente de la Commission Industrie Recherche Energie ; pour cela, je ne doute pas de la complicité des fonctionnaires du Parlement, qui, tel le majordome dans « Pretty Woman », m’indiquaient les usages en Commission parlementaire, et se réjouissaient de mes progrès !
Au Parlement européen personne ne vous demande d’où vous venez, il suffit de bosser, de pratiquer l’art de la diplomatie, et vous êtes reconnu ! Un concept qui devient rare de nos jours ! Merveilleux, non ?
Adieu donc, les rapports, les négociations en « eurobritish » avec la Commission et le Conseil, les interventions dans l’hémicycle, le forum européen de l’énergie, le forum européen de l’eau, l’ADLE, la délégation Chine, l’intergroupe vins,…Adieu les réponses aux sollicitations de la grande région Sud Ouest… Adieu à tous ceux qui m’ont sollicitée pour faire aimer le Parlement européen ! Adieu mes assistants Sylvain et Elodie, Amélie, Gérard et Alain, Adieu Nicola et Giedre, Tamara et Roger et tous les autres, Luis, Angelika, Alejo, Cristina, Vittorio, Lena, Chris, Elunet, Giles, Pilar, Reino, Patrizia, Sarunas, Fiona, Jerzy…
Après la vie que j’ai menée, hyperactive depuis 5 ans, décalage hebdomadaire entre la Mairie et le Parlement, Puylaurens et l’Europe, c’est vrai que l’atterrissage est douloureux.
Fille du peuple, je reviens me ressourcer auprès des miens !

Cette aventure que je viens de vivre, personne ne peut me la prendre… Si je deviens vieille, je radoterai certainement en racontant à mes petits enfants : « Je t’ai déjà parlé de mon voyage au Groenland quand il y avait la glace »?, ou bien « Tu pars demain sur la Lune, tu te rends compte, moi, j’avais été invitée pour assister au lancement d’Ariane… ».
La vie continue, avec ses joies, ses peines, ses déceptions, ses espoirs, … On m’a déjà dit : « vous n’avez pas choisi la voie la plus facile ». C’est vrai, le chemin est long, la voie est étroite, semée d’embûches…Mais la vie est belle et comme à chaque fois, je sais que je retrouverai l’énergie nécessaire pour une autre cause à défendre !

A ceux qui ont permis cette aventure,
A ceux qui m’ont accompagnée jusqu’au bout de cette aventure,
Et à Jean-Patrick, François et Jeanne qui ont certainement souffert de cette aventure,
Je veux dire un grand merci !"

4 commentaires:

Philippe Barthe a dit…

Chère Anne .
Merci pour votre franchise .N'en déplaise,ce sont bien les fils et les filles du peuple qui font grand défaut à notre mouvement.je suggère à l'establishment Parisien ou d'ailleurs d'y réfléchir .

Anonyme a dit…

J'aurai aimé qu'elle ait au moins un moins d'encouragement pour son successeur... mais même pas...

Anonyme a dit…

Pas beaucoup de commentaires de l'establishement parisien et de Robert ROCHEFORT

C'est pitoyable

http://francoiseblanche.hautetfort.com/ a dit…

Bonjour Anne

Bienvenue dans notre monde.

C’est finalement une bonne chose… Les grands changements qui peuvent mener à une autre politique, celle pour laquelle nous avons adhéré au Modem, sera l’oeuvre des hommes et des femmes du peuple…

C’est toute une éducation à revoir et… Ce sont les hommes et les femmes du peuple qui placent des Bayrou, Sarko ou autres pingouins au pouvoir…
Et ce sont ceux là qui nous font quitter les partis qui fonctionnent tous de la même manière.

Et le travail à accomplir, c’est de leur apprendre à former et choisir des représentants qui s’engagent pour tous, pas pour seulement une majorité…

C’est vrai que c’est difficile de quitter, comme ça, avec le sentiment de n’avoir pas été entendu. J’avoue que je garderai un bon souvenir de ma période d’adhérente Modem… Elle m’a appris que les hommes politiques sont petits et qu’ils ne peuvent rien sans les femmes du peuple… Comme vous et moi…

Il fera beau demain…

Françoise Blanche