jeudi 23 juillet 2009

Bureau exécutif du 21 Juillet, le Conseil national déjà oublié ?

Présent lors du dernier Conseil national le 04 Juillet et signataire de la lettre ouverte des Promoteurs, j’ai décidé d’exercer un suivi attentif afin de vérifier la concrétisation des décisions prises par le dernier Conseil national et qui visent à remettre notre mouvement en ordre de bataille. Si le bureau exécutif du 16 Juillet a été annulé par François Bayrou, j’avais pointé le non-respect des décisions du Conseil national du 04 Juillet dernier. Sans en changer une ligne à part la date du bureau exécutif, je pourrai vous reproduire l’article. Je me contenterai toutefois de vous y renvoyer : « Le Conseil national du 04 Juillet était-il du vent ? »

J’y soulignais notamment le non-respect du 8e engagement du Conseil national. Rebelote cette fois, avec un non-respect partiel comme lors du précédent bureau exécutif de cet engagement. Il est important de rappeler ce qui a été voté. Le Conseil national a voté la publication d’un ordre du jour AVANT la tenue du bureau exécutif ou au pire le jour même et non après. Pourtant, cet ordre du jour ainsi que le relevé de décisions n’ont été publié que 2 jours après le dit bureau. Bien sur, on ne peut exiger l’instantanéité mais tout de même, lorsque l’on s’attarde sur les ordres du jour, on doute qu’il faille 2 jours pour le publier. Le relevé de décisions est lui à peu près dans les temps.

Les décisions du bureau exécutif du 21 Juillet 2009.
Trois décisions ont été prises lors de ce bureau :
- un appel à contribution et participation aux universités de rentrée pour aider à la préparation de cet évènement sur proposition de Marielle de Sarnez ;
- un rapport sur l’activité des commissions d’ici fin Juillet sur proposition de Corinne Lepage ;
- la rédaction d’un cahier des charges par JMV (Jean-Marie Vanlerenberghe) pour les unions régionales entre mouvements départementaux dans la perspective des élections régionales de Mars prochain.


L’appel à contribution pour les universités de rentrée.
Piloté par Marielle de Sarnez, il vise à mettre en place une meilleure démocratie interne. Les adhérents sont invités à préciser les thématiques qui seront abordées dans le cadre de 4 ensembles : sujets d’actualité, enjeux régionaux, vie du mouvement et formation des adhérents. L’idée est en apparence séduisante mais recoupe des décisions déjà prises par le dernier Conseil national. Sur le plan logistique d’abord, puisqu’une cellule doit en être chargée.
Certes, un appel à candidatures court jusque fin Juillet mais il aurait été sage de regrouper les personnes actives sur ce plan dans une cellule provisoire afin de faciliter la mise en action de la cellule logistique qui doit voir le jour.
Ensuite, solliciter ainsi montre d’une certaine manière l’amateurisme de notre mouvement. Le Conseil national avait pourtant précisé l’importance de « professionnaliser » notre démarche était un impératif pour réussir les futurs échéances auxquelles nous seront confrontés.
Enfin, plusieurs des thématiques envisagées pour ces universités de rentrée rentrent dans l’attribution même des comités chargés d’y réfléchir et de les mettre en œuvre sur la communication ou comment convaincre grâce à Internet. Bien sur, rein n’interdit d’élargir la réflexion mais il ne faut pas que les comités qui doivent se mettre en place se retrouve pieds et poings liés au risque de les rendre inefficaces.
Dernière précision, cette sollicitation des adhérents est parvenue plus rapidement que le relevé des décisions du bureau exécutif alors que c’est le contraire qui aurait dû être fait. Il semble en effet plus logique de connaître les décisions prises avant qu’elles soient appliquées.

Le rapport de synthèse des commissions.
Le rôle des commissions dont Corinne Lepage rappelle à chaque fois l’importance du travail pour notre avenir doivent remettre un rapport synthétique pour rappeler les enjeux dans les différents domaines ainsi que pour orienter la réflexion lors des universités de rentrée. Il n’y a rien à redire sur ce point, ceci étant une des fonctions prévues de la part des commissions.

La rédaction d’un cahier des charges pour les régionales.
Indispensable dans le cadre des élections régionales de Mars prochain, ce rapport aurait dû être en chantier depuis déjà un moment. Que la décision d’en rédiger un seulement maintenant est un signe plutôt inquiétant car le calendrier serré dont nous sommes tributaires aurait demandé une préparation plus précoce et plus précise. On ne sait pas en effet ce qu’il recouvre. Des indications sommaires auraient été les bienvenues pour que des réflexions puissent remonter et être synthétisés par Jean-Marie Vanlerenberghe. Aucun mot sur les primaires et sur leur organisation. Rappelons tout de même que celles-ci doivent intervenir très rapidement afin que les candidats désignés aient le temps de s’organiser, de faire campagne mais aussi de s’approprier le contenu des programmes locaux. La diffusion tardive et trop complexe des tracts lors des dernières élections européennes ayant été une des causes de notre échec électoral, il serait bon d’en tirer des leçons.


Ce qui n’a pas été dit mais aurait dû l’être.
Ce qui est embêtant dans le relevé de décisions du bureau exécutif du 21 Juillet n’est pas vraiment ce qui y a été décidé mais plutôt ce qui ne l’a pas été. Nulle mention, en effet, d’un quelconque suivi des décisions du dernier Conseil national alors que François Bayrou, Marielle de Sarnez, Corinne Lepage et d’autres en ont reconnu l’importance. Aurait-il été déjà oublié ?

Rien n’est précisé. Les nominations au bureau exécutif qui devaient être faites par François Bayrou suite au bureau exécutif du 07 Juillet ne l’ont pas été et M. le sénateur Jégou, nouveau trésorier du MoDem, a d’ailleurs précisé le 16 Juillet alors que le bureau exécutif avait été annulé que probablement aucune nomination ne serait faite ou alors pas avant Septembre. Ceci est contraire à ce qui a été voté par le Conseil national qui a décidé d’élargir le bureau exécutif. François Bayrou qui s’est engagé à plus de démocratie interne ne doit pas seulement respecter cette décision, il est obligé de le faire selon les statuts du MoDem. Le président devant appliquer les décisions votées par le Conseil national.

Toujours rien sur les secrétaires nationaux, le profil n’a pas été défini pas plus que la transition avec la direction actuelle des commissions.

Pas de nouvelles non plus des différents appels à candidature pour les cellules logistique, communication et Internet ou encore pour le coordinateur des stratégies numériques. Une brève mention pour mentionner l’état d’avancement du processus aurait été souhaitable.

Et pour finir, pas de précisions sur le futur Congrès programmatique alors qu’il faudrait informer les militants. L’organisation d’un évènement d’une telle importance ne peut être relégué aux universités de rentrée et s’organiser soit dans la précipitation soit par des décisions arbitraires. Il est nécessaire d’avancer sur ce point. On attend plus de sérieux d’un Congrès qui doit nous réorienter et préciser notre avenir.

3 commentaires:

Orange Sanguine a dit…

"La diffusion tardive et trop complexe des tracts lors des dernières élections européennes ayant été une des causes de notre échec électoral, il serait bon d’en tirer des leçons." : tirer cette leçon, c'est remettre en cause justement un certain mode de fonctionnement et de gouvernance au plus haut sommet du parti;

Maintenant pour les futurs tracts des régionales, ce n'est pas Paris qui va s'en occuper (enfin, j'espère !) A chaque Région et fédé de se prendre en main mais cela suppose au préalable de poser la question des moyens financiers alloués pour faire campagne par Paris à chaque fédération. Une histoire de gros sous quoi ! Et comme le fait de faire appel a des adhérents pour discuter de la répartition des cotisation, c'est pas pour tout de suite, on risque d'aller encore droit dans le mur et de tout faire au dernier moment, et ça ce n'est plus possible.

Orange pressé a dit…

Merci pour la remarque mais la remise en cause de la gouvernance n'est pour le moment que formelle. Dans les faits, rien n'a vraiment changé.

Pour les tracts des futures régionales, ce n'est pas le national qui va s'en occuper mais il va y avoir une charte générale et diverses lignes directrices qui si elles ne sont pas suivis retarderont encore la préparation qui est déjà suffisamment en retard comme ça.

La question des financements n'est qu'une parmi d'autres. Il faut tout aborder de front et mettre en place la cellule logistique très rapidement. Un simple rapport-constat de la part de M. Vanlerenberghe ne suffit pas.

Julien IRONDELLE a dit…

Bonsoir

quelle est votre véritable identité ?