vendredi 17 juillet 2009

Le Conseil national du 4 Juillet était-il du vent ?

Le Conseil national du 04 Juillet 2009 dernier était présenté à juste titre comme un moment important suite à l’échec subi par le MoDem lors des dernières élections européennes. Moment animé où les critiques mais surtout les propositions ont fusé. Prenant la mesure au moins partiellement du choc subi, le Conseil national a décidé d’adopter 9 décisions. Pourtant, un peu moins de 2 semaines plus tard, force est de constater que rien ou presque n’est devenu concret. Certes, comme François Bayrou l’a dit lors de ce Conseil national, il a une personne gravement malade dans sa famille et on peut comprendre qu’il cherche à passer du temps avec celle-ci mais tout de même, prendre quelques décisions simples permettant ensuite de lancer la machine ne demande pas des heures. Et dans l’hypothèse où François Bayrou préfèrerait se donner du temps pour réfléchir, il existe un Bureau exécutif qui peut collectivement prendre soit une décision provisoire, soit une décision tout court.

Erratum :
Contrairement à ce que suppose cet article, le bureau exécutif prévu a été annulé. Toutefois, je persiste dans mon raisonnement qui est la plupart des décisions du Conseil national ne sont pas assez suivies et que les décisions qui pouvaient être mises en œuvre ne l'ont pas été. Aucun ordre du jour n'a été mis en ligne avant ce bureau annulé, ce qui pour un engagement assez simple à tenir est de mauvaise augure.
Ainsi, il convient donc de lire cet article à la lumière de cette information.


Les décisions qui peuvent être prises rapidement.
Présent lors de la conférence de presse de François Bayrou après le Conseil national, j’ai pu l’entendre dire que le Conseil national avait pris la mesure de la défaite électorale qui avait été la nôtre, qu’en conséquence il avait décidé de prendre 9 décisions importantes et qu’enfin c’était dans les moments difficiles qu’on parvenait à se souder pour mieux réussir ensuite. Mais de ces 9 décisions que reste-t-il ?

Plusieurs d’entre elles sont très faciles à mettre en place. La plus emblématique est la 8e décision qui précise qu’avant chaque Bureau exécutif, un ordre du jour est publié avant la tenue de ce Bureau et que celui-ci est suivi d’un relevé de décisions. Pour le 1er bureau suite à cette déclaration, celui du 07 Juillet 2009, l’ordre du jour et le relevé de décisions avaient été publiés au lendemain de la tenue de ce même bureau. Plusieurs militants ou conseillers nationaux l’ont relevé. Pour le suivant, on s’attendait donc à ce que l’erreur soit corrigée. Mais alors qu’un bureau exécutif s’est tenu le 16 Juillet 2009, aucun ordre du jour et aucun relevé de décisions n’a été publié sur le site du MoDem. Bien sûr, certains sujets doivent rester confidentiels mais il aurait bien vu de signaler cela si ça avait été le cas, or rien. A croire que les décisions du Conseil national sont tombées aux oubliettes. Ce n’est pas le cas mais ça en prend le chemin !


A l’arrivée de l’étape du jour.
En plein Tour de France, difficile de résister à la métaphore cycliste. Bilan d’étapes donc, de la tenue des 9 décisions votées par le Conseil national.

Décision n°1 : élargir le bureau exécutif.
Aucune nouvelle. Des décisions devaient être prises au 2e bureau exécutif suivant le Conseil national. Mais depuis rien, aucune nouvelle.

Décision n°2 et 3 : les questions des porte-paroles, des secrétaires nationaux et la mise en place d’un groupe logistique.
Si un appel à candidatures a été lancé pour les secrétaires nationaux lors du bureau exécutif du 07 Juillet, aucune nouvelle depuis. Évidemment, il faut laisser un peu de temps aux personnes intéressées pour candidater mais provisoirement on aurait pu nommer provisoirement les responsables des différentes commissions. Pour les porte-paroles, des nominations provisoires auraient été plus qu’utile car on constate que l’été est une période très active au niveau législatif mais surtout parce qu’il est essentiel d’occuper le terrain médiatique et d’affirmer notre présence. Cela avait été le cas lors de l’été 2008 sur le fichier Edvige et l’affaire Tapis mais malheureusement on achemine encore une fois vers une redite de l’été 2007 qui avait laissé la plupart des militants dans l’expectative.

La mise en place d’une cellule logistique complètement zappée alors qu’elle est très importante pose de sérieuses questions. Alors que les universités de rentrée du MoDem nécessaire un important travail logistique, on constate que la logistique démocrate relève plus de l’artisanat que du professionnalisme requis pour ce genre d’exercice. Les universités d’été auraient pu se relever comme l’épreuve du feu de la cellule logistique et auraient pu créer un noyau dur et soudé de personnes mais rien n’a été fait en ce sens.


Décision n°4 : Renforcer la médiation.
Un appel à candidatures a aussi été lancé, et avec l’été et les vacances, les mouvements départementaux fonctionnent au ralenti. Il semble donc logique que les renforts attendus au niveau de la médiation ne soient en place que pour la rentrée et l’automne.


Décision n°5 : Tenue d’un Congrès programmatique.
On connait juste la période : l’automne. Un peu flou alors que ce congrès est présenté comme le point de redéfinition des idées et de la stratégie démocrate. Sur le plan logistique, il est évident que les universités de rentrée passent avant l’organisation du Congrès. On peut seulement constater que l’existence d’une cellule logistique réellement efficace aurait fait avancer le processus. Toutefois, étant opposé à la tenue d’un tel évènement que j’estime inapproprié à l’heure actuelle mais surtout coûteux, je pense que cela traduit une certaine volonté de ne pas changer les choses.


Décision n°6 et 7 : Cellules communication et Internet.
Des appels ont été lancés avec une ligne jaune pour que les candidats postulent. Le délai n’ayant pas expiré, on peut considérer que le projet avance. Mais alors que les moyens et l’étendue de ces organes n’ont pas été fixés, on est en droit de s’inquiéter.


Décision n°8 : Publier un ordre du jour et un relevé de décisions.
Point le plus simple et le plus aisé à mettre en œuvre, il a connu des ratés pour son lancement lors du bureau exécutif du 07 Juillet 2009. On aurait pu penser que cela aurait été corrigé par la suite, mais non. Pire, pour le bureau exécutif du 16 Juillet, rien n’a été publié ni ordre du jour, ni relevé de décisions. Les décisions votées en Conseil national auraient-elles déjà été oubliées par François Bayrou et les membres du bureau exécutif ? Je ne pense pas mais si c’est le cas, c’est particulièrement problématique. Car si le bureau cale sur une difficulté aussi faible, on peut de la réelle bonne volonté du bureau d’appliquer les décisions votées par le Conseil national.


Décision n°9 : La réflexion sur l’organisation des primaires.
C’était LE point réellement innovant annoncé par François Bayrou lors du Conseil national du 04 Juillet dernier. Pourtant depuis, rien ! Alors que plusieurs personnes ont déjà commencé à faire une pré-campagne en vue de ces primaires avant d’avoir une place sur les différentes listes à l’instar de Jacky Majda, militant du IXe arrondissement de Paris. On peut s’interroger pour la suite. Christophe Ginisty et quelques autres avaient soulevés en Conseil national, la dangerosité d’une telle décision si le mode d’organisation de ces primaires n’était pas très rapidement précisé. Les premiers signes montrent comme prévus que cela sera source de divisions et d’augmentation des conflits internes.


Conclusion.
Le 1er bilan de la mise en place des décisions est particulièrement inquiétant. Ce que confirme les propos du sénateur Yves Jégou, trésorier récemment nommé en remplacement de Michel Mercier, qui précisait suite au bureau exécutif du 16 Juillet 2009 qu’aucune décision ne serait prise avant le bureau exécutif du 16 Septembre. Lors du Conseil national du 04 Juillet, François Bayrou, Marielle de Sarnez et l’état-major démocrate semblait avoir pris conscience de la nécessité de réagir pour contrer la grogne interne et remettre le mouvement en ordre de marche. Mais à la lumière de ce qui est advenu depuis et surtout de ce qui n’est pas advenu, on est en droit de se poser des questions. Si la nécessité de réagir a été comprise, cela ne semble pas le cas de la nécessité d’agir rapidement et concrètement sur les décisions votées par le dernier Conseil national. Un nuage supplémentaire dans un ciel démocrate déjà bien chargé !

8 commentaires:

Bruno P a dit…

Si mes informations sont correctes, le BE de cette semaine a été annulé. De plus, sil y a bien Appel à Candidatures pour les groupes de travail "siege", pour les mediateurs et pour le Numerique, ce n'est pas le cas pour les Secrétaires Nationaux et les Porte-paroles.

Capucine a dit…

Les groupes (médiateurs et adhérents) ne peuvent être formés (points 2 et 3) qu'après la date limite de candidature qui est le 31 juillet!! Quant à l'élargissement c'est du seul ressort du bureau exécutif, alors pas de panique!!!
ah là là qd on est motivés qu'est ce qu'on est impatients!

benoux59 a dit…

Ca donne pas trop envie d'adhérer quand je lis tout ça... :/

Orange pressé a dit…

@ Bruno : Effectivement, je ne l'ai su qu'après avoir publié mon article. Le bureau exécutif a bien été annulé par François Bayrou. Mais dans le fond, je persiste à dire que les choses qui devaient être faites ne l'ont pas été. Je vais publier un correctif.

Pour les secrétaires nationaux et les porte-paroles, on avait une solution de transition à mettre en place. La nature a horreur du vide. Il faut maintenant agir vite ou mourir. Je préfère nettement le 1er choix.

@ Capucine :
Pour les groupes, évidemment, les groupes ne peuvent être formés qu'après la fin du délai. Je l'ai d'ailleurs précisé. Pour l'élargissement, la question était depuis les municipales sur la table, l'aval vient juste d'être donné c'est tout. Vu le temps que ça a mis pour être validé, on a largement eu le temps de voir auprès de qui on élargirait. Il ne t'aura pas échappé que Christophe Ginisty ne fait pas partie d'un potentiel élargissement et que le CCC a été chargé d'étudier son cas.

Concernant la motivation, je n'en manque pas. Mais j'ai été très engagé dans les européennes, comme jamais avant (et je suis du genre à m'impliquer fortement). J'ai pris une énorme claque à la vue de notre score. J'ai décidé de réagir. Une réaction vigoureuse est un signe de bonne santé. Une réaction molle, un signe de décrépitude.

@ benoux59 :
Je ne sais pas si c'est à toi que je l'ai déjà dit mais si tu me lis, tu comprends que je n'ai pas pour credo de cacher les choses. La contestation c'est comme la douleur. Un peu, ça avertit et ça oriente vers l'endroit d'où vient le problème. Trop, c'est mauvais signe, on risque de perdre le patient. C'est exactement le cas du MoDem, on est à la lisière entre la bonne et la mauvaise douleur.
Le problème actuel du MoDem n'est pas tellement sa politique d'alliance ou qui aura le pouvoir en interne mais sa survie en tant que mouvement politique, tout simplement !

benoux59 a dit…

Oui, merci Orange Pressé de faire un tel blog, ca permet de voir un peu la vie du parti par d'autres canaux de communications que le site du MoDem (un peu à la ramasse soit dit en passant).
J'espère sincèrement que le MoDem va connaitre un nouveau départ !

Orange pressé a dit…

Effectivement, le site du MoDem est carrément à la ramasse. Depuis plusieurs, nous sommes quelques-uns à pousser pour qu'il soit refait et soit enfin digne de notre mouvement.

Nous avons aussi proposé plusieurs projets et avons enfin obtenu la création de cellules de communication et internet. Reste à faire !

benoux59 a dit…

Oh que oui la comm' est à refaire ! On a beau dire, mais l'UMP reste un sacré modèle pour cela...

Il faudrait donc : un site internet digne de ce nom, bien fourni, à jour et interactif, des vidéos... ainsi qu'une cohérence entre les différentes plateformes (lesdemocrates, bureau virtuel, e-democrates), on s'y perd vraiment !

Comme tu dis : "reste à faire !"...

luciolebrune a dit…

Il y avait un gros obstacle à la mise en pratique immédiate des résolutions : la période des congés. Je savais pertinemment que ces promesses ne pouvaient être tenues en temps. Donc il faudra être attentif à ce qu'elles le soient à la rentrée, car le temps joue contre nous.