dimanche 26 juillet 2009

"L'Angleterre n'est plus une île"


« England is no longer an island »
C’est ainsi que titrait “The Daily Mail” après la traverse de la Manche de Louis Blériot. Le journal avait, sous l’impulsion de son fondateur et propriétaire Alfred Harmsworth (devenu Lord Northcliffe), en proposant des prix incité à l’avancé de l’aviation. Si le prix remis à Louis Blériot est un des plus connu, il n’a pas été le plus important mais était toutefois considérable pour l’époque avec une somme de £1 000 soit environ £100 000 actuellement.

Pour le centenaire de cette traversée historique qui consacré l’avion comme nouveau moyen de transport, diverses tentatives ont eu lieu mais celle d’Edmond Salis a pu se faire, le contrôle aérien français n’ayant pas autorisé les autres tentatives pour cause de vent trop fort. Cette traversée plus longue que l’originale s’est toutefois bien passée et le public ravi autant que le pilote ravis.


Les festivités pour le centenaire.
Pour fêter l’anniversaire de cette traversée, diverses festivités ont ou sont encore organisées. La ville natale de l’aviateur, Cambrai, lui consacre une année Blériot avec moults évènements dont une exposition très intéressante qui vient de fermer ses portes après plusieurs mois de visite. Composée de nombreux objets dont la caméra ayant filmé le décollage, elle rappelait dans quelles conditions épiques s’est déroulée la traversée. L’aviateur qui ne pouvait compter sur son Blériot XII accidenté quelques jours auparavant lors d’un meeting à Douai, avait dû se rabattre sur le Blériot XI pour faire sa tentative. Accident dont l’aviateur portait encore quelques séquelles puisqu'il était encore brûlé de son accident à Douai lors de sa tentative de traversée.

Des associations locales avec le soutien de la communauté d’agglomération du Cambrésis ont donc organisé un meeting retraçant l’histoire de l’aviation au travers des démonstrations en vol de nombreux appareils d’époque mais dont la fin a été ternie par un problème de radio de la patrouille de France qui a contraint à annuler son passage.


A Calais, d’autres festivités étaient organisés lors d’un week-end dédié à la tentative autour du 100e anniversaire de cette traversée avec des tentatives de traversée en Blériot XI mais seule celle d’Edmond Salis a pu aboutir. De nombreuses autres animations étaient toutefois organisées avec des spectacles, des conférences sur l’aviation au début du XXe siècle ou encore par le passage d’ULM. Mais le clou de la journée anniversaire de ce 25 Juillet 2009, puisque les Blériot XI ne pouvaient décoller pour cause de vent, fut le passage de la patrouille de France où les pilotes ont pu démontrer leur habileté et leur talent par de nombreux passages à très basse altitude au dessus des flots de la mer du Nord, à proximité de Blériot-Plage, ainsi nommée en hommage à l’illustre aviateur.



Au final.
Les festivités pour marquer le centenaire n’ont pas manqué mais ont souffert par certains points d’un manque de médiatisation. Il est en effet dommage que la France ne célèbre pas plus les hommes qui ont marqué son histoire. Après l’occasion ratée de fêter le bicentenaire de la bataille d’Austerlitz, on aurait pu s’attendre à un sursaut. Toutefois, malgré la traversée réussie de nouveau de la traversée de la Manche en Blériot XI, il était important de saluer ce qui reste un exploit de traverser pour l’époque sur une distance aussi importante une étendue d’eau sur un engin rudimentaire. Blériot, brillant ingénieur et industriel, su tirer profit de son exploit pour jeter les bases de l’industrie aéronautique française en prouvant que voler était plus qu’un loisir. Sa société nationalisée en 1937 existe toujours au travers de la société EADS.


Pour aller plus loin, quelques articles :
- The International Herald Tribune.
- The Daily Mail ici et aussi là.
- La Voix du Nord.

Aucun commentaire: