jeudi 26 novembre 2009

La vérité sur la désignation des candidats du MoDem aux régionales.


La désignation d’Alain Bolium génère un énorme buzz sur la blogosphère démocrate, presque tous les blogueurs démocrates se sont pris de passion pour le sujet. Si en grande majorité, ils approuvent ou sont enthousiastes, quelques réactions ont un message contraire. A titre personnel, j’aborderai le sujet quand disposerait d’un recul minimum sur la question.

Cet épisode est toutefois intéressant car il soulève indirectement la question du mode de désignation des candidats aux élections régionales, au tout du moins de ses têtes de listes. Dans le concert de louanges, Christophe Rabiet d’Ille et Vilaine déplore « Ce sera la même mascarade que pour les européennes ! » tandis que Sylvie Tassin de Nantes dans son « Petit manuel pour lutter efficacement contre la démocratie » mentionne en 10 points succincts les atteintes à la démocratie interne à l’approche des prochaines régionales.

Ainsi, ceux qui prédisaient un nouvel enfumage par François Bayrou et la reconduction de la désignation des candidats par le fait du prince.

Pour les personnes qui veulent aller à l’essentiel, vous retrouverez d’abord une présentation du contexte général puis vous trouverez un guide par étapes vous illustrant que tout est bien pensé afin d’éviter de faire confiance aux militants.


Contexte.
Cassandre, jamais entendue...
La demoiselle avait reçu d’Apollon le don de prévoir l’avenir. Mais celui-ci, ne pouvant lui enlever ce don, se débrouilla pour que les prophéties de Cassandre ne soient jamais écoutées.
Au MoDem, c’est un peu pareil, ceux qui attirent l’attention sur ce qui ne va pas ne sont pas écoutés et la direction du MoDem reste dans sa tour d’ivoire.


« Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur. », Winston Churchill.
Ainsi, jetant un œil dans mes archives, je relevais déjà en Juin 2009 les aspects à ne pas négliger pour réussir les régionales et la nécessité de faire émerger de nouvelles pratiques. Le Conseil national du 04 Juillet 2009 qui suivait les élections européennes s’en étaient tenu aux engagements. Sur le mode de désignation des régionales, François Bayrou avait alors lancé une bombe : des primaires seraient organisées pour les régionales et devait réagir. Il faut dire que la colère grondait parmi les militants suite au mode de désignation très contesté des régionales.
A l’époque, je m’étais montré sceptique sur ces primaires. Je pensais qu’en l’état des choses, ce n’était pas possible sans au moins un mode d’emploi provisoire. Malgré l’urgence d’agir, rien n’a été fait. Dès lors, je m’inquiétais de savoir si au final tout n’était pas prévu d’avance. Pour moi, l’annonce de primaires sans plus de précisions et le report de toute action ou décision à la rentrée montrait clairement une volonté de François Bayrou de vouloir revenir sur cette décision du Conseil national.

Ainsi, durant tout l’été, profitant du le vide intersidéral qu’était la question du mode de désignation des candidats aux régionales ; quelques-uns ont osé y s’aventurer. Certains comme Jacky Majda faisant leur propre campagne devant les militants, d’autres plus malins, défendaient leur candidature en utilisant les réseaux d’influence. Chacun ayant pour but d’être parmi les heureux détenteurs d’une place éligible.


Faites ce que je dis mais pas ce que je fais.
On peut reprocher beaucoup de choses à l’UMP, le suivisme quasi-aveugle du président de la République, la mauvaise foi patente et permanente de la part de ses membres… Mais force est de constater que c’est bien l’UMP qui a organisé des primaires pour choisir ses têtes de liste et pas le Mouvement démocrate. Ainsi, c’est le parti qui respecte le moins les institutions républicaines, qui semble plus démocratique que le MoDem.



Tout est décidé depuis le début.
Du côté du MoDem par contre, on fait exactement tout pour enterrer ce qui avait pu être décidé le 04 Juillet.

A l’époque, François Bayrou avait déclaré que ce Conseil national devait être celui du renouveau. Des investitures accordées au terme de primaires étaient une de ces mesures emblématiques. Puis, l’été est passé par là et notre béarnais de président a souhaité revenir sur cette mesure selon lui après avoir reçu de nombreux courriers craignant les divisions internes qu’occasionnerait une « campagne » interne pour ces primaires.

Crainte de faire confiance aux militants, volonté de garder le contrôle, ce n’est qu’une partie des motifs qui montre bien que depuis le début, tout est fait pour éviter de passer par les militants et tout décider en cachette dans les bureaux du 133bis.

Pourtant, il me semble qu’en 2007 et régulièrement depuis, le MoDem veut être le parti du renouveau. Mais pour le moment, on n’en est resté aux idées. La traduction dans les actes, elle, attendra.


« Il est bien rare que nous soyons élus par ceux que nous avons choisis. », André Billy.
Pas question de faire confiance aux militants ! Les statuts ont beau préciser de manière particulièrement floue que les mouvements départementaux doivent être consultés pour le choix des candidats. En pratique, rien. La priorité est donnée aux manœuvres internes.

Ainsi, en Alsace, les militants ont, contre la volonté d’une des présidentes départementales, décidé d’organiser des primaires pour choisir leurs candidats. Soutenu par Odile Uhlrich-Mallet (présidente du MoDem 67), les militants ont donc signifié leur refus de se voir imposer leurs têtes de listes. En consultant des militants, on pouvait en fait apprendre que la présidente cherchait juste à obtenir une place éligible. Cette semaine, on a appris que le Bureau exécutif national avait désigné les têtes de listes pour les régionales en Alsace. Les heureux « désignés » sont Odile Uhlrich-Mallet et Yann Wehrling. De fait, la conseillère régionale sortante a passé le vote des militants locaux par pertes et profits pour assurer sa place. Le vote n’étant ici qu’en fait un moyen de pression pour obtenir une reconduction tardant à se concrétiser.
Les militants floués, en sont donc pour leurs frais.

De manière générale, la reconduction du mode de désignation des candidats utilisés pour les européennes et reconduit au travers d’un vote d’ensemble sur toutes les thématiques englobant les régionales a permis à François Bayrou de garder la haute-main sur le mode de désignation des têtes de listes et de choisir des candidats qui ne l’aurait pas été autrement. C’est ainsi le cas de Yann Wehrling qui ne fait pas vraiment l’unanimité au niveau local ou encore celui d’Alain Dolium, simple adhérent qui n’a jamais milité, ne s’est jamais présenté et est inconnu des militants de son propre département.


Tout est fait pour écarter les militants.


Étape 1 : Retarder volontairement toutes les procédures.
(Quitte à violer les statuts, le règlement intérieur et les chartes de valeurs et éthique).
Ainsi, le non-respect des délais fixés par le règlement intérieur est volontaire. Les retards dans la préparation des régionales visent à empêcher les militants de décider librement. La méthode est d’ailleurs très usitée par les élus locaux qui tentent de convoquer le plus tard possible les réunions des assemblées délibérantes (conseils municipaux, généraux et régionaux) et tente de dissimuler des informations aux élus de l’opposition. Le but est ainsi de mettre les militants au pied du mur et de pouvoir pousser à prendre des mesures exceptionnelles pour éviter de les consulter.


Étape 2 - Promettre des primaires mais revenir dessus en invoquant l’urgence d’agir.
Ainsi, l’absence de modalités pour l’organisation des primaires a permis de revenir facilement dessus. Facile, comme rien n’avait été précisé, on peut tout changer sous prétexte que le temps presse. Exit donc les primaires, et réjouissez-vous de la reconduction du mode de désignation ultra-contesté des européennes.


Étape 3 - Tout décider au niveau national même les questions les plus locales.
Faites avaler pour des questions de cohérence nationale que c’est au président et à son exécutif de décider des candidats. Un bon candidat est forcément un candidat désigné car seul le national a les compétences pour dénicher les meilleurs candidats.
Impossible donc pour les militants de choisir les candidats les plus aptes au niveau local, c’est le Bureau exécutif national qui décide. A charge en suite pour les militants d’avaler la couleuvre et d’accepter le parachutage de personnes dont ils n’ont pas forcément envie qu’elles soient leurs têtes de liste. C’est le fait du prince qui prime. Ainsi, en Ile de France, on se retrouve avec un candidat inconnu même de la part des militants ce qui est particulièrement ennuyeux.


Étape 4 - Le « coup de force médiatique ».
Autre moyen pour écarter les militants de la prise de décision, ce que j’appelle le « coup de force médiatique ». Le mode d’emploi est simple. Vous prenez les candidats que vous voulez imposer aux militants. Comme la structure nationale du MoDem a des relations fréquentes avec les journalistes, vous présentez ensuite la ou les personnes que vous souhaitez imposer à la presse. Pour donner un vague aspect démocratique à l’affaire, vous mentionnez bien que la personne en question n’est qu’une « probable » tête de liste qui doit encore être confirmée par les militants.

Vous faites donc vos conférences de presse, et les multiplier au besoin. Un candidat hors-sol ayant bien plus de mal à s’imposer, vous lui faites faire le tour des médias (presse écrite, radio, télévision). Une fois la chose faite, les militants pour éviter de passer pour des imbéciles et éviter les messages contradictoires à l’opinion n’ont plus qu’à accepter. A ce niveau, le fait d’avoir volontairement retarder tous les processus permet d’invoquer l’extrême urgence de la situation pour valider l’opération.

Pour faire plus vrai, et éviter que l’on vous accuse de manipulation, vous demanderez aux personnes pressenties de contacter elles-mêmes les médias, vous resterez au maximum dans l’ombre et ferez passer le tout comme une action de la part des intéressés. En cas de doute, ça permettra d’éviter d’avoir à se justifier.


Étape 5 - Donner une légitimité aux candidats désignés.
Enfin dernier moyen de faire avaler la pilule à vos militants, l’habillage démocratique.
Parce qu’une désignation directe est très dure à faire admettre, il vous faut absolument donner une légitimité à votre candidat. A un moment ou un autre, il faut donc tout de même consultez ces militants qui ne savent pas voter correctement. Pour les aider à faire le bon choix, vous prendrez bien soin de ne leur fournir qu’une équipe de candidats et leur offrirez le choix entre accepter ou refuser. Pour faciliter encore leur vote, vous éviterez bien sur de faire voter séparément les choses et invoquerez l’efficacité et l’urgence pour tout inclure dans un paquet unique. Paquet qui contiendra ce que les militants veulent comme ce qu’ils refusent. De cette manière, impossible pour les militants de refuser au risque de se voir ostraciser comme les responsables de l’échec future au scrutin qui se présente.


Dernière étape : Bravo, votre candidat a été choisi pour se présenter aux élections.
Bien sur, vous savez qu’il a de fortes chances de se crasher s’il est peu connu, n’a jamais milité de sa vie, ou n’est pas intégré dans le tissu local. Mais bon au moins vous aurez réussi à obtenir que celui que vous avez choisi soit le seul à se présenter.


Conclusion.
François Bayrou s’intéresse-t-il vraiment aux régionales ou n’a-t-il que 2012 en vue ?
A vouloir tout décider tout seul, en écartant les militants, François Bayrou ne serait-il pas en train de se couper littéralement de sa base ? C’est une belle intention que de vouloir faire des symboles, s’en est une autre que de gagner une élection.

Comme le disait Winston Churchill : « Il n'y a rien de négatif dans le changement, si c'est dans la bonne direction. »

11 commentaires:

J.Charles a dit…

Oui , le 133bis s'essuie les pieds sur nos chartes et notre règlement intérieur.
Oui , F.Bayrou n'a que dédain pour les adhérents et les fédérations.
Oui , F.Bayrou est obsédé par 2012, et n'a que faire des régionales, tout comme il s'est désintéressé des européennes.
Oui, pour F.Bayrou le MoDem n'est qu'une passerelle pour le porter vers 2102 , un simple faire valoir qui lui permet de palier l'absence d'élus nationaux pour relayer ses messages.

Serge Brière a dit…

Comme d'habitude, les militants sont mis devant le fait accompli. Lors de "consuiltations", on nous demande d'"approuver" des propositions émanant de la direction...

Rien de nouveau, mais il est dommage que rien ne change.

http://www.serge-briere.eu/post/2009/11/MoDem-il-n-y-a-pas-de-consultation-pusqu-il-n-y-a-qu-un-seul-choix-possible

David Guillerm a dit…

Je suis d'accord avec toi sur presque tout. Par contre, attention, l'UMP a fait une primaire pour désigner ces chefs de file et non pas ces têtes de liste. C'est une mascarade aussi. En Bretagne, Jacques Le Guen a été désigné par les militants chef de file alors que Bernadette Malgorn a été designé par Paris pour diriger la liste...

Chui Kalm a dit…

Je ne juge pas sur ce qui a été dit ou contredit,
je suis adhérent sans aucune fonction,

mais pour le résultat je trouve que c'est mieux que F. Bayrou décide beaucoup pour les investitures, rien ne l'en empêche.

Des primaires je pense n'aurait donné qu'une représentation non voulue par le Modem au sens Large.

(Vote Seulement ds une région alors qu'un candidat est important pour toute la France, Seule une petite partie des adhérents aurait voté, Trop grosse prime à l'ancienneté avec ses réseaux qui aurait empêché le renouvellement, Aucun mvt n'est vraiment démocratique sur ce point le manque vertu criante du Modem est bien plus préjudiciable pour d'autres faits bien plus urgents)

Non vraiment, me parait maintenant
bien plus important que F. Bayrou fixe un cadre Politique Précis au Modem qui ne renie pas ses dernières directions prises et qui nous détache enfin du passé

et que l'électeur ne dise plus "A part des Grands Mots Abstraits, On ne sait même pas ce que ça représente de voter Modem, c'est tout et son contraire".

Orange pressé a dit…

@ David : Certes, le scrutin a désigné les chefs de file mais le fait est qu'une réelle consultation a été organisée, ce qui n'est pas au MoDem.

@ Chui Kalm : François Bayrou avait décidé de consulter directement les militants sur les investitures, il ne peut dire qu'il fait de la politique autrement et nous mettre en face "du fait du prince".

JF le démocrate a dit…

Il y a déjà eu des réflexions sur le mode de désignation des candidats: les primaires intégrales ne sont peut-être bien pas la panacée...

En ce sens, je rejoins l'avis de Chui Kalm.

Si tu prends le cas particulier de l'IdF, oserais-je te rappeler le "bordel" inouï lors des élections à la tête de la Fédération de Paris. Ce genre de petit jeu est complètement improductif.

Orange pressé a dit…

JF, lors des élections internes, j'ai voté dans le Nord où je milite. A l'époque, je n'avais pas encore relancé mon blog, donc désolé, mais je ne peux me prononcer sur le "bordel" que tu mentionnes.

TODA a dit…

Cela ne fait que quelques mois que j'ai quitté le MoDem pour Adhérer au Parti libéral démocrate...déjà, je n'arrive plus à lire les infos du mouvement démocrate, les mail que je continue à recevoir...Quel gâchis, vraiment quel gâchis...De nombreux militants avaient adhéré, n'ayant jamais "fait" de politique auparavant,pensant que la politique politicienne n'aurait pas cours au chez nous: résultat: encore pire qu'ailleurs, petits égos exacerbés, incapacité de se mettre réellement au travail...

JF le démocrate a dit…

@ Serge Brière

Vous osez parler de démocratie interne, vous qui fermez les commentaires sur votre blog quand les commentaires sur un billet ne vous plaisent pas?!

@ Orange pressé

Sincèrement désolé que tu n'aies pas suivi l'actualité MoDem nationale...
Car la lutte entre MdS et C. de Crémiers, avec certains coups bas énoncés de part et d'autre a fait des ravages... sans compter des divisions que tu ne peux ignorer aujourd'hui.

Orange pressé a dit…

@ JF : Pour être plus précis, je sais qu'il y a eu une lutte en CdC et MdS mais c'est tout !

Anonyme a dit…

A lire d'urgence... et à soutenir :

http://democratienanterriennemodem.blogspot.com/2009/11/lettre-ouverte-alain-dolium-tete-de.html