dimanche 1 novembre 2009

Orange pressé : Le pourquoi de ma candidature.

Ce samedi 31 Octobre, j’ai envoyé ma candidature à l’investiture démocrate pour les régionales de Mars 2010. Membre du Mouvement démocrate du Nord, j’ai donc candidaté dans la région Nord-Pas-de-Calais.


Ma formation et mon expérience.
Actuellement toujours étudiant en droit, mon expérience professionnelle est forcément réduite. J’aurais pu candidater à la présidence de l’EPAD mais mon ascendance n’est pas aussi prestigieuse que certains habitants de Neuilly-sur-Seine. L’EPAD cherche cependant à recruter des étudiants disposant d’un master II de droit - Collectivités territoriales ce qui montre qu’il est nécessaire de recruter des personnes compétentes. Or, le diplôme que je prépare actuellement est précisément une formation du type de celle mentionnée ci-dessus puisque je prépare cette année un master II de droit - Administration des collectivités territoriales. Formation particulièrement utile car les collectivités manquent cruellement de personnes qualifiés dans le domaine. C’est aussi le cas des entreprises mais dans une bien moindre proportion.

Un secteur prometteur puisque l’État compte encore transférer des compétences aux collectivités. Formation qui peut aussi s’avérer plus qu’utile toute personne aspirant à être élu local. Je pense même que ça peut être un gros plus, étant donné que beaucoup d’élus locaux n’ont pas de connaissances suffisantes des institutions dans lesquelles ils sont élus ou qui ne connaissent pas tout simplement l’étendue de leurs droits.


Prolonger et renforcer l’action de terrain.
Dans cette pré-campagne des régionales, on parle beaucoup des villes et des régions « prenables » comme l’Ile de France ou l’Aquitaine, mais on parle peu des régions en elle-même. Pourtant, ces institutions dont les actions sont très largement méconnues font beaucoup. Il y a bien sur les aspects les plus visibles que sont les TER ou les lycées mais il y a aussi d’autres aspects moins visibles. Ainsi, certaines régions financent les équipements en imagerie médicale des hôpitaux locaux comme la région Nord-Pas-de-Calais. Les régions s’occupent aussi d’énergies renouvelables et incite à leur adoption, elles jouent ainsi un rôle important dans l’élaboration des schémas régionaux éoliens pour penser l’implantation des parcs d’éoliennes ou en subventionnant l’achat de matériels économes en énergie ainsi que l’installation d’énergies renouvelables.

Toutes ces actions et bien d’autres sont au cœur de ce que je défends depuis mon adhésion au Mouvement démocrate. Mon engagement dans l’échelon régional, qui est appelé à plus ou moins long terme à devenir l’échelon de référence, s’inscrit dans le prolongement de mon action de terrain.

Action qui m’a conduit à intégrer toutes les équipes de campagne qui ont lieu depuis 2007 à savoir les législatives, les cantonales et les européennes. A chacune d’entre elles, je me suis très fortement investi, n’hésitant pas à passer plusieurs mois sur le terrain de façon très intensive.


Faire émerger une nouvelle offre politique.
Je me porte candidat aussi pour développer une nouvelle offre politique. Thématique qui avec celle de la dette a motivé mon engagement au Mouvement démocrate, elle a un peu été oublié avec les européennes et été concurrencé par l’idée de créer une offre d’alternance. Or, elle n’a jamais autant d’actualité. Reprise par Europe-Écologie, l’idée fait son chemin. François Bayrou est conscient que l’offre démocrate ne séduit pas les jeunes et à rappeler lors du dernier Conseil national l’importance d’inciter les jeunes à voter mais surtout à voter démocrate. L’électorat « jeune » ayant été très séduit par Europe-Écologie aux dernières élections européennes, il est important de leur offrir un projet crédible.

Ce projet de faire de la politique autrement n’est possible que si on se décide enfin à considérer les jeunes non pas comme de simples faire-valoir politique à caser en fin de liste pour se donner bonne conscience et dire que l’on implique les jeunes. Il est nécessaire de faire confiance aux jeunes en les impliquant dans la vie politique locale et en leur confiant des responsabilités politiques. La politique de demain qui affectera directement ces générations ne peut se faire sans elles.


Développer le Nord-Pas-de-Calais.
Enfin, si je suis candidat à l’investiture démocrate c’est par amour pour ma région. Le Nord-Pas-de-Calais, ce n’est pas seulement une région septentrionale de la France, c’est surtout une région défavorisée mais qui a tout pour s’en sortir. Région au cœur de l’Europe de part sa proximité avec la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Royaume-Uni.

Disposant d’industries dans la sidérurgie, première région pour le transport ferroviaire, la région a de nombreux atouts pour sortir la tête de l’eau et devenir le berceau des industries vertes.


Pour toutes ces raisons et bien d’autres, explique mon choix d’être candidat à l’investiture démocrate pour ces régionales.

Aucun commentaire: