jeudi 7 janvier 2010

"L'écologie politique" prend l'avion !

Ce mercredi matin, l'écologie politique a pris l'avion. Enfin, Nicolas Sarkozy a pris l'avion. Et pour aller où me direz-vous ?

Eh bien, à Cholet en Pays-de-Loire pour présenter ses vœux économiques de la nation. Attention au tangage, ça va secouer mais la lumière est au bout, aurait pu dire notre président. Mais cette cérémonie fut plus marquée par l'auto-satisfaction que par l'annonce d'un réel cap politique pour l'année à venir.


Mais ce qui est intéressant avec ce déplacement, c'est qu'il démontre que le concept inventé par Nicolas Sarkozy, ou un de ces génies de la communication (payés des sommes conséquentes par le contribuable) lui a suggéré, d'écologie politique n'est qu'une vaste fumisterie. On savait déjà que l'idée avait été carbonisée par le Conseil constitutionnel dans sa décision rendu sur le loi de finances à propos du budget 2010. Toutefois, et comme rien ne vaut les faits, deux des têtes de listes Europe-Écologie en Pays-de-Loire ont mis au défi notre président de prendre le train pour venir à Cholet.

Le test.
Le plus simplement du monde, les intéressés se sont rendus à Paris et ont proposé d'accompagner le président de la République pour son voyage dans la ville de Cholet. Générosité supplémentaire, ceux-ci ont acheté à leurs frais un billet de train pour Nicolas Sarkozy. Billet non composté puisque Nicolas Sarkozy a pris l'avion pour se rendre à sa cérémonie de vœux puis ensuite la voiture pour visiter une usine où sont fabriqués des téléphones cryptés destinés aux responsables de l'armée et du gouvernement. Le grand écart entre les promesses et la réalité, le président qui se faisait le chantre de la lutte contre le changement climatique au sommet de Copenhague semble rencontrer quelques difficultés à mettre en pratique les concepts qu'il annonce chaque jour.


La nouvelle arme antidérapage.
Détail intéressant, la visite concernant un projet classé secret défense, il n'était pas possible qu'un journaliste laisse trainer ses oreilles, un micro, un stylo ou sa caméra ou qu'un salarié fasse la même chose avec le téléphone reçu lors des récentes fêtes de fin d'année. Le secret défense nouvelle arme pour éviter les dérapages sur Internet ? Peut-être car la violation du secret défense est très lourdement sanctionné.


Conclusion.
Il serait bon que Nicolas Sarkozy et plus généralement le gouvernement, les ministres qui le compose et l'UMP se mette sérieusement au vert. L'écologie, ce n'est pas le green-washing dont les communicants des multinationales raffolent. Non, ce sont des choses simples et pragmatiques : voyager en train, optimiser son parc automobile, compenser ses émissions carbones, repenser sa manière de dépenser les deniers publics.

Cette action "coup de poing" nous montre néanmoins que la campagne des régionales sera sanglante. Il va vraiment falloir se battre comme jamais pour séduire l'électorat. Se battre sur le terrain des idées, mais plus simplement sur le terrain tout court. Et malgré l'incitation de Cécile Duflot à faire une campagne "inter-régionale", il semble quelques militants d'Europe-Écologie aient une vision différente.

Plus que jamais, la campagne des régionales sera âpre et malgré les tentatives de nationaliser le scrutin, et comme a pu le dire un jour un homme : "Il faut parler du sujet !". Le nom de cette personne ? Vous le connaissez certainement. Il s'agit d'un béarnais...

2 commentaires:

luciolebrune a dit…

J'aime bien ton article, il est moins léger qu'il n'y paraît, mais cette manière d'aborder les choses est séduisante.

Est-ce que les têtes de liste EE ont voulu se faire un coup de pub ou ont voulu dénoncer une contradiction flagrante ? Nous ne savons plus quoi en penser, tellement nous avons été témoins de ce genre de choses, mais accordons-leur de bonnes intentions, puisqu'elles ont eu le mérite de souligner une vérité.

PS: j'aime bien ta conclusion.
Ce billet est souriant, cela change de ton sérieux habituel, ça me plaît beaucoup !

Fanal Safran a dit…

Ils exagèrent tous, vraiment !!!
Une conférence d'Al Gore, c'est 200 000 Dollars plus trois billets en première classe (en avion, bien-sur).Hulot et Bertrand pas aussi coûteux mais pas gratuit ( à supposer désirer les inviter à un festival).

Je crois qu'on va en entendre parler d'ailleurs un de ces jours.