mercredi 31 mars 2010

Conseil national. L’essentiel de rien.


Que s’est-il réellement passé au Conseil national de ce samedi ? Cette question est sur toutes les lèvres ou presque depuis samedi dernier. Une chose est néanmoins certaine. Convoqué dans la précipitation, cette réunion n’a pas attiré les foules. A peine 140 personnes sont venues à ce rendez-vous boudé par une grande majorité des conseillers nationaux encore présents au sein de notre mouvement. Ajoutons que ce seuil n’a été atteint que grâce à la présence des têtes de listes aux élections régionales, invitées pour l’occasion à participer à une séance de thérapie de groupe.
Échanges plats et sans réelle consistance, voilà ce à quoi pu goûter les rares présents.


Résumé des évènements.
Si on résume ce qui s’est passé, les débats ont tourné autour des divisions internes avec cible toute désignée Corinne Lepage et les blogueurs démocrates, boucs-émissaires bien pratiques au lendemain de LA « tôle » (François Bayrou dixit). Point d’autocritique sur la stratégie décidée par François Bayrou et entérinée par un Conseil national bien apathique et fidèle alors que la base est bouillonnante. Alors que la plupart attendaient des mesures fortes et d’urgence, ce sont que demi-mesures et pis-aller.

Difficile en effet, sans ordre du jour d’attendre quoique ce soit. En réalité, ce que l’on retiendra de ce Conseil national post-régionales, ce n’est pas tellement ce qui s’y est dit que ce qui fut passé sous silence. La presse ne s’y est d’ailleurs pas trompée. On dénote ainsi une tendance à l’unanimité dans les articles autour du conseil de samedi dernier. Tendance que l'on peut résumer ainsi : « Tout recommence comme en l'an XL (40)». Presse qui est aussi un des facteurs cités pour expliquer la déroute selon les chefs.


Revue de presse autour du Conseil national.
Le Monde.
« François Bayrou prétend incarner une troisième voie malgré ses déboires électoraux ».

Libération.
« Le MoDem, reclus cinq sur cinq »
« Le MoDem n’est pas mort, il se réunit encore. »

Le Figaro.
Bayrou: « On ne va rien céder »

Le Nouvel Observateur.
« Le MoDem réaffirme sa ligne d’indépendance. »

Les Échos.
« Bayrou tente de rééquilibrer son discours »

La Croix.
« François Bayrou maintient la ligne ni de droite ni de gauche. »

Le Parisien.
« La stratégie de Bayrou durement mise en cause. »

20minutes.
« François Bayrou : « Je ne fais pas de l’anti-sarkozysme personnel » »

LCI.
« Explications à huit clos », article accompagné d’une vidéo compilant des interventions de militants.


Conclusion.
Dans les semaines à venir, une fois les fêtes de Pâques, son gigot et son cortège de chocolats avalés, lorsque toutes les fédérations se réuniront, les responsables locaux et notamment les conseillers nationaux qui auront le courage de se pointer, entendront leurs oreilles siffler. Faute d’avoir le courage de dire ce qu’ils pensaient de la stratégie de François Bayrou. Mais surtout de faire ce pourquoi ils ont été élus : remonter les demandes et attentes de la base au sommet !

Les effectifs militants continueront de fondre comme neige au soleil si rien n’est fait et les chances qu’a François Bayrou de faire un score honorable en 2012 se réduisent chaque jour un peu plus. Un sursaut est nécessaire mais est-il seulement possible ? En l’état actuel des choses et aux vues des réactions de certains, il est permis d’en douter.

2 commentaires:

David Guillerm a dit…

Je vais dans ton sens, sans sursaut et declic fort, c'est foutu pour la suite.

Orange verte a dit…

Il va bien falloir de faire un raison à chercher ailleurs ....
Perso l'engagement politique c'est terminé.
Dégoûté
Je suis encore à Cap21 mais vu qu'ils vont se ramasser tous les frustrés du Modem , certains arrivistes et autres personnages douteux type CO je me barre ...