vendredi 5 mars 2010

Des verts bien pâles.

A 9 jours du 1er tour des élections régionales, la campagne commence enfin à prendre sur le terrain. La campagne officielle est ouverte, les affiches apparaissent sur les panneaux électoraux et les tracts dans les boîtes aux lettres.

Parmi les questions qui se posent, on en retiendra 2 :
- pourquoi qui voter ?
- pour qui voter ?


Pourquoi voter ?
La réponse pourrait être évidente mais elle est en fait plus complexe. Les électeurs en ont marre de belles promesses et des discours ronflants. Conséquence, soit ils renoncent purement et simplement à se déplacer pour voter; soit ils votent pour les extrêmes, espérant ainsi réveiller les partis traditionnels. Difficile donc d'inciter au vote.

Pour ma part, je me contenterai de citer Charles de Montalembert, homme politique et académicien du XIXe siècle qui disait : «Vous avez beau ne pas vous occuper de politique, la politique s'occupe de vous tout de même.»


Pour qui voter ?

Question évidente mais à laquelle, la réponse n'est pas si évidente pour les électeurs. Depuis quelques temps, LE thème de campagne est l'environnement. Après le succès du rassemblement Europe-Écologie en juin 2009 et le sommet de Copenhague, tous les partis politiques s'y ont mis verdissant leur discours. Mais qu'en est-il dans le Nord-Pas de Calais ?


Des verts nordistes bien pâles.
Est-ce le climat ou les mauvaises habitudes des membres de ce parti qui donnent ce résultat ? On se le demande car dans le Nord-Pas de Calais, les verts ont encore beaucoup de progrès à faire pour être réellement des écologistes. Selon le magazine Terra Éco, la région nordiste est 21e sur 22 en termes de performance environnementale. D'où le cri du cœur lancé par un certain Marc Vasseur, blogueur de son état mais surtout ancien élu socialiste passé chez les verts. Son credo : la région est dernière de la classe pour l'environnement, il faut donc voter Vert-Europe-Écologie.


Voter vert pour mieux s'occuper de l'environnement, sur le papier tout concorde. Sauf que les dits verts sont partie prenante de l'équipe régionale sortante et que ce bilan désastreux en matière d'environnement et d'écologie est le leur.

Titulaires de 3 vice-présidences au Conseil régional du Nord-Pas de Calais dont celle de l'environnement, les verts rebaptisés Europe-Écologie pour le scrutin n'ont pas vraiment l'écologie dans le sang. Mieux, ils font exactement le contraire de ce qu'il faudrait faire. Donnant des leçons en matière de transports en commun, ces derniers lui préfèrent la voiture. C'est ce que j'appelle l'écologie
« 4x4 hybride ».

Très fortement présent dans la majorité sortante (les communistes étant dans l'opposition), les verts ont plus qu'ailleurs des comptes à rendre aux électeurs du Nord-Pas de Calais. Préférant la pomme de terre bio venue d'Égypte à la pomme de terre classique produite localement, les verts ne le sont pas vraiment.

Le Nord-Pas de Calais 21e région de France sur 22 pour son bilan environnemental, c'est la conséquence de mesures apparemment bonnes,
prises dans un bureau qui se révèlent désastreuses pour l'environnement. Voter Europe-Écologie dans le Nord-Pas de Calais revient à accepter et encourager ce bilan désastreux des verts de la région.


Une liste démocrate innovante en matière d'environnement.
Plutôt que de se gargariser d'avoir planté X arbres dans la région, la liste démocrate dans le Nord-Pas de Calais propose des mesures concrètes, très simples et surtout qui ne coûteront pas un euro à la région pour un résultat très important. Pêle-mêle, on pourra citer la clause environnementale dans les marchés publics, un fond de rénovation pour aider les plus modestes à mieux isoler leur maison et donc réduire leurs dépenses en matières de chauffage ou une
« banque de développement » pour les PME innovantes dans le domaine environnemental.

Du concret voilà ce qui caractérise les propositions de la liste démocrate dans le Nord-Pas de Calais. Parler du TER comme le font les verts, c'est bien. Le prendre tous les jours, c'est mieux.
S'il est important de parler des sentinelles de l'environnement, il faudrait tout de même penser à le protéger. Apparemment les Verts n'ont pas vraiment compris cet aspect des choses.


Conclusion.
Si en tant qu'électeur, vous en avez marre que l'on vous parle d'écologie pour ensuite encourager l'activité de centrales à charbon très polluantes au sein d'un parc naturel régional, ne voter pas Europe-Écologie mais pour la liste démocrate est un geste salutaire.

Parler d'écologie, c'est bien. La faire, c'est mieux.

4 commentaires:

Marie Colette a dit…

Bravo, bien dit
Macolette

wylke a dit…

Je ne sais même pas par ou commencer tellement il y a d'absurdités de mensonges et de désinformation dans ce billet.
au moins c'est une preuve flagrante que vous ne comprenez rien à l'environnement et à la politique. si le modem était composé uniquement de personnes de votre genre il serait déjà mort (l'échéance est repoussée pour une brève durée).

sur le plan environnemental d'abord, dire que le bilan de 9 élus (sur un conseil régional qui en compte plus de 100) pendant 6 ans est la cause de l'état actuel de notre région c'est au choix être décérébré ou malhonnête.

C'est une imcompréhension d'une part de la durée de mise en place de politiques environementales et de leur effets. 6 ans à l'échelle de la planète c'est aussi ridicule que le contenu de vos propos.

D'autre part une grande méconnaissance des instances politiques. La question environnementale régionale est traitée à différent niveaux, du global au local, l'OMc, les décisions prises au parlement européen, le président de la république, les conseillers généraux, les maires de chaque commune ont une influence sur l'environnement dans la région. Il faut ajouter à cela les entreprises et les particuliers qui ont bien sur une responsabilité également à ce sujet.

Enfin méconnaissance de la politique. 9 élus au conseil régional c'est peut être énorme pour le modem mais c'est très peu pour agir. Pour avoir des avancées sur les propositions écolos c'est un rapport de force permanent, et plus le score aux élections est bon pour europe écologie, plus les élus sont nombreux, et le rapport de force est donc plus favorable à des politiques plus écologiques.

Et oui la politique ca fonctionne ainsi, concrètement voter modem à ces élections c'est inutile, vous ne ferez pas 10% vous n'aurez pas d'élus et vous n'aurez donc aucune influence sur les politiques régionales. Par contre si europe ecologie fait un score important au premier tour de ces élections régionales, le rapport de force avec le parti socialiste sera beaucoup plus important. Ce serait un message fort des électeurs qui aurait une vraie influence sur les politiques au niveau régional.

Pour répondre rapidement aux autres aneries, dire que les verts prefèrent la voiture aux transport en communs, alors que les élus ont obtenus que la région n'investissent plus dans les infrastructures routières de facon à orienter uniquement les politiques publiques vers le transport collectif, quelle clairvoyance. europe ecologie prone une agriculture durable (tendant à terme vers le bio) et surtout locale, avec des modes de distribution au plus proche des consommateurs et de facon plus équitable. Rien à voir donc avec une pomme de terre bio d'égypte.

conclusion: Parler c'est bien, réfléchir avant c'est mieux.

Anonyme a dit…

C'est bizarre, mais moi je croise souvent Marie-Christine Blandin en VOITURE à Lille Centre & ailleurs où il y a des transports en commun... elle ne doit pas être la seule ;)

Orange pressé a dit…

@wylke :
Vous dites peiner à démêler les mensonges et les absurdités. Mais il faudrait déjà que vous remettiez les choses dans le contexte.


Sur le plan de la présence des élus, je vous rappelle que ce n'est pas le nombre qui fait le poids d'une mouvance mais les postes où ils sont placés. En l'espèce, ce sont bien les Verts qui sont titulaires de la vice-présidence régionale pour l'environnment. L'on peut même citer le nom de l'intéressé, un certain Emmanuel Cau.
Il ne s'agit pas de parler en termes de nombre d'élus mais bel et bien en termes d'influence rapportée à ce même nombre ce qui est fondamentalement différent. Compter 3 vice-présidents et un membre à la commission permanente pour 8 élus (et non 9), c'est plus que conséquent. Difficile de faire mieux en termes de poids politique dans l'exécutif et ça un score plus élevé aux régionales n'y changera pas grand-chose. Au final, c'est le PS qui décide et les élus verts, quoiqu'ils en disent, approuveront au nom du principe de solidarité que sous-tend la participation à l'exécutif régional.


Vous mentionnez ensuite la durée nécessaire pour qu'une politique environnementale soit efficace, c'est bien. Mais est-il utile de rappeler que les Verts, Cécile Duflot en tête, n'hésite pas à se souvenir que la région Nord-Pas de Calais fut autrefois dirigée par une présidente Verte, Marie-Christine Blandin ? Présidente de 1992 à 1998, les mesures qu'elle a pu prendre peuvent avoir produit quelques effets en 2010 non ?
Tel n'est pas cependant le niveau auquel l'article se situe. Il s'agit de voir qu'elles sont les mesures adoptées lors de la denière mandature sous l'impulsion de l'exécutif dans lequel les Verts étaient plus que bien représentés. Et la réalité est crue, la réponse est : pas grand-chose. L'environnement, c'est plus que dire que l'on a mis x millions € pour planter des arbres.


Vous parlez ensuite du niveau international comme le principal levier d'action.
Cependant, force est de constater que mélanger les choses. Si ce sont bien les États qui fixent les objectifs, ce sont les collectivités et les entités fédérés de ces mêmes États qui sont chargés de les mettre en œuvre pour 50 à 70% selon les secteurs.


Ensuite, je vous remercie de vous inquiéter pour le MoDem mais vous ne me connaissez pas et ne savez pas qu'elle est mon action militante. Vous éviterez donc à l'avenir de vous ériger en donneur de leçons.
Est-il utile aussi de rappeler qu'un sondage reste un sondage et qu'une élection se joue encore dans les urnes, le jour du vote. Tout comme il était hasardeux de prédire le score des Verts en Juin 2009, il l'est tout aussi de prédire les résultats des élections régionales. Chaque vote est différent et réserve son lot de surprises.

Quand aux arguments que vous avancez sur le transport ou sur l'agriculture. On voit bien que nous voyez pas concrètement la traduction des décisions prises. Sur le papier, effectivement, c'est écolo. En pratique, nettement moins. J'aurai l'occasion d'y revenir.