samedi 3 juillet 2010

Souvenirs, souvenirs.

Un peu plus d'un an, c'est le temps qu'il aura fallu à Nicolas Sarkozy pour virer les deux humoristes les plus appréciés de paysage radiophonique français. En nommant Jean-Luc Hees et Philippe Val, deux personnalités dites « de gauche », le président de la République voulait donner l'impression que le nouveau mode de nomination des dirigeants de l'audiovisuel public ne constituait en rien un recul en termes d'indépendance et de démocratie. Mieux, cela devait être le signe de la fin d'une hypocrisie.


Fais ce que je dis...
Malgré une audience au beau fixe, l'impertinence et l'indépendance de ces deux trublions a eu raison de Stéphane Guillon et Didier Porte. Par des arguments contradictoires, Philippe Val et Jean-Luc Hees ont tenté de convaincre du bien-fondé d'une décision qui, officiellement, est la leur, alors qu'officieusement, personne n'est dupe de la réelle identité de son auteur.


Il est amusant en effet de voir que Philippe Val vient de virer des humoristes, notamment Didier Porte pour faire ce qu'il faisait il y a peu. Il convient de rappeler que juste avant sa nomination comme directeur à France Inter, Philippe Val tenait une chronique humoristique à 7h53 qui est l'heure à laquelle il estime que l'humour n'a pas sa place et où il ne se privait pas de tirer à boulets rouges sur un pouvoir qu'il sert maintenant. Hypocrisie quand tu nous tiens !
Pour information, depuis sa nomination, il a été remplacé par François Morel, un des comédiens qui participait aux « Deschiens » sur Canal+ qui excelle aussi dans un genre en voie d'extinction sur France Inter : la chronique humoristique.


Rassemblements de soutien.
Ce jeudi, des manifestations de soutien aux « virés » étaient organisés un peu partout en France devant les immeubles de Radio France. Le rassemblement parisien devant la Maison de la Radio a réuni un peu plus de 2 000 personnes autour de Stéphane Guillon et Didier Porte.


Conclusion.
Nicolas Sarkozy vient de faire une erreur majeure qu'il convient de dénoncer. Nous devons soutenir ces humoristes qui, mine de rien, sont nos porte-voix sur les ondes et plus largement dans les médias.

Pour mémoire, voici les vidéos des chroniques qui auraient motivé la non-reconduction des contrats des humoristes et en conséquence, leur éviction de l'antenne de France Inter.

La chronique de Didier Porte lors de la venue de Dominique de Villepin en tant qu'invité :





La chronique de Stéphane Guillon sur DSK :




Toujours de Stéphane Guillon, une de celles sur Éric Besson :



Aucun commentaire: