dimanche 1 août 2010

Voyage, voyage !

En cette saison creuse qu'est le cœur de l'été, notre sémillant président a décidé de se lancer dans la course à la réélection. Un peu moins de deux ans avant la date du scrutin, c'est par un discours sur le thème de la sécurité qu'il a décidé de mettre sur les rails l'idée de sa candidature. Bien entendu, il ne l'a pas exprimé clairement et lorsqu'on l'interroge sur le sujet, il évite de répondre ou reste vague. Mais que l'on ne s'y trompe pas, il s'est bel et bien décidé.


Le discours de Grenoble.
Toute campagne commence par un discours. La campagne de 2007 du candidat Sarkozy avait réellement été lancée avec son discours sur la sécurité de décembre 2006. Cette fois, au plus mal dans les sondages, mis à mal par le Front national aux régionales dans le Nord-Pas-de-Calais ou en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les émeutes qui ont suivi la mort d'un braqueur de banque, abattu par les forces de l'ordre. Le contenu de ce discours en lui-même est révélateur d'un changement chez un homme maintenant dos au mur ou presque, quitté par une bonne partie de la droite dite gaulliste et par le centre-droit. Seule solution pour celui qui a fait de la sécurité ou plutôt de la communication sur ce thème, une spécialité; mordre sur l'électorat retrouvé du Front national.


Sarkozy, patron du Front national ?
Lors d'une chronique sur France Inter, Didier Porte avait présenté Éric Besson comme un fidèle de Jean-Marie Le Pen dont l'objectif secret était de créer les conditions permettant l'accession au pouvoir du mouvement d'extrême droite. A peine éloignée, la réalité y ressemble chaque jour un peu plus, les faits en moins. Depuis quelques années, la ville de Grenoble a perdu 120 de policiers sur 720 alors que la population de l'agglomération augmentait de 20 000 personnes.

Dans les mesures présentées, Nicolas Sarkozy a annoncé vouloir étendre l'application des peines planchers au-delà des seuls récidivistes mais aussi et c'est plus surprenant, vouloir étendre les possibilités de déchéance de la nationalité française ainsi que mettre fin aux campements illégaux de roms et de gens du voyage tout en renvoyant les roms d'origine étrangère dans leur pays de départ dès lors qu'ils commettent des délits.

Ainsi, au lieu de se pencher sur les causes profondes et de mettre les moyens qu'il faut, on assiste encore et toujours à la même attitude qui consiste à voter une loi pour répondre à un fait d'actualité. Le problème est que loin de faire reculer l'extrême droite, ce discours ne fait que l'exacerber. A tel point que Marine Le Pen se félicite que Nicolas Sarkozy reprenne le discours du Front national mais aille plus loin, tout en déplorant qu'il ne se cantonne qu'au discours.


Toujours plus proche... La chute.
En se radicalisant, Nicolas Sarkozy tente de sauver ce qui lui reste de crédibilité. Mis en cause dans la substance même de son idéologie au travers du favoritisme, du népotisme, du mélange des genres avec le monde des affaires, de l'argent, Nicolas Sarkozy loin de se remettre en cause, s'enfonce toujours un peu plus. La traditionnelle promotion du 14 Juillet de la Légion d'honneur fut l'occasion de noter que depuis son élection, la moitié des invités du Fouquet's ont été soit décorés, soit promus au sein de l'ordre de la Légion d'honneur. Parallèlement, seuls les médaillés d'or aux championnats du monde d'athlétisme de Berlin en 2009 ont eu reçu la fameuse décoration tandis que les médaillés d'argent et de bronze ont du se contenter de l'ordre national du mérite.

Hasard, Nicolas Sarkozy est apparu lors de son intervention du 12 Juillet dernier avec des cheveux grisonnants. Les plus observateurs remarqueront qu'une célèbre ONG de protection de l'environnement avait imaginé un Nicolas Sarkozy vieilli lors d'une campagne pour questionner les dirigeants internationaux sur ce qu'ils seraient en 2020 s'ils n'arrivaient pas à se mettre d'accord au sommet de Copenhague.

Le fait est, que les choses sont arrivés simplement plus tôt que prévu.

1 commentaire:

luciolebrune a dit…

Excellent article ! Le contenu, le style, mais aussi l'éclairage qu'il apporte... Bien à tous points de vue (et surtout pas trop long :-))
Je partage.