samedi 18 décembre 2010

Retour sur le Congrès des Jeunes démocrates.

Le samedi 11 décembre 2010 se tenait le 3e congrès des jeunes démocrates. Un congrès qui devait tout autant mobiliser que lancer des pistes pour l'avenir.
Au final, qu'en est-il ?


Mise à jour.
Au-delà de la belle organisation nordiste, un congrès est traditionnellement l'occasion d'une mise à jour des documents posant les règles de fonctionnement d'une association ou d'un mouvement. Les jeunes démocrates n'ont pas échappé à cet exercice imposé rendu d'autant plus nécessaire qu'une rationalisation de la structure et des instruments à sa disposition se faisait clairement sentir. Le regain d'une certaine souplesse par rapport à des modes de fonctionnement un peu trop rigides permettra de redonner un élan à la structure.

Un point a toutefois suscité plus de débats que d'autres : la question de la parité. Les jeunes démocrates, comme ses homologues de gauche ou de droite, sont confrontés à un désintérêt des jeunes en général pour la politique, phénomène accrue chez les femmes, sensiblement minoritaires en termes d'effectifs.


Les motions politiques.
Autre point important, l'examen des différentes contributions et leur présentation par chacun des vice-présidents responsables. Cet aspect est très important puisque sur de nombreux sujets, les jeunes proposent des solutions différentes sur des sujets d'actualités.

Ce moment intéressant, a néanmoins souffert de certaines longueurs ou lourdeurs. Manque de temps pour effectuer une synthèse ? Volonté de trop bien faire ? Toujours est-il que ce moment fut marqué par un foisonnement d'idées certaines intéressantes, d'autres moins, d'autres encore dont le lien avec la thématique de base paraissait plus que ténu.

Si on ne peut nier l'effort immense que la tâche consistant à faire la synthèse des nombreux messages adressés, il ne faut pas oublier non plus qu'un propos clair est bien plus efficace que moults développements théoriques et autres justifications.


L'échange avec François Bayrou.
A la veille du 3e congrès du Mouvement démocrate, François Bayrou est venu répondre durant un moment pour échanger avec les jeunes démocrates de manière décontractée. Un moment très attendu, loin des échanges souvent trop organisés entre les responsables d'un parti et leurs mouvements de jeunesse comme on en voit trop actuellement.

Un moment apprécié et appréciable, mais qui, une nouvelle fois, s'est fait essentiellement sur l'éducation. Sujet important pour les jeunes et tenant au combien à cœur à François Bayrou, ce thème a occupé la majeure partie des échanges, ce que l'on peut regretter car les jeunes ne s'intéressent pas uniquement à l'éducation et ont des propositions à faire dans d'autres domaines comme l'emploi ou la santé. Si d'autres thèmes ont pu être abordés comme la formation professionnelle ou la question de la situation des finances publiques, on ne peut s'empêcher de penser que l'occasion a été manquée de montrer que la réflexion politique sur les jeunes est d'envergure.

On pourra toujours objecter qu'interrompre les échanges sur la thématique éducative pour passer à autre chose aurait réduit la spontanéité, mais il convient parfois de rationaliser pour permettre un échange plus productif.


Que retenir ?
De ce 3e congrès, on se souviendra que l'affluence était au rendez-vous. Si la proximité avec le 3e congrès du Mouvement démocrate a pu aider, nombre de jeunes ne pouvant à cet évènement ont fait l'effort de venir pour la 3e édition du congrès des jeunes démocrates. Une affluence assez bien géré par une organisation efficace, ce qui n'a empêché celle-ci de devoir faire face à certains imprévus d'éclairage.

Sur le plan des idées, on a pu constater une volonté intacte de faire émerger non seulement des idées mais surtout un projet complémentaire et différent à celui développé par les structures classiques du MoDem. Projet qu'il conviendra néanmoins de clarifier et de mieux structurer pour qu'il s'intègre parfaitement au projet que portera François Bayrou lors du prochain rendez-vous crucial pour la France, à savoir l'élection présidentielle de 2012.

2 commentaires:

Cyril BEGUE a dit…

J'aurais trouvé plus interessant un retour contribution par contribution...

Cyril

Orange pressé a dit…

On est bien d'accord mais cela aurait nécessité plus de temps. Pour une prochain congrès peut-être. Pour ce qui est de prochains papiers sur le sujet, ne t'en fais pas, ça va venir.