dimanche 4 octobre 2009

Régionales au MoDem. Ainsi en sera-t-il !

Jeudi dernier, les lecteurs de la Voix du Nord ont pu découvrir les probables têtes de liste départementales du Nord et du Pas de Calais du Mouvement démocrate pour les régionales de mars 2010. Alors que des primaires avaient été annoncées par François Bayrou le 04 Juillet 2009 dernier, après une tentative avortée de revenir dessus lors du Conseil national du 06 Septembre à la Grande Motte, puis un Bureau exécutif national dont aucun compte-rendu n’a été publié pour réfléchir aux meilleurs moyens de faire avaler aux militants démocrates la reconduction du mode de désignation utilisé lors des élections européennes, les militants démocrates du Nord et du Pas de Calais ont pu découvrir dans leur quotidien régional (en l’espèce la Voix du Nord) « les probables têtes de liste MoDem » pour les régionales 2010. Chose plus que surprenante puisque lors du dernier Conseil départemental du Nord, Olivier Henno avait bien précisé que les candidats seraient désignés par les militants. Lors de ce Conseil, il avait précisé qu’il serait candidat à la tête de liste.

Dans l’article en question, on apprend outre le nom des têtes de liste, que des « propositions iconoclastes » ont été lancées ou encore qu’elle serait l’attitude vis-à-vis de l’exécutif. En résumé, tout tombe du ciel sans que les militants n’aient leur mot à dire ou presque.

C’est dans ce contexte que se tenait ce samedi 03 octobre 2009, la 1ière Union régionale pour lancer le processus de l’élaboration du programme, faire un point sur le MoDem et le Conseil régional sortant et régler diverses questions pour la préparation des régionales. Olivier Henno et Frédéric Leturque, les deux « probables têtes de liste » aux régionales prochaines étant présentes, c’était l’occasion rêvée de les interpeler sur le sujet, de faire des remontées de la base, de rappeler les racines de l’engagement démocrate et de faire des propositions concrètes et claires. Conscient qu’une réaction à chaud serait excessive, j’ai préféré attendre ce samedi pour en discuter directement avec les intéressés et publier seulement ensuite un article sur le sujet.


Réactions militantes sur le sujet.
Jeudi dernier, j’ai pu voir un billet sur le blog de Christophe Ginisty illustré de la coupure de presse de la Voix du Nord. Après une rapide lecture, je poste un premier commentaire sur le sujet avant d’aller en cours puis un deuxième avant d’aller me coucher. Car l’article m’a fait bondir et j’avoue que j’en ai très mal dormi jusqu’à ce samedi. Pour faire court, on venait de piétiner et les décisions du Conseil national et d’écarter les Conseils et militants départementaux sur le sujet. Comme je le fais à la veille de chaque Conseil ou réunion importante, j’ai consulté la plupart des militants de ma section d’abord ainsi que celles d’un certain nombre d’autres militants démocrates d’ailleurs en France pour leur demander s’ils venaient, ensuite pour leur demander leur avis.

Première réaction : on nous impose les têtes de liste alors que celles-ci devaient être désignées par les militants.
Le lecteur attentif m’objectera que l’article en question parle seulement de « probables têtes de liste ». Mais inutile de se voiler la face, on ne fait une conférence de presse pour annoncer de probables têtes de liste, on fait une conférence de presse pour annoncer les têtes de liste. En dépit des mots et même si une confirmation par les militants sera effectuée pour la forme et histoire de vaguement demander leur avis aux militants, la décision est donc imposée d’en-haut et les militants n’ont plus qu’à dire « Amen ! ».

Deuxième réaction : on va dans le mur ou plutôt on fonce dans le mur.
Je l’ai déjà mentionné ici-même, les militants démocrates sont plutôt lucide et pensent que notre score aux régionales sera en-dessous de 10%. Seule l’ampleur de la catastrophe est inconnue. Au-delà de la question chiffrée, se pose le fait que les pratiques employées par la direction nationale du Mouvement démocrate et dans une moindre mesure au niveau local ressemblent plus à celles utilisées du temps de l’UDF que celles prônées par le Mouvement démocrate dans ses chartes éthique et de valeurs. Ainsi ces pratiques ont des conséquences désastreuses au niveau militant, incitant une partie des militants très actifs songent sérieusement à partir.

Troisième type de réaction : « c’est flou » ou encore « je ne me reconnais plus dans ce parti ».
Pour rappel, le Mouvement démocrate a été construit sur l’idée de faire de la politique autrement, sur la remise en cause des clivages traditionnels et la nécessité de promouvoir des projets différents. Mais dans les faits, les décisions qui tombent du ciel alors qu’elles doivent être tranchées par les militants, les tentatives de la direction nationale d’imposer sa volonté contre une large majorité des militants sont très mal perçues. Dans ce contexte, le discours de Marielle de Sarnez à Marseille a contribué à brouiller un peu plus un positionnement qui n’apparaissait pas suffisamment clair auprès des sympathisants et électeurs. Or, le récent scrutin allemand a confirmé ce qui n’était qu’un signe lors des élections européennes : ce sont les partis avec un marquage politique clair qui ressortent gagnant du scrutin.


Discussions avec les intéressés.
Cette première Union régionale étant prévue un samedi matin, il ne fallait pas s’attendre à voir débarquer une foule compacte de militants. Arrivé vers 9h sur place et la séance ne devant commencer qu’une demi-heure plus tard, c’était l’occasion d’échanger avec les militants du Nord et ceux du Pas de Calais avec qui nous n’avons pas très souvent l’occasion de nous rencontrer. J’ai donc fait mon petit tour et tout en disant bonjour à tout le monde, je leur demandais leur avis sur l’article publié le jeudi précédent et le montrait à ceux qui l’avaient pas encore vu. Pour beaucoup et même si les réactions n’étaient pas démonstratives, cela ne passait pas. Pour une minorité, cela clarifiait les choses. Je constatais que si personne ou presque n’osait traduire le fond de sa pensée, le malaise était palpable. Seul ou presque à dire tout haut le fond de la pensée militante, je voulais d’une manière ou d’une autre, transmettre le message aux « chefs ». L’occasion s’en fit sentir assez rapidement. Tandis qu’avec des jeunes militants du Valenciennois, nous discutions justement de cet article et plus généralement des régionales à venir, je faisais part de mon relatif pessimisme sur le sujet. Alors que Frédéric Leturque venait à notre hauteur pour nous dire bonjour, tout le groupe le saluait. Comme il est d’usage, chacun se demandait si ça allait. Sur un ton similaire à celui utilisé par Corinne Lepage au soir du 7 Juin, je faisais clairement sentir à notre conseiller régional d’Arras que non ça n’allait pas, vraiment pas et lui faisait part de mon point de vue et de celui des militants que j’ai pu contacter sur le sujet. Tandis que mes amis valenciennois me regardait avec des yeux ronds comme des billes signifiant plus ou moins leur étonnement (du genre, mais il est fou ce type !), je ne lâchais pas le morceau et je disais à Frédéric Leturque le mécontentement qui venait de la base militante. Mon interlocuteur, un peu sonné sur le coup, peut-être parce qu’il n’est pas habitué à qu’on lui dise en face ce que tout le monde pense tout bas, reprit ses esprits après quelques minutes et me disait qu’il fallait que je sois moins agressif.

Le lecteur de ce blog ne sera pas étonné outre-mesure, mais je conçois qu’avoir un interlocuteur franc et direct ça peut secouer. Frédéric Leturque, pour ceux qui ne le connaisse pas, est conseiller régional sortant (élu UDF puis avec l’UMP au second tour en 2004 donc) et adjoint au maire d’Arras, un certain Jean-Marie Vanlerenberghe (JMV), vice-président à l’organisation suffisamment connu des militants démocrates pour que je ne m’étale pas sur le sujet.

Ses esprits revenus, il me disait plus ou moins qu’il ne fallait pas laisser l’espace vide aux autres partis, qu’il fallait bien prendre une décision et que cela avait été tranché en groupe de travail régional qui se réunit depuis plusieurs mois.

[Précision utile : le groupe de travail régional regroupe les présidences collégiales à savoir moins d’une dizaine de personnes. Les militants sont eux, écartés du processus. En résumé, tout a été décidé en haut lieu sans demander si les statuts ou les valeurs étaient respectés. Autre raison invoquée : l’urgence.]


Correctif : Il semble que j'ai tort sur ce point, le groupe de travail comprendrait bien des militants. J'ai d'ailleurs demandé à participer à ce groupe de travail qui a présenté un outil pour permettre l'élaboration de notre programme pour les régionales.
Toutefois, sur la décision de faire un article sans avoir consulté les adhérents, je persiste et je signe, il n'est pas tolérable et contraire à nos chartes éthique et de valeurs qu'une telle décision avec les conséquences que cela implique notamment vis-à-vis des électeurs soit prise en petit comité, fût-t-il élargi
à des militants. Il aurait été plus clair de faire voter au moins en Conseil départemental une décision de principe sur le sujet. La chose aurait été aisé et une notification aurait pu être effectuée aux militants via courriel puisque que le Conseil départemental (du Nord, au moins) s'est réuni 2 semaines auparavant.


Je mentionnais de mon côté que les militants n’étaient pas plus bêtes que d’autre et qu’on pouvait très bien passer par eux pour aboutir aux mêmes décisions. Je précisais aussi que je ne remettais pas en cause les personnes mais les pratiques et qu’un vote des militants aurait très certainement donné le même résultant sans qu’il soit nécessaire d’imposer les décisions d’en-haut et mentionnait au passage que je ne sortais pas cela de mon chapeau mais que c’était le point de vue d’une large majorité de militants. Frédéric Leturque me disait qu’il savait que je consultais les gens. Personnellement et connaissait l’individu, j’en doute. Toutefois, il s’est sûrement adapté à la situation et a essayé de ne pas être déstabilisé. Voilà pour l’instantané.


Mêmes questions, autre interlocuteur.
Olivier Henno était aussi présent ce samedi (normal, il accueillait !). Évidemment, je lui posais +/- les mêmes questions. La réponse était similaire sur un certain nombre de points, mais je fus assez surpris sur certains points. Pour l’essentiel, Olivier Henno justifiait cet article par la nécessité d’exister dans le paysage politique, de marquer le positionnement du MoDem (sûrement suite à une page consacrée au Nouveau Centre et à ses journées parlementaires, le lundi précédent), de ne pas laisser le champ libre à nos concurrents et par l’importance de faire des propositions « identifiantes ». Je trouve l’excuse un peu facile, mais j’avais prévenu que cela se produirait. Il suffit de relire les articles que j’ai publié en juin, juillet et août pour le vérifier. A l’époque, j’écrivais que si des décisions même provisoires n’étaient pas rapidement prises, la direction du MoDem jouerait la montre et invoquerait les nécessités calendaires pour imposer ses décisions et justifier le fait de ne pas en passer par les militants. A dire vrai, j’aurai préféré avoir tort. Mais il semble que je sois marqué par le syndrome de Cassandre.

L’argument d’Olivier Henno qui m’a toutefois surpris est le suivant : « Je suis là pour faire des voix alors je fais des voix ». Certes, le but d’un candidat est de réunir un maximum de suffrages sur son nom et Olivier Henno est un homme politique expérimenté aux qualités avérées. Mais sur le principe, j’en reviens encore et toujours à l’idéal de 2007 : comment dire que l’on change la politique, que l’on veut faire de la politique autrement si les personnes voient toujours les mêmes personnes candidater ?

Comment dire que l’on veut dire que l’on propose de refonder la politique si on impose les décisions et que l’on continue à appliquer les méthodes de la vieille UDF ?

Nous devons en tant que démocrates ne pas oublier ce qui fait notre identité : notre projet de société. Or, ces derniers temps, il est plutôt passé à la trappe.

Enfin pour finir, Olivier Henno m’avait déjà fait part du manque de courage des « cadres » du MoDem au Conseil national à faire valoir des points de vue différents, voir opposés à l’idée dominante. Cette fois, il m’a dit que cela était aussi vrai en Conseil départemental, qu’il trouvait les personnes trop consensuelles, pas assez revendicatives sur leurs idées. Je lui mentionnais alors mon intervention précédente en Conseil départemental et qu’il ne devait pas être réellement surpris par mes propos du jour. Implicitement, il me répondait que j’étais bien le seul. C’est peut-être aussi cela le problème, les militants ou ceux qu’on appelle pudiquement les « cadres », qui sont chargés de représenter les militants dans les instances locales et nationales n’osent pas contredire les points de vue délivrées par les présidences locale et le bureau exécutif national.


Les « propositions iconoclastes ».
Lors de leur conférence de presse, Olivier Henno et Frédéric Leturque ont mentionné deux propositions qu’Olivier a qualifiées d’iconoclastes. La première est l’idée de rendre gratuits le TER en utilisant les moyens dégagés par la taxe carbone. La deuxième suggérée par M. Leturque consisterait en l’instauration d’un système de bonus-malus dans les subventions pour assurer une meilleure parité. Je suis franchement hostile à la première proposition car cela déresponsabilise une partie des usagers qui ont tendance ensuite à ne pas respecter le matériel. Cela aussi ne répond pas aux besoins essentiels des usagers qui comprennent parfaitement que le train a un coût. Les usagers des transports collectifs réclament essentiellement deux choses : de la fréquence et des investissements supplémentaires dans les infrastructures. En clair, les usagers veulent des horaires étendus surtout en soirée et le matin pour revenir de leur travail et éviter de prendre leur voiture ou pour sortir en fin de semaine. Les usagers veulent aussi des meilleurs dessertes et que celles-ci soient plus rapides notamment par le TER GV. Certaines régions tentent de le mettre en place en utilisant le réseau TGV en place mais il n’est pas forcément nécessaire d’avoir des lignes à grande vitesse pour le faire, des investissements sur le réseau secondaire pour le remettre aux normes offre la possibilité pour des trains classiques de rouler jusqu’à 240 km/h pour un coût relativement marginal. La création de barreaux ferroviaires locaux est aussi très importante.

La deuxième proposition va dans le bon sens mais j’ai peur qu’elle ne soit retoquée jurisprudentiellement. Je pense aussi qu’il semble plus important d’axer ce bonus/malus sur les performances environnementales des entreprises. Dans une région où la santé est une préoccupation importante, cela serait utile.


Conclusion.
Pour finir, j’avoue être particulièrement pessimiste sur nos chances aux régionales. Notre positionnement n’est pas assez tranché et les propositions invoquées ne me semblent pas de nature à convaincre nos électeurs, ce que confirment mes consultations. Nous devons certes avoir un positionnement clair mais ne devons pas tomber dans les excès. Il faut du réalisme et de la clarté tout en respectant l’éthique que nous avons volontairement fixé à un niveau élevé.

21 commentaires:

Yves Delahaie a dit…

Non seulement tes propos sont inadmissibles et transgresse la charte éthique de notre parti. Tu en subiras les conséquences.
Mais en plus tes propos sont faux. ARCHI FAUX. Notamment quand tu dis que les militants ont été mis à l'écart du groupe de travail ? Quid des miltants, non élus, comme Anthony, Tibo ou moi-même ? Depuis quand sommes nous des "élus" ?
Si tu avais une attitude plus policée, si tu n'aboyais pas sur les élus en leur parlant comme de la m****, si tu ne cherchais pas à te mettre en scène, sans doute ta participation directe eut elle été autre que ce post qui sent la rancoeur et les bas instincts.
C'est inadmissible.

Orange pressé a dit…

Yves, je prends bonne note de tes propos et je corrige mon article en ce sens.

Pour le groupe de travail, désolé mais c'est l'impression que perçoive beaucoup de militants.

Ensuite, mon attitude a été très correcte mais quand les choses ne vont pas, je le dis. L'attitude de beaucoup de militants démocrates est bien trop consensuelle et personne n'ose dire les choses. Je suis bien conscient que je bouscule de vieilles habitudes mais en aucun cas, je ne "dénigre" notre mouvement si c'est cet aspect de la charte que tu soulignes.

Je n'ai pas parlé comme de la merde à M. Leturque. Je lui ai dit que je n'approuvais pas la démarche effectué que traduit cet article. Tu peux me désapprouver et tu ne t'es jamais privé d'ailleurs. Mais force est de constater que mon point de vue est celui de beaucoup de militants.

Je me fiche de me mettre en scène, je n'ai aucun mandat, aucune place à défendre. Lors des élections internes au Mouvement, les personnes choisies l'ont été pour être représentatives des militants. C'est ce que je fais en rapportant leur parole.

Ensuite, je respecte bien la charte éthique contrairement à ce que tu dis, notamment en ses articles II et VI.

Ajoutons que la désignation des candidats bien qu'affiché comme probable ne respecte pas vraiment l'article XI de cette charte.

Ma participation directe ? Justement parlons-en, je participe très intensivement à toutes les campagnes depuis 2007. Après de multiples demandes, réitérées ce samedi d'ailleurs, j'ai de nouveau demander à participer et cela devrait se faire. Je n'ai pas attendu qu'on me demande de participer.

Je n'ai aucune rancœur ni bas instinct. Comme la majorité des militants démocrates, je demande le respect de notre charte des valeurs (article II), des décisions décidées par nos organes (Conseil national en premier) en vertu de notre règlement intérieur national.

Je conclurai enfin par le fait que la critique est tout à fait admissible du moment qu'elle est fondée et constructive. L'objectif de billet est prévenir avant le désastre. Il ne s'agit pas d'être l'orchestre continuant à jouer alors que la navire coule !

NB : Tu peux te référer aux textes fondateurs sur le site du MoDem pour verifier mes propos.

Tu noteras aussi que loin d'aboyer, je reste correct et je laisse le débat se dérouler.

Florian Chiron a dit…

Article intéressant, une fois de plus.
Il est de plus donné sur un ton assez neutre et détaché.
J'ai été d'autant plus étonné par la réaction d'Yves, que je considère comme menaçante...
Enfin bon je ne connais pas le détail, mais il va de soi qu'on cherche à passer outre les militants pour les décisions.
Des militants, ce ne sont pas les militants (et leurs représentants).
Bon courage !

Orange pressé a dit…

Comme je ne suis ni sectaire ni obtu, je prévois d'organiser une entrevue de blogueurs avec nos têtes de liste. Cela pourrait aussi s'appliquer aux autres têtes de liste régionales.

Je prévois aussi un article sur le déroulé de la campagne dans les autres partis que sont l'UMP et le PS et Europe-Écologie.

Enfin, car tout n'est pas noir au MoDem, je ferai aussi un article sur les indicateurs qui montrent que malgré tout, il y a des raisons d'espérer.

Régis Baschung a dit…

Pour info, la coordination régionale Alsace a voté avant-hier à une très large majorité pour une consultation des adhérents pour les têtes de listes départementales et régionales sous forme de primaires après un appel à candidature.
la consultation sera organisée par le groupe de travail Alsace (dont les membres, au passage, se sont engagés à ne pas être candidats...).
9 commissions thématiques de projet ouvertes aux adhérents travailleront sur le programme.
Le groupe de travail rendra donc ses travaux au Burex avec les candidats et le programme choisis par les adhérents.

FrédéricLN a dit…

@ Regis Baschung : information très intéressante, merci. Personnellement je trouve très bien que des "candidats à la candidature" en fassent part publiquement. Et très bien aussi que les instances du parti organisent la consultation des militants prévue par nos statuts. Ainsi les militants pourront se prononcer sur les différentes personnes qui auront publié leur "candidature à la candidature", ce qui est exactement le sens d'une consultation !

Orange pressé a dit…

Excellente idée que cette initiative de nos amis alsaciens. Je connais assez bien Anne et les projets qu'elles portent et même si elle n'est pas parfaite, elle a le mérite de vouloir et de faire bouger les choses. Bien que la couleur des exécutifs locaux soient différentes, il y a tout de même de nombreuses analogies entre l'Alsace et notre région et une synergie plus poussée entre les deux ne me semblerait pas inutile.

laurent a dit…

Je suis d'accord avec Yves Delahaie. Et je pose une question de bon sens : pourquoi publier des expressions et des ressentis, qui sont normaux, dans le temps de l'élaboration et de l'organisation qui est un travail interne. Les tensions, dans tous les mouvements politiques, sont normales. Les règles communes et le dialogue sont là pour les dépasser. Remettons nous plutôt au travail et construisons un projet clair, seul garantie d'une adhésion des futurs électeurs.

Nantais a dit…

J'aimerais en Pays de loire, nous puissions suivre l'exemple de l'Alsace...
Ici, il n'en est pas question pour l'instant; de fait se cache derriere le problème des alliances déjà pressenties...
Les responsables de L'union régionale penchent pour une alliance avec l'Alliance Centriste (Jean Arthuis) et le MEI, ce qui ne rencontre pas l'approbation de tous les militants et adhérents..

Isabelle a dit…

Je partage ton point de vue. Moi aussi j'espérais une nouvelle manière de faire de la politique et je milite depuis 1997 ! Nous défendons le non-cumul des mandats et nous soutenons l'idée que la politique ne doit pas être un métier, or ce sont toujours les mêmes qui se portent candidats à tout et les mêmes qui s'accrochent une fois élus... Il y a un appel à candidatures alors vas-y, fonce et défends tes idées.

Phileas a dit…

Et bien dit donc ce Yves Delahaie est un Stalinien pur jus.

"tu transgresses la charte éthique de notre parti. Tu en subiras les conséquences".

Tu as là une preuve tangible de ce qu'est le sectarisme des petits capots qui font le lit des fascismes de tous poils.

Je m'en vais de suite virer ce petit con qui s'autoproclame Nouveau Démocrate de mes contacts Facebook si toutefois celui-ci en fait parti

Yves Delahaie a dit…

Phileas : en me taxant de Stalinisme, tu es passible de diffamation. Il serait temps de modérer tes propos...
Vouloir que les affaires de famille ne soient pas exposées en place publiques ne relèvent nullement du stalinisme...

Orange pressé a dit…

@ Laurent : Excellente question ! A vrai dire, j'attendais qu'on me la pose. Si j'ai choisi de publier ces articles ce n'est pas pour mettre le bordel comme le dit en des termes bien plus fleuris Yves. Au contraire, c'est pour permettre un changement de mentalités avant qu'il ne soit trop tard. Ces derniers mois, j'ai tenté plusieurs fois, souvent en vain de changer les choses par les canaux classiques en interne via les instances et aussi en parlant directement aux intéressés. Le problème est qu'en dépit de mes efforts, et comme Cassandre je n'étais pas écouté. Pourtant ce que j'avais dit a été ensuite soulevé comme explication pour l'échec des européennes. Beaucoup de militants en ont marre qu'on les évite, marre qu'on ne fasse rien pour éviter cela ou pas ce qu'il faut et ne veulent pas que tous leurs efforts aient été vains.

Alors oui, j'assume cet article car il est grand temps de tirer le signal d'alarme. Nous pouvons encore éviter la collision avec l'iceberg. A nous de changer de cap à temps !

@ Nantais : Je crois que le problème en Pays de Loire est qu'Arthuis cherche à récupérer à tout prix le MoDem local et que dans le même temps, les responsables démocrates locaux cherchent son appui pour garder leur siège ou en obtenir un. C'est triste mais si la base tient bon et se manifeste pour garder un œil sur le sujet, je pense que cela peut-être évité. Il faut de la vigilance.


@ Isabelle : Je ne fais pas forcément de ma candidature un impératif mais il est vrai que j'y songe depuis quelques temps. Ne t'en fais pas, je publierai un billet lorsque ce sera le moment à ce sujet.


@ Phileas : Cher Phileas, comme tu peux le voir, les débats sont vifs autour de cet article. Cependant, je ne peux te laisser dire qu'Yves est un stalinien pur jus. C'est faux ! Yves que je connais bien est un militant démocrate qui donne beaucoup de son temps. Nous avons beau ne pas être d'accord sur beaucoup de choses, il est tout sauf sectaire. Il n'approuve pas ma démarche et je ne l'en blâme pas. Au contraire, c'est enrichissant de se confronter et d'avoir des discutions.

Ensuite, dire qu'Yves est trop autoritaire non. Il est franc et c'est rare. Ensuite, le nom de son blog n'est pas récent et n'a pas de lien avec les propos qu'il a écrit ici.

Enfin, Yves a pris le temps de faire un commentaire. Ce n'est pas le cas de tous mes visiteurs, beaucoup préférant discuter directement avec moi via Facebook ou un autre moyen.

Orange pressé a dit…

Yves : Yves, bien que je désapprouve totalement les propos de Phileas, je n'ai pas voulu le censurer. Soit cependant assurer que je pense pas pour autant ni que je ne soutiens ce qu'il dit sur toi.

Tu as ton avis, d'autres un différent. Pour ma part, j'assume totalement et j'espère que ce billet sera salutaire pour notre campagne. Je pense qu'il est en effet plus utile de soulever ce qui ne va pas avant qu'après le scrutin.

Quentin Thevenon a dit…

@Yves.
Ahah. En apeller à la charte éthique du Modem. Ahahaha. Il en subira les conséquences....

Ca fait très Rascarcapac dans Tintin : et la malédiction divine s'attachera à leurs pas et les poursuivra par dela les mers et les monts...

Faut décompresser parfois.

Article véridique et intéressant.

My 2 cents.

Quentin Thevenon
Pdt JDEM69
VP JDEM

Yves Delahaie a dit…

Je te remercie de ta sincérité à mon égard Rémi.

Anthony B a dit…

Bonjour Rémi,
et oui, voici mon 1er commentaire sur ton blog (ça se fête ! ;-)
Je viens de lire ton article avec attention.
Faisant justement partie du groupe de travail qui a été lancé au niveau régional, et n'étant aucunement élu ni candidat à une place sur les listes MoDem, j'espère être assez bien placé pour donner un avis objectif sur la question.
Il est vrai qu'à ce jour, les militants du NPdC n'ont pas encore été consultés pour choisir les têtes de liste aux prochaines régionales. Mais il me semble bien que cela est prévu, dans les prochaines semaines. Ceci étant, attendre un vote interne pour commencer à bouger me semblerait complètement aberrant ! Je ne trouve pas anormal que des personnes prennent les choses en main dès aujourd'hui. A part Frédéric Leturque (FL) et Olivier Henno (OH), connais-tu quelqu'un au sein du MoDem NPdC qui a lancé une démarche constructive et structurée en vue d'élections qui auront lieu dans moins de 6 mois ? Sauf erreur de ma part, personne !! Pourtant cela n'est pas interdit, et même ardemment conseillé si d'aventures certains ambitionnaient d'être candidats à la tête de liste. Le jour du vote interne, il sera trop tard pour se faire connaître et pour lancer une dynamique de travail et de réflexion. Tu crois que pendant ce temps-là le PS et l'UMP nous attendent ? Personnellement je trouve donc la démarche de FL et OH anticipatrice, offensive et entraînante, et elle me gêne d'autant moins que c'est précisément ce qui nous manquait ces derniers temps. Ce qui n'en fait pas obligatoirement les futures têtes de listes régionales... mais je constate juste que, sans eux, nous en serions toujours au point mort aujourd'hui. C'est pour cela que je pense qu'ils sont à ce jour les meilleurs candidats possibles pour la tête de liste et que je leur apporte mon humble soutien.

Orange pressé a dit…

Désolé pour un de mes commentaires bourré de fautes. Discussion s'écrit bien avec des "ss" et non un "t", et j'ai parfois mis des infinitifs à la place de participe passé.

Anthony, j'ai essayé de faire bouger les choses à mon niveau mais le silence de l'été et le manque d'investissement de certains font que je me suis heurté à un mur.

Olivier et Frédéric ont fait un énorme faute de communication. Ayant été de toutes les campagnes de 2007 et littéralement au coeur du réacteur de celle des européennes, je sais de quoi je parle. Si Corinne a réussi sa campagne, c'est aussi grâce à une solide équipe qui était derrière. Certes la communication nationale a détruit l'essentiel de notre effort mais sinon, on a été localement très bon. Sur ce point, je persiste et je signe, c'est une erreur.

Certes sans eux, on ne serait pas là où on est. Mais sans les militants et les très actifs comme moi, rien ne pourrait se faire. A trop négliger la base, on risque de la faire fuir et on a besoin de force avant cette campagne pas d'un affaiblissement !

JF le démocrate a dit…

Eh ben... Arrivé depuis quelques temps dans le Nord, je n'ai pas encore pris le temps de m'intéresser aux humeurs locales. Et quand je lis les commentaires, je dois bien admettre qu'il semble y a voir des humeurs, peut-être même un peu plus...
Autant la diffusion dans la Voix du Nord de la candidature - à confirmer par les adhérents - d'O. Henno et F. Leturche ne me gêne pas, car je crois qu'ils tiennent surtout à prendre un peu d'avance médiatique vis-à-vis des autres concurrents "externes" (en ont-ils vraiment au MoDem???), autant je trouve que certains commentaires postés sur ce blog me font trop penser à "bien dans le rang, pas de vague, et surtout fermez vos gueules".
Et cela, ça ne me plait pas du tout.
A très bientôt.

Anonyme a dit…

Orange pressé a dit...
"Excellente idée que cette initiative de nos amis alsaciens."

Bien content que tu te réjouisses des initiatives de nos amis alsaciens car, à mon humble connaissance de militant, elles sont les mêmes qu'en Nord Pas-de-Calais à savoir :
- une consultation des militants sur les têtes de liste.
Il n'est pas interdit à qui que ce soit de se porter candidat à l'investiture (comme à la candiature d'ailleurs) comme ont pu le faire O.Henno & F.Leturque. Il me semble que leur sortie presse n'est pas une faute grave de communication, au contraire. Au regard de notre "état" électoral, une sortie presse assez tôt dans la campagne n'est pas pour me déplaire, d'autant plus que les propositions avancées semblent réfléchies et intéressantes... C'est de leur ressort, de délégué et président, d'avancer sur des propositions à discuter ensuite.
- la mise en place des groupe de travail sur le programme régional. A quoi servent nos forums régionaux?...

Enfin bref mon ami Orange pressée, on dirait bien qu'il ne te reste plus beaucoup de jus... Beaucoup de bruit pour rien...

Au plaisir...

Orange Fluo (c'est pas mal tiens ça...)

Orange pressé a dit…

"Plus beaucoup de jus", "beaucoup de bruit pour rien" ? Es-tu vraiment conscient de la réalité du terrain ?

Certes, de nombreux outils sont en place et tendent parfois à se multiplier mais au détriment de l'efficacité. Les éléments essentiels eux sont soit passé sous silence soit discuté en petit comité en dépit de nos statuts.

A force de faire la sourde oreille aux idées et demandes de la base militante, on risque de se planter. Ce billet vise à provoquer un réveil salutaire pour éviter le désastre, il est donc de fait un élément essentiel pour nous permettre d'assurer notre réussite future en Mars.