lundi 21 décembre 2009

Dolium. Quelques heures encore pour voter...

... NON !

"Si nous pensons tous la même chose c'est que nous ne pensons rien", François Bayrou.

Un candidat ne choisit pas sur catalogue. Offrir la tête de liste à un inconnu juste pour sa couleur de peau et avoir vécu en banlieue, ne correspond pas à la société que le que nous démocrates entendons défendre par le refus du "parachutage", une conscience accrue de la démocratie et des grands principes qui la gouverne.

Alain Dolium peut encore être refusé. Chaque voix compte et le NON peut l'emporter. En votant NON, vous permettrez au Mouvement démocrate de préserver ses chances de succès de se présenter aux régionales sur des bases solides afin que notre tête de liste ne se confine pas à un"coup de communication".

Alors que le vote n'est pas clos et que la décision n'est pas faite, l'on a déjà mis les bouteilles au frais pour fêter et introniser "le candidat" qui n'est pas encore candidat et qui même après la consultation ne le sera toujours pas. En effet, il faut encore une confirmation par le Conseil national, chose qui n'est pas acquise d'avance.


Pour ceux qui hésite encore, vous pouvez en consultant les pages suivantes que le choix d'Alain Dolium est loin d'être le bon.


L'annonce de sa "candidature", les militants démocrates l'apprenant dans les médias et non par le Mouvement démocrate :
- Le choix du MoDem pour l'Ile de France, un inconnu à découvrir ?
- Alain Dolium, "celui qui sera la tête de liste du MoDem en IDF" (RTL).


Sur les conditions de la consultation :
- MoDem : il n'y a pas de "consultation", pusqu'il n'y a qu'un seul choix possible.


A propos du candidat lui-même, ce qu'en pensent des militants :
- Dolium croit en un « capitalisme social ».
- Consultation des adhérents : Dolium prêt à tirer les conséquences d'un "non" majoritaire.
- Et moi non plus, je ne voterai pas pour Alain Dolium.
- Maure à Venise (satirique).
- Pourquoi je vote Oui-Oui (satirique).


Mon billet sur Alain Dolium :
- Refuser Dolium pour éviter la catastrophe.


Pour des avis extérieurs :
- François Bayrou et son "Obama" : la grande hypocrisie.
- François Bayrou crée "l'Obama français": Alain Dolium, une marque en devenir...
- Pourquoi je ne voterai pas Alain Dolium le 14 Mars prochain.

25 commentaires:

Danielle de Courbevoie a dit…

Je te comprends de moins en moins "Orange Pressé". Si encore tu étais en région parisienne... même pas. Pourquoi un tel acharnement ?

JF le démocrate a dit…

La consultation est quasiment terminée, alors sans apporter de jugement sur le fond de ton billet, je voudrais quand même me montrer solidaire avec toi sur une question de principe qui me semble importante:

- toute personne et en particulier tout blogueur a droit dans notre pays d'exprimer une opinion sur un fait politique, tant qu'il respecte les conditions prévues par la loi naturellement, et ce qui est encore mieux un minimum d'éthique, ce que tu as toujours fait je crois,

- certains commentaires très agressifs ou particulièrement condescendants vis-à-vis de ton billet précédent sur A. Dolium m'ont personnellement heurté, car dépassant le niveau de la simple contradiction même "incisive",

- Je suis encore plus heurté lorsque je constate qu'un blogueur de l'alliance centriste vient d'émettre un billet sur toi qui s'intitule "Orange pourrie".

Effectivement, si nous pensons tous la même chose, c'est que nous ne pensons plus rien...

Bien amicalement.

Serge92 a dit…

Je trouve ce billet particulièrement détestable...
Vous mettez en avant, dans votre billet, la couleur de peau et l'origine banlieusarde d'Alain Dolium alors que pour ma part( et je pense pour la très grande majorité des militants), cela importe peu...

Pour moi le plus important c'est le programme régional que l'on va proposer et l'équipe du MoDem pour la région car je compte bien que notre candidat, s'il est élu président de la région, ne soit pas un petit monarque régional comme on en voit dans beaucoup d'autres régions.

Il faut bien sûr quelqu'un qui tienne la route donc comme je ne suis pas le genre à faire dans le procès d'intention, je me suis dit qu'avant de voter, j'irai voir par moi même ce candidat que l'on nous propose...

J'ai donc participé à la réunion publique du 92 et j'y ai vu un homme:

* en apparence plutôt sympathique

* qui n'utilise pas la langue de bois mais parle un langage accessible

* humble qui,quand il est moins calé sur un domaine particulier, ne crains pas de le dire.

* énergique et qui semble vouloir prendre la campagne des régionales à bras le corps

* semblant capable de travailler en équipe

Après, on peut pérorer 115 ans sur la façon dont il a été proposé mais ce qui me semble essentiel c'est de porter haut nos valeur lors de ces élections et je pense qu'Alain Dolium pourrait être une bonne tête de liste.

Alors peut être que je me trompe mais quand on fait des choix dans la vie, on prend toujours le risque de se tromper...

En tant que simple militant de base, je le sens bien ce candidat donc j'ai choisi de voter, sans état d'âme, OUI à cette candidature...

Vivement que l'on rentre enfin en campagne...

Orange pressé a dit…

@ Danielle : J'utilise fréquemment les services de la région Ile de France. En tant qu'usager de ces services, ai-je le droit d'avoir un avis ?

@ JF : C'est dans les derniers moments que la différence se fait !

Effectivement, le titre du billet est insultant de même que son contenu. Tous les éléments exigés par la loi sont réunis pour que je puisse obtenir gain de cause devant le juge. J'ai demandé cordialement à l'intéressé de retirer juste la mention de mon nom. En cas de refus, je porterai plainte et l'auteur sera notifié par huissier de justice.

@ Serge : La couleur de peau est ce qui revient le plus lors des interventions médias faites par Alain Dolium comme il reconnait lui-même. Lors d'un entretien sur BFM radio a déclaré "Je vais poser une question choquante, vous êtes noir".

Que nous ayons un candidat issu de la diversité, je m'en félicite. Que l'on parle de lui avant tout comme un Obama français et qu'on dise que ce n'est qu'un coup de communication, cela me dérange car c'est ignorer de creuser plus profondément.

Vous dites que nous devons nous attacher à regarder ses qualités et compétences, je ne dis pas autre chose.

Un candidat doit être :
- compétent ;
- expérimenté ;
- connaitre les dossiers et les compétences de la région;
- s'exprimer de façon claire et sans temps mort;
- avoir le potentiel d'un meneur.

A mon sens, il ne réunit pas ces qualités, les militants peuvent bien sur en décider autrement.

Un candidat ne doit donc pas seulement être sympathique et bien présenter. Et si l'énergie suffisait, Nicolas Sarkozy sera déjà entré au Panthéon mais force est de constater que ce n'est pas le cas.

Serge92 a dit…

Il va être le porte parole de la liste MoDem en Ile de France donc ce qu'il dégage a une certaine importance...


Pour ce qui est des compétences, rien ne permet d'affirmer qu'il en est dépourvu...
Pour ce que j'en ai entendu, il ne semble pas incompétent et il semble en phase avec les valeurs du MoDem...

Alors bien sûr il y a peut être des domaines qu'il maitrise mieux que d'autres mais personne n'est omniscient (mais certains veulent nous le faire croire)...On va voter pour une liste de personnes avec leur points forts et leur point faibles...Ce qui est important c'est que la liste porte les compétences nécessaires à la gestion de la région...

Je parlais de son humilité car pour moi c'est une vraie force..
On a trop vu de responsables politiques persister dans des erreurs manifestes, juste pour ne pas avoir à reconnaitre qu'ils auraient pû (horreur!) commettre une erreur...

Alors un homme capable de reconnaitre qu'il maitrise moins tel ou tel domaine c'est intéressant car on peut espérer qu'il s'appuiera sur le reste de son équipe et qu'il ne deviendra pas une espece de tyran local...

Bref, c'est une personnalité atypique (pour un politique) susceptible d'intéresser une part de la population qui a décroché et ne vient plus voter...
Je pense qu'Alain Dolium a raison quand il dit que l'un des enjeux sera de faire revenir dans le jeu cette franche de l'electorat.

De toute façon, la question vient d'être tranchée:


J'approuve: 75.52%

Je n'approuve pas: 16.30%

Je vote blanc: 8.18%

Donc que la campagne commence....

Orange pressé a dit…

@ Serge92 : La consultation a eu lieu et les résultats publiés, mais pas la participation, or c'est un élément essentiel pour juger de la valeur du scrutin. Pour ma part, j'estimais le refus significatif à partir de 15%, le refus est à 16,30%.

Pour ce qui est des compétences, je n'ai jamais dit qu'il était incompétent mais qu'il n'avait pas les compétences requises. Autrement dit qu'il avait des compétences mais pas celles qu'il fallait.

Les conditions de l'annonce de sa candidature étaient aussi contraire à ce que nous défendions.

Oui, un candidat a des forces et des faiblesses. En l'espèce, mon avis est que les secondes pèseraient plus que les premières.
La nouveauté et l'absence d'expérience ne sont pas des qualités en soi.

Personnalité atypique, sans aucun doute. Mais souvent c'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures soupes. Les électeurs, on a trop tendance à l'oublier, ont une tolérance limité à la nouveauté. Il faut faire avec.

Maintenant, une étape a été franchie. Bravo à lui, il lui faut encore être investi par le Conseil national. Celui-ci serait-il assez courageux pour prendre une décision difficile ? J'en doute, rarement il s'est opposé à ce qu'avait décidé François Bayrou.

Bref, ce n'est qu'un étape et Alain Dolium n'est pas encore investi.

Serge92 a dit…

Tu trouverais logique et "courageux" que le conseil national s'asseye sur le vote des adhérents ?

Je ne sais pas pourquoi 15% serait plus ou moins significatif que 10 ou 20 mais il me semble que plus de 75% de votes favorables est beaucoup plus significatif encore...

Quant au taux de participation, il a certainement son importance mais en imaginant qu'il soit bas, cela ne chnagerait rien au fait que le nombre de oui est 5 fois supérieur à celui du non.


Pour moi Alain Dolium a d'ores et déjà l'investiture.Je ne vois pas au nom de quoi une instance, même nationale, pourrait s'opposer à une décision des adhérents...

Maintenant: En avant toute !

Ph.Tastes (92330) a dit…

En avant toute !

Pourvu que ce ne soit pas dans le mur...

Serge92 a dit…

@Ph.Tastes (92330)

Je suis assez honnête intellectuellement pour ne pas exclure cette possibilité...

Mais maintenant que la décision est prise, il faut faire de notre mieux pour porter nos valeurs en soutenant nos candidats et...

Arrivera ce qui arrivera...


P.S: Je ne suis pas un grand naïf, juste un grand optimiste ;o)

Orange pressé a dit…

@ Serge92 : Tout dépend du taux de participation que l'on connait pas. Une consultation où l'abstention tourne autour de 75%, vous lui donnez quelle valeur ?

Si dans un parti, il y a 100 adhérents mais seulement 4 votants, que 3 votent pour et 1 contre, ça fait 75% de pour et 25% de contre mais 96% d'abstention.

@ Philippe Tastes : Rendez-vous le 14 Mars. Attention au trop plein d'optimisme tout de même.

Zeus a dit…

Allez ca suffit : ta g*****.
Tu ne cautionnes pas : casse-toi !
bravo Philippe Taste !
Maintenant tu ne vas pas contester le vote. Ceux qui se sont abstenus ou n'ont pas voté n'avaient qu'à le faire !
De toutes façons, quelle que soit la région tu es définitivement grillé au MoDem.
Va voir chez les Verts, il doit rester quelques miettes...

Bon Vent !

Serge92 a dit…

Du calme Zeus...

La discussion est plutôt posée, pourquoi s'énerver ?

Zeus a dit…

Parce que ma colère vient de l'Olympe... Et parce que cet Orange pressé a suffisamment joué les fossoyeurs du parti pour en prendre les conséquences !
Il a trop fait de mal à notre région, alors qu'appremment il n'est même pas candidat chez nous.
Cela suffit !

Serge92 a dit…

@zeus

J'ai cru en effet comprendre que ce blog était assez critique vis à vis du mouvement démocrate mais justement, il faut accepter le débat et essayer de rester courtois...
Enfin dans la mesure du possible...

Zenon a dit…

Cette cabale et cet acharnement contre un homme sont abjects . On pourrait comprendre qu'on fasse la promotion d'un autre candidat, mais pas qu'on s'obstine à démolir pour démolir .

Ce n'est pas parce que les médias, souvent par paresse intellectuelle, se focalisent sur sa couleur de peau que vous devez en faire autant, en occultant le parcours d'A. Dolium . Les jeunes issus de la diversité (ou du milieu ouvrier)qui sont diplômés d'HEC, ou d'une grande école quelle qu'elle soit, ne sont pas légion . Si A. Dolium peut, par sa candidature, leur redonner l'espoir, leur redonner l'envie d'étudier, de travailler . S'il peut leur faire comprendre qu'ils ont aussi une place dans la société française, qu'eux aussi sont dignes de devenir des élus de la Nation et qu'ils doivent se battre pour y parvenir, sa candidature est légitime .

La remise en cause des résultats du scrutin, pour quelqu'un qui se pose en démocrate, est inacceptable . Vous invoquez les abstentions, mais vous savez parfaitement qu'elles sont toujours élevées dans les scrutins internes aux partis. Beaucoup d'adhérents rejoignent un parti pour témoigner leur sympathie à une famille politique, mais ne souhaitent pas militer, suivre les débats locaux au quotidien et participer aux votes internes . Vous êtes élu au Conseil départemental du Nord (sur une liste unique d'ailleurs) pouvez vous nous rappeler à combien s'élevait le taux d'abstention lors de cette élection ? Avez vous un instant songé à remettre en cause votre élection ? Il faut être cohérent avec soi même !

En tentant de démolir le candidat Dolium, sans présenter de réelle alternative, quel objectif poursuivez vous ? Vous savez parfaitement que si le candidat d'Ile de France avait été rejeté par les adhérents c'est l'ensemble du Mouvement qui aurait été affaibli et discrédité, car cette région est emblématique . Or malgré vos gesticulations, vos appels ,relayés par C. Ginisty et consorts, à voter Non, vos prétendues "vérités avérées" selon lesquelles ce candidat était massivement rejeté par les adhérents, il obtient 75% des suffrages exprimés et je l'en félicite chaleureusement . Seuls un peu plus de 16% des votants se sont opposés à sa candidature (rappelons que les Non peuvent s'élever jusqu'à 31% dans certaines régions), quel camouflet pour vous !

Alors si vous êtes sincère, ayez au moins le fair-play de reconnaître sa victoire et de vous comporter en démocrate .

Orange pressé a dit…

@ Zeus : Comme c'est charmant, quelle politesse, quelle distinction !
Le vote n'est pas contestable, il y eu lieu et s'il s'avérait non conforme ce serait au Conseil national d'en tirer les conséquences mais surement pas à moi.
Tout le monde n'a pas forcément pu voter, certains n'ont pas internet et n'ont pu faire ce geste.

Être démocrate, c'est se griller ? Il me semble qu'en l'espèce, ce soit plus votre cas.
Puisqu'il semble que nous savez pas lire, je vous invite à consulter les récents articles de ce blog. Vous verriez qu'entre les démocrates intéressés par les questions environnementales et Europe-Écologie, il y a un monde.

Vous semblez aussi manquer de modestie et surtout ignorer les réalités.
J'ai toujours défendu notre région et si la forme laisse à désirer pour la désignation des candidats, sur le fond, j'approuve le choix d'Olivier Henno, homme de terrain, d'expérience et qui aime profondément sa région.

Autre précision : Si vous continuez à être aussi vulgaire, je censurai la partie de vos propos qui ne respecterait pas la correction d'usage. Ici, les commentaires sont fait pour débattre et défendre une opinion mais ne sont pas des espaces pour que vous vous permettiez d'insulter les gens.


@Serge92 : Nombre de militants s'investissent énormément dans le Mouvement démocrate, ils donnent beaucoup et exigent beaucoup, ce n'est que la conséquence logique de leur investissement.


@ Zenon : En quoi voyez-vous une cabale ? L'article en question a été AVANT la fin de la consultation.

Vous vous méprenez, mon avis portait sur ses qualités et non sur son état. Vous parlez du faible nombre de jeunes issus de la diversité dans notre parti. C'est mal le connaitre puisque lors de la création du Mouvement démocrate en 2007, ceux-ci étaient très nombreux. Il est vrai que depuis certains ont choisi de nous quitter. Nous avons cependant des richesses qu'il nous faut exploiter.

Les résultats ne sont pas remis en cause, nullement. Encore une autre erreur. Si certaines personnes décident de prendre leur carte sans participer, elles ne représentent pas la majorité. La participation à un scrutin est donc très importante.

Vous me prêtez l'intention de "détruire" le candidat Dolium. Rien n'est plus faux. En quoi nourir un débat serait de la destruction. Vous êtes vous demander si les défenseurs de l'investiture d'Alain Dolium faisait de la propagande ? De toute évidence non !
Le MoDem aurait-il été affaibli en cas de refus ? Nullement, au contraire, cela lui aurait permis de partir sur des bases saines pour le scurtin de Mars.

La consultation a approuvé Alain Dolium, bravo à lui. Doit-on considérer que les 16% ne comptent pas ? Ce serait une grave erreur, avec les votes blancs cela un bon quart de personnes qui n'ont pas approuver ou n'ont pas souhaité choisir et ont donc choisi "l'abstention constructive" comme on la nomme en droit communautaire. Loin d'être un camouflet, cela montre au contraire qu'Alain Dolium devra prendre en compte tous les avis pour présenter en mars une liste unie.

Souvent, l'erreur que font les personnes investies est de ne pas intégrer tous les avis au sein de leurs équipes de campagne alors que c'est pourtant ce qu'il faut faire. Obama a réussi cela en intégrant Hillary Clinton dans son équipe et cela lui a réussi.

Zenon a dit…

@Orange pressé
Je constate que vous avez des problèmes de lecture :
- je n'ai jamais écrit que les jeunes issus de la diversité (tout comme les jeunes de milieu ouvrier) était peu nombreux dans notre Mouvement, mais qu'ils étaient peu nombreux à pouvoir intégrer les grandes écoles . C'est là un des drames de notre système éducatif : il sert trop souvent à reproduire des élites et ne favorise plus assez la promotion sociale . Nous devons retrouver l'esprit de l'école républicaine .
- vous occultez les questions qui vous dérangent et négligez d'y répondre : vous ne nous expliquez pas comment vous vous êtes aisément accommodé d'être élu au Conseil départemental du Nord sur une liste unique et avec un fort taux d'abstention, alors que vous en faites grief à A. Dolium . Votre sens de la "démocratie" serait-il à géométrie variable ?

Vous soulignez avec justesse qu'une fois que le vote a tranché il faut intégrer tous les avis dans une équipe . Encore faut-il que ceux qui ont été largement mis en minorité reconnaissent leur défaite et acceptent de jouer le jeu de la démocratie . Sinon on ne peut pas bâtir avec eux une équipe cohérente . H. Clinton, mise en minorité, a aussitôt félicité son concurrent et appelé à voter pour lui : vous vous remettez en cause les résultats du scrutin et vous appelez le Conseil national à les démentir, en vous réfugiant derrière le nombre des abstentionnistes .

Orange pressé a dit…

@Zenon : Vous remettez en cause mon élection départementale mais vous ignorez comment elle s'est déroulée, alors je vais vous le dire.

Contrairement à bien des mouvements départementaux, l'élection du Conseil départemental ne fait pas faite sur une liste unique comme le prétendez à tort. Nous avons "découpé" en un certain de circoncriptions électorales celui-ci et pondéré le nombre de représentants suivant la population militante. Dans chaque circonscription, plusieurs listes pouvaient être présentées mais comme cela n'était pas possible partout du fait du nombre de militants, il y a avait des circonscriptions où effectivement, il n'y a eu qu'une seule liste.

La "circonscription" dont je dépends en fait partie. De fait, vos insinuations pourraient laisser penser qu'aucun débat n'a pu avoir lieu. C'est bien mal connaitre la réalité, puisque nous avons organisé des primaires où chaque candidat a pu défendre sa candidature. Tout le monde a du passer par cette étape même ceux dont la candidature recueillait la quasi-unanimité comme le coordinateur de section.
Ainsi, j'ai pu figurer sur la liste après l'organisation d'une primaire où j'ai su convaincre les militants de ma section, mon élection n'est donc pas tombé du ciel.
Aussi, avant de mettre en doute les choses, renseignez-vous !

Les résultats n'ont pas été remis en cause à ce que je sache puisqu'aucune procédure n'a été faite en ce sens. Le scrutin souffre cependant de 2 faiblesses :
- la forte abstention ;
- le recours au vote électronique.

Une forte abstention comme dans tout scrutin nuit à l'autorité du candidat.
Le vote électronique par définition invérifiable car il est impossible de recompter individuellement. Je milite d'ailleurs activement pour l'obligation du recours au vote papier aux élections. J'ai déjà du voter à plusieurs reprises sur des machines à voter et rien à faire, je ne fais pas confiance à un tas de circuits électroniques pour voter. Rien ne vaut la certitude du vote papier. Vous pouvez vous aussi rejoindre cette cause en vous rendant sur le site ordinateurs-de-vote.org.

Anonyme a dit…

Je vous remercie d'avoir pris le temps de me répondre longuement . Je ne veux nullement remettre en cause les élections départementales dans le Nord et votre élection . Je connais la personne qui a veillé à l'organisation du scrutin et je sais que c'est quelqu'un d'une parfaite intégrité pour qui nous avons tous beaucoup de respect . Ce que je voulais vous faire comprendre c'est que ce n'est pas parce qu'il y a une liste unique ou un candidat unique, que les membre de la liste ou le candidat sont élus de manière illégitime .
Dans un même parti nous pouvons avoir des approches tactiques différentes, mais nous partageons les mêmes valeurs, le même projet .Le choix du candidat à l'interne porte donc sur le choix du meilleur porte-parole pour ce projet . Quant aucun candidat ne se détache réellement de manière manifeste et incontestée, je ne trouve pas illégitime que les responsables du parti proposent leur choix aux adhérents, à charge pour eux de le confirmer ou de l'infirmer . J'éprouve d'importante réserves quant à l'organisation de primaires locales pour plusieurs raisons :
-les adhérents sur place votent-ils en fonction de leur affect (untel est mon ami)ou de critère objectifs (untel est le meilleur candidat pour mon parti).
- les adhérents ont-il une vision d'ensemble de la situation (ex : les adhérents socialistes du Languedoc-Roussillon ont choisi G. Frêche parce qu'ils estimaient qu'il avait bien géré leur région, mais ils n' ont pas tenu compte du fait que ce choix pouvait discréditer l'ensemble du PS).
- les primaires risquent d'épuiser les énergies dans une longue pré-campagne et de générer des tensions, voire des scissions, préjudiciables lors de la vrai campagne (ex : le primaires du PS en 2007 où les camps mis en minorité n'ont jamais vraiment soutenu la candidate commune).
Concernant le vote électronique, j'y suis moi aussi hostile lors de consultations nationales, en revanche, lors d'élections internes à un parti, alors que le débat ne porte pas sur le fond (quel projet ?), mais sur la forme (qui est le plus apte à le porter et à le mettre en oeuvre ?), je serais beaucoup plus tolérante : un vote papier est lourd à organiser en moyens humains et matériels, un vote électronique demande un investissement minime et offre beaucoup plus de souplesse (chacun peut voter où et quand cela lui convient, les personnes n'ayant pas internet ont-été contactées par les responsables de section et un ordinateur a été mis à leur disposition) . Pourquoi jeter à priori la suspicion sur ce scrutin, de toutes façons dans un parti, s'il y a intention de fraude le vote papier n'offre guère plus de garanties (cf Hold uPS) .
Nous avons choisi démocratiquement nos dirigeants, entretenir un climat de suspicion systématique à leur égard est mortifère pour notre Mouvement . Comme nous ils veulent propager nos valeurs, étendre notre assise sur le pays en ayant des élus et gagner le respect des électeurs en portant au pouvoir des personnes compétentes . mobilisons nous donc dans l'action commune plutôt que d'épuiser notre énergie dans des débats et des querelles stériles . La démocratie, ce n'est pas la remise en cause permanente de leurs décisions, mais un acte de confiance soumis à des réexaments périodiques .
_

Orange pressé a dit…

- Certes, mais dans le cas présent, la désignation d'Alain Dolium n'a rien de démocratique. Son nom est parvenu à l'oreille de François Bayrou grâce à des manoeuvres de couloir qu'officiellement nous rejetons. Il a insisté pour être candidat grâce aux vieilles ficelles. Ensuite, il a été imposé aux militants au travers d'une campagne de communication sans précédent et dont les autres candidats à la tête de liste n'ont pas bénéficié.
Pour ensuite être validé selon un mode de scrutin plébiscitaire dans lequel les partisans du "NON" ont été très décriés mais pas les partisans du "OUI". Voilà les faits ! Je maintiens donc ma position.

- L'emploi du terme "illégitime" signifie : "Qui n'est pas conforme au bon droit, à l'équité, sur le plan moral, intellectuel ou matériel. ". En l'espèce, c'est le cas, puisque la "souveraineté" (avec toute la restriction que l'on peut apporter au terme dans ce contexte) vient de la base militante et de la Conférence nationale. La procédure qui consiste à passer comme cela a été fait est réservé aux cas d'extrême urgence selon des conditions très précises. Ensuite, le Conseil national avait lors de sa réunion du 04 Juillet bien précisé qu'il voulait renoncer au mode de désignation employé pour les élections européennes. Or, dans une résolution unique validant toutes les décisions pour les régionales dont l'autonomie au 1er tour, celui-ci a été réimposé.

François Bayrou rappelait encore ce matin, l'importance que les élections régionales soient régionales. Or, en l'espèce, le choix des têtes de liste s'est fait selon un moyen national. L'absence de caution de la part du mouvement réduisant aussi nettement le nombre de personnes étant prête à risquer leur toit pour une élection.

Souvent et là, vous avez tort, les têtes de listes pressenties se détachaient nettement localement. Certains ont été choisis par le Bureau exécutif national, d'autres non. En quoi écarter la base est une bonne chose ?

Les militants choississent selon un volet de critères comme dans toute élection.

Le reproche que vous faites aux primaires est un classique. Vous avez cependant tort car avec des conditions clairement précisés, celles-ci ne créent pas de divisions. Le débat avant le choix des candidats permet aussi de voir ce qui ne va pas assez tôt pour anticiper et s'adapter.

Le vote papier est certes un peu plus difficile à organiser mais il est quasiment incontestable, et dans un contexte complexe est un gros avantage. Le choix du vote électronique sans préjuger du sérieux de son organisation par sa nature génère un doute, c'est ainsi.

Je suis d'accord, nos dirigeants ont été élus correctement, aucun doute là-dessus. Il n'est pas question de remettre en cause en permanence les décisions mais de souligner ce qui pourrait poser problème pour les corriger.

Zenon a dit…

Une mauvaise manipulation a fait que j'ai signé le commentaire n°19 ANONYME au lieu de le signer par mon pseudo habituel ZENON .
Je profite de cette mise au point pour corriger une coquille je voulais écrire : réexamens .

Orange pressé a dit…

@Zenon : Pour permettre une meilleure compréhension, je laisse les commentaires dans l'ordre de publication. Néanmoins, merci pour les précisions apportées.

Zenon a dit…

"Son nom est parvenu à l'oreille de F. Bayrou grâce à des manoeuvres de couloirs"
Cette phrase appelle trois réactions :
- Sur quoi vous fondez vous pour formuler une telle affirmation ? Vous avez apparemment posées micros dans la salle où se tiennent les réunions su Bureau exécutif, puisque dans un billet précédant vous transcrivez entre guillemet des propos qui s'y seraient tenus . Voilà à présent que votre fantôme hante les couloirs du 133 bis !
- Si tel était effectivement le cas, croyez vous qu'A Dolium ait l'exclusivité des intrigues ? Pourquoi vous focaliser sur lui ?
- Croyez vous que F. Bayrou soit assez peu avisé et expérimenté pour se laisser influencer si le candidat ne lui semblait pas valable ?

Je ne reviendrais pas sur le débat concernant le mode de désignation des têtes de listes, je comprends que votre formation de juriste vous prédispose à vous perdre dans des arguties procédurières, mais il me semble que ces questions ont autant d'intêret pour les adhérents et les électeurs que les discussion médiévales sur le sexe des anges . Le Conseil national est le parlement du MoDem, il a été élu démocratiquement . Il a adopté le principe de l'autonomie au 1er tour et un mode de désignation des candidats . Respectant la démocratie représentative je m'en tiens à ces décisions .

Enfin, j'estime que vous faite preuve de malhonnêteté intellectuelle lorsque vous écrivez : "F.B. rappelait encore ce matin, l'importance que les élections régionales soient régionales . Or, en l'espèce, le choix le choix des têtes de listes s'est fait selon un moyen national ." Formellement ce que vous écrivez est exact, mais vous détournez la phrase de F.B. de son esprit : il évoque les thématiques développées qui doivent-être régionales, en revanche il a toujours été clair que la stratégie suivie, le choix des têtes de listes et les alliances au second tour doivent-être déterminés au niveau national, il y va de la cohérence de notre Mouvement .

FrédéricLN a dit…

@ Orange pressé : vous écrivez

"@ Serge : La couleur de peau est ce qui revient le plus lors des interventions médias faites par Alain Dolium comme il reconnait lui-même. Lors d'un entretien sur BFM radio a déclaré "Je vais poser une question choquante, vous êtes noir". "

Il y a une coquille (typo) dans votre phrase, il manque le sujet de "a déclaré". En l'occurrence, on le comprend à la lecture, ce n'est pas Alain Dolium mais le journaliste de BFM radio.

Si c'est l'exemple sur lequel vous vous fondez pour prétendre qu'Alain Dolium veut mettre en avant sa couleur de peau comme argument électoral... c'est un parfait contre-exemple.

J'ai posté sur France démocrate un compte-rendu de réunion où figure effectivement cette citation faite par Alain Dolium. Le contexte de la phrase permet, j'espère, de comprendre qu'Alain Dolium déplore ce type de "questions" qui n'en sont pas, qu'il découvre avec les journalistes politiques, et qui ne lui étaient apparemment pas posées par les journalistes économiques.

Il cite d'ailleurs dans la foulée la réponse qu'il a faite sur BFM Radio : « ben oui ? ».

http://www.francedemocrate.info/spip.php?article708

Pour aller un peu dans votre sens : accepter notre diversité ethnique, notre diversité de couleurs (et aussi de religions, de cultures familiales), fait bien partie des conditions de réussite de l'Ile-de-France. Si nous avons un Président de Région capable de répondre "ben oui ?" à ce genre de pseudo-question, j'en serai très content, notre Région aura fait un pas en avant !

Ph. Tastes a dit…

Ah bah finalement nous avons été dans le mur, comme je le craignais en réponse au début de ce sujet !