lundi 1 juin 2009

Le MoDem, cible de toutes les attaques.


Alors que la campagne électorale a commencé seulement depuis une semaine, les attaques se multiplient contre le Mouvement démocrate. Car le MoDem quoique ses concurrents en disent est en train de gagner du terrain. Presque le seul à faire réellement campagne, les critiques pleuvent. Et les critiques pleuvent ! Pour l’UMP, le MoDem est à gauche. Pour le PS, le MoDem est à droite, comme le redit encore Martine Aubry dans sa lettre aux militants socialistes que ces derniers reçoivent ce lundi matin dans leur boîte à lettre électronique. Bref, et si le MoDem était tout simplement un parti centriste ?
Et les Verts qui disputent au MoDem, sa place comme parti porteur d’un projet durable au niveau environnemental. La plupart de ces critiques sont fausses. Le Parti socialiste qui se trouve dépassé par le MoDem dans son rôle d’opposant, n’hésite d’ailleurs pas à mentir aux français pour tenter de limiter l’hémorragie de son électorat vers le parti centriste.
Au menu donc des arguments en tête de liste :
- le MoDem n’a pas de programme ;
- le MoDem est libéral, contre les services publics et a signé le manifeste de Stockholm avec les autres libéraux européens ;
- le MoDem parle de la France dans une campagne européenne ;
- le MoDem est contre le principe d’un emprunt européen car il se focalise sur les dépenses publiques.

Mais en réalité, qu’en est-il réellement ? Certes, à l’évidence le MoDem a un programme, il n’est pas libéral, parle de la France mais surtout de l’Europe et au contraire milite pour un emprunt européen pour financer une relance européenne mais une fois que l’on a dit cela, où sont les preuves ?
J’avais déjà abordé le sujet dans un billet intitulé : « Le PS fait la course à la mauvaise foi » le 22 Mai dernier ainsi que lors d’un autre plus récent « Le PS, hypocrisie quand tu nous tiens » notamment.
Après avoir posté le lien de ce dernier billet sur le mur Facebook d’un ami socialiste, quelques militants PS sont venus consulter ce blog et parmi eux, l’auteur du blog Back2basics auquel j’ai répondu par commentaire puisqu’il m’interrogeait sur plusieurs points. Par précaution mais aussi par que le lien que j’avais posté sur le mur Facebook précité avait été purgé de ce lien et de l’article de Libération que j’ai régulièrement cité depuis sa parution : « La tentation Bayrou effraie Solferino », j’ai donc décidé de chercher les éléments prouvant que les critiques à l’encontre du Mouvement démocrate dans cette campagne européenne étaient infondées, car souvent en politique on se contente de démentir. En bon juriste mais aussi car j’en avais marre de voir tous les mensonges que répétait les socialistes à longueur de journée les chefs socialistes, j’ai donc cherché et trouvé les preuves. Tour de revue des principaux avancés par les concurrents du MoDem qui sont soit faux, soit carrément inventés, soit le contraire de ce que fait le MoDem. 1er d’entre eux : le MoDem n’a pas de programme.

Contre-vérité n°1 : le MoDem n’a pas de programme.

Argument très régulièrement inventé et encore aujourd’hui par Laurent Wauquiez (ministre UMP) dans le Grand Jury RTL-Le Figaro du Dimanche 31 Mai ou encore France Hollande (PS) dans le grand rendez-vous Europe 1-Le Parisien-Aujourd’hui en France ce même jour. Les 2 chefs invoquent le fait que le MoDem n’a pas de programme. Pourtant depuis quelques semaines, sur les marchés et dans les différentes villes de France et de Navarre, on ne voit presque QUE le MoDem. Voyageant beaucoup dans le cadre de cette campagne, je pensais au début que cela était exagéré. Puis, dans ma circonscription, j’ai pu m’apercevoir que non il n’y avait presque que les démocrates pour faire campagne. Bon, il arrivait que de temps en temps l’UMP ou les communistes fassent une brève apparition mais bon les gens que nous avons rencontrés nous disaient qu’ils ne voyaient que nous.
Mais la confirmation m’est venue d’une amie de Nogent sur Marne (peut-être se reconnaitra-t-elle ?) qui m’a dit qu’elle n’avait vu que le MoDem et un peu le Front de gauche mais aucune autre formation politique. Comme quoi la vérité du terrain est assez claire.
Lors de ces marchés ou rencontre nous avions distribué un tract de 4 pages intitulé « L’Europe est notre avenir. Nos engagements », celui-ci résumait brièvement en 14 points la situation actuelle et nos propositions pour changer les choses. J’invite donc les personnes qui nos critiques à le lire.
Vous noterez que depuis l’apparition de ce tract, bizarrement les autres partis nous ont repris en présentant tous quelques temps après des tracts résumant en 10 points leurs propositions.
Mais ce n’est pas fini car le Mouvement Démocrate alors que l’UMP ou le PS répètent à l’envie que le MoDem n’a pas de programme, un nouveau tract est apparu, encore plus complet avec plus de 60 propositions concrètes de mesures pour l’Europe.
Lors de la dernière conférence nationale du Mouvement Démocrate à Paris le Samedi 23 Mai dernier, Jean-François Kahn, déclarait que les concurrents du MoDem déclaraient que le MoDem n’a pas de programme pour éviter les débats d’idées sur la base de ceux-ci et il a raison. Pendant que nos concurrents nous critique et déclarent que nous n’avons pas de programme, ils évitent de parler du leur mais surtout, ils ne font qu’une chose, ils parlent de nous ! Ironie quand tu nous tiens.


Précisons aussi que ce programme est le fruit de plus de 5 000 personnes dont les contributions ont été synthétisées. Ce processus d’élabroration original qui a permis aussi à des personnes non encartées d’y participer est assez nouveau et nous change des programmes élaborées par un petit nombre de personnes dans un bureau. Le programme démocrate est le fruit d’expériences multiples, de visite de terrain, il fait de nombreuses propositions concrètes qui seraient très facilement applicables à Strasbourg.


Contre-vérité n°2 : le MoDem est libéral, a signé le manifeste de Stockholm et « veut remettre en cause les services publics.
C’est LE principal argument du PS, le MoDem siège dans le même groupe au Parlement européen que les libéraux donc il est libéral. Déjà le raccourci peut paraître gros mais de surcroit, on tente de faire avaler aux français le mensonge suivant : le MoDem est libéral et « veut remettre en cause les services publics » dixit Martine Aubry dans sa lettre aux militants socialistes du 31 Mai. Bref, non seulement c’est une erreur mais c’est le contraire de ce que vote les démocrates à Strasbourg et à ce qu’il annonce dans son programme.



Le MoDem libéral ?
Le MoDem selon Martine Aubry, reprise par les têtes de liste PS dont Harlem Désir serait libéral. Problème, la vérité n’est pas vraiment celle-ci vous l’aurez compris.
S’il est vrai que le Mouvement démocrate siège avec les libéraux au Parlement européen au sein du groupe ADLE, il a une conception économique et sociale radicalement différente des libéraux européens. Pour comprendre, il faut savoir que le groupe ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux européens) est composé de 2 partis européens contrairement aux autres groupes tels que le PPE ou le PSE qui fonctionne selon la formule 1 groupe=1 parti européen rassemblant les partis nationaux. L’ADLE donc rassemble 2 partis : l’ELDR , regroupant les partis libéraux européens, qui ne compte pas de parti membre français et l’EDP, regroupant les démocrates européens. L’ELDR est majoritaire et l’EDP minoritaire. Si les 2 partis se sont unis, c’est d’abord parce que sur la plupart des sujets : les libertés publiques, l’environnement, ou leur conception de l’Europe, ils partagent des valeurs communes.
Mais sur certains sujets comme l’économie, le social ou encore les services publics, ils sont opposés et parfois de façon très tranchée ! L’EDP votant alors avec le PSE (gauche) et l’EDLR avec le PPE (droite). Dans le même temps, le PS français se désolidarise souvent de son groupe le PSE pour marquer son opposition à des compromis qu’il juge inacceptables. Sur la directive « Services » ou Bolkenstein qui a complètement été refondue, les démocrates ont en effet proposé par l’intermédiaire de Bernard Lehideux (député européen MoDem) un compromis pour exclure du champ de la directive tous les services publics ou sociaux du périmètre envisagé a d’ailleurs été repoussé de peu.




Le manifeste de Stockholm.

Martine Aubry le rappelle à chaque fois, le MoDem est signataire du manifeste de Stockholm qui veut « casser » les services publics. S’il est vrai que le manifeste de Stockholm veut soumettre un nombre croissant des services d’intérêt général à la concurrence, il est le fait de l’EDLR et le MoDem qui est membre de l’EDP ne l’a aucunement ratifié. On peut d’ailleurs le consulter à l’adresse suivante sur le site de l’ELDR tandis que le MoDem a, au travers de l’EDP, une position opposée au travers des propositions faites par l’EDP lors de sa dernière réunion à Bilbao le 8 Mai dernier que l’on peut voir sur le site de l’EDP.
Interrogé par Back2basics de savoir si le MoDem assumait le contenu approuvé à Stockholm, je lui ai répondu que nous n’avions à pas à assumer des déclarations et engagements qui ne sont pas les nôtres. En réponse, l’intéressé a reconnu son erreur. Ce n’est malheureusement pas le cas des chefs socialistes qui persistent à mentir aux français à ce sujet.

Contre-vérité n°3 : le MoDem parle de la France alors que c’est une campagne européenne.
Cet argument est avancé aussi bien par le PS que l’UMP, mais surtout par les Verts et Daniel Cohn-Bendit. Ce dernier qui sait pertinemment que le MoDem a raison mais pour des raisons électoralistes critique le fait que François Bayrou ait sorti un livre le modèle défendu par le modèle sarkozyste or François Bayrou n’est pas candidat mais chef national donc il est logique qu’il parle de la France mais surtout il faut préciser qu’en Europe la loi se fait selon le processus de codécision.
Or, la codécision se décide uniquement si le Parlement et le Conseil des ministres sont d’accord. Il ne semble donc pas illogique de parler de changer le gouvernement français qui joue un rôle moteur au travers du couple franco-allemand. La une du Journal du Dimanche du 1er Juin en fait d’ailleurs la démonstration avec un communiqué commun entre Sarkozy et Merkel pour soutenir la droite européenne et alors même que l’on sait pertinemment que les deux se détestent. Encore une preuve s’il en est que parler de la France c’est aussi parler de l’Europe. Comme le disait Marielle de Sarnez, le 23 Mai dernier, parler de la France dans la campagne européenne c’est aussi rapprocher l’Europe des français. Parler de l’Europe en la déconnectant de l’Europe des français, on a contribué à l’abstention et les français de se demander en quoi l’Europe est utile et ce qu’elle fait pour eux. Oublier de parler de le France et des liens entre la France et l’Europe, c’est inciter à l’abstention.


Contre-vérité n°4 : « Le MoDem est contre un emprunt européen ».
Cet argument est le plus énorme, il a été avancé par Harlem Désir lors du débat qu’il a eu avec Marielle de Sarnez sur Public Sénat le Jeudi 21 Mai 2009 dernier. Lancé dans une diatribe anti-MoDem alors que le débat s’était installé entre lui et Marielle de Sarnez, Harlem Désir à bout d’arguments surement, et après avoir utilisé tout l’arsenal dont je viens de démontrer la fausseté, en est venu à dire que le Mouvement démocrate était contre le principe d’un emprunt européen, trop focalisé qu’il était sur les déficits publics. S’il est vrai que le MoDem plaide pour une efficacité maximale de la dépense publique, il faut voir qu’il a défendu, bien avant même que les socialistes ne le fassent eux-mêmes le principe d’un emprunt européen. Mieux, lors de la session plénière d’Avril du Parlement européen, c’est Bernard Lehideux, député MoDem qui a proposé et fait adopté l’amendement sur l’emprunt européen. Il est d’ailleurs possible de vérifier cela en se rendant directement sur le site du Parlement européen ou encore sur le site du MoDem.
Donc, le PS n’hésite à raconter tout et n’importe pour convaincre encore une fois les français de « voter utile » lors des élections européennes. La dernière fois, c’était des élections présidentielles et le bloc de gauche n’a jamais été aussi faible ! Il faut arrêter de se moquer du monde et de prendre les français pour des veaux.

Conclusion.
Vous le voyez, le MoDem a un programme et il est conséquent. Le MoDem n’est pas libéral mais démocrate, vote tout le temps avec le PSE sur les services publics ce qui n’est pas le cas du PS français qui se faisant fait le jeu de la droite française qu’il dénonce.
Le MoDem n’hésite pas à parler de la France mais c’est pour mieux parler d’Europe car parler de l’Europe sans la France c’est comme essayer de faire avancer une voiture sans son moteur qui est le couple intergouvernemental franco-allemand.
Enfin, le MoDem est loin d’être contre le principe d’un emprunt européen car c’est lui qui en a proposé le principe et qui l’a fait adopté par le Parlement européen. Le PS est donc particulièrement mal placé pour prétendre le contraire.
On pourrait aussi ajouter le fait que la majorité sortante est issue d’un compromis entre le gauche et la droite européennes et s’est traduit dans les faits par le découpage en 2 moitiés symétriques de la présidence du Parlement européen et de ses commissions parlementaires.
En tout cas, on invoque beaucoup d’arguments contre le Mouvement démocrate mais aucun ne résiste à l’épreuve des faits. Encore une fois, en faisant du MoDem leur cible préféré c’est avant du MoDem dont les autres parlent !

7 commentaires:

Joseph a dit…

Bravo pour cette démonstration qui démonte point par point les mensonges de ceux qui n'ont rien d'autre à proposer.

J.Charles a dit…

Merci pour cet excellent article ( comme d'hab.!), un véritable argumentaire et des réponses aux questions que se posent nos concitoyens sur notre mouvement.
Les faits sont là, pendant que l'UMP et le PS tente d'enfumer les électeurs par grands médias interposés,nous sommes bien souvent seuls à tracter sur les marchés pas de PS pas d'UMP, nous sommes les seuls à tenter de mobiliser, seuls à expliquer l'Europe, seuls à inciter à aller voter, seuls à aller au contact pour parler explique que l'on peut encore faire de la politique autrement...

libre a dit…

Excellent article !

Mais j'ai du mal à trouver sur le site de l'EDP la position sur le manifeste de Stockolm. Pourvez-vous me dire où il se trouve exactement ? Merci d'avance.

Christophe Calonne a dit…

Petite correction, l'ELDR semble compter 2 partis Français :
- l'Alliance Citoyenne pour la démocratie en Europe qui compte des ex députés UDF qui ont quitté le navire (Jean-Marie Cavada, Janelly Fourtou et Claire Gibault )
- et le Parti Radical de Gauche
http://eldrdev.ntc.be/index.php?id=43&no_cache=1&tx_eldr_pi1[typeOrgUid]=party

Orange pressé a dit…

Certes, il convient surtout de noter que l'ELDR ne comptera plus de membre français après les élections de cette année. Il suffit pour cela de se rendre sur le site de campagne de l'ELDR qui est à jour. Il est donc faux de dire que le MoDem est libéral.

Anonyme a dit…

Le modem sur les marchés ? dans le rhône très peu vu... si dimanche dernier à une semaine du scrutin !

Faut dire que la tete de liste est un ancien vert tendance rouge !

Sur le volet fond, oui le modem est à gauche, en votant avec le PSE...

L'avenir est au PPE qui repassera à nouveau. Ils auront l'intelligence de proposer un successeur à Barroso.

Orange pressé a dit…

A l'UMP, on dit qu'on est à gauche. Au PS, on dit qu'on est à droite. Et si on était au centre ?

Au niveau européen, le MoDem est au centre légèrement à gauche. Le PS est à l'extrême gauche et l'UMP au centre droit. Alors ...